Décryptage

2023, année de l’IA

23 décembre 2023
Par Kesso Diallo
2023, année de l’IA
©Have a nice day Photo / Shutterstock

Intelligence artificielle, cryptomonnaie… L’année 2023 a été riche en rebondissements pour le secteur du numérique. Retour sur les événements majeurs de ces derniers mois.

À quelques jours de 2024, L’Éclaireur fait le bilan des sujets et défis auxquels le numérique a été confronté cette année. En 2023, ce secteur a surtout été marqué par le développement de l’intelligence artificielle (IA), mais pas que.

La révolution de l’intelligence artificielle

Depuis le lancement de ChatGPT, fin novembre 2022, il s’en est passé des choses dans ce domaine ! Dans les mois qui ont suivi, les entreprises ont été nombreuses à se lancer dans une course à l’IA. Grâce à son partenariat avec OpenAI, Microsoft a « fait danser Google » – comme l’a dit son PDG Satya Nadella – avec un nouveau moteur de recherche dopé à l’IA, au moment même où la firme de Mountain View se précipitait pour rivaliser avec ChatGPT, en dévoilant Bard. En dehors des États-Unis, des entreprises chinoises, comme Baidu, ont lancé leurs propres versions du chatbot. 

Face à l’avance d’OpenAI – considéré comme le leader du secteur – Google et Meta ont multiplié les annonces autour de leurs robots conversationnels, mais aussi d’autres produits d’IA générative pour les images, la vidéo ou encore l’audio. Des développements qui en ont inquiété plus d’un, à commencer par le milieu de la culture. Plusieurs auteurs et artistes ont en effet porté plainte contre OpenAI et d’autres entreprises, les accusant d’avoir utilisé leurs œuvres pour entraîner leurs systèmes sans leur consentement ni autorisation, poussant certaines de ces sociétés à agir pour protéger les utilisateurs en cas de procès pour violation du droit d’auteur.

À lire aussi

Face au développement de l’IA et aux potentiels biais et risques de cette technologie, de nombreux pays ont pris des mesures. L’Union européenne (UE) a notamment fait office de pionnier avec un accord pour réguler cette technologie au niveau mondial. Avec son règlement, elle cherche à « garantir que les droits fondamentaux, la démocratie, l’État de droit et la durabilité environnementale [soient] protégés contre les risques liés à l’IA, tout en encourageant l’innovation et en faisant de l’Europe un des leaders dans ce domaine ». Des pays se sont également accordés pour garantir un développement sûr de cette technologie, alors que des experts ont tiré la sonnette d’alarme sur ses dangers.

Outre ces inquiétudes, l’IA a aussi fait parler d’elle dans le domaine de la médecine. Des outils ont été conçus pour aider à détecter des maladies comme le diabète ou le cancer. Cette technologie a aussi aidé des personnes paralysées, en leur redonnant la parole ou encore en leur permettant de remarcher.

Une année mouvementée pour les cryptomonnaies

Contrairement à l’intelligence artificielle, l’année a été difficile pour le secteur des cryptomonnaies, qui a été marqué par plusieurs scandales. Après la faillite de la plateforme FTX, son patron, Sam Bankman-Fried (SBF) a été reconnu coupable des sept accusations qui le visaient. Considéré comme le responsable de « l’une des plus grosses fraudes financières de l’histoire des États-Unis » par Damian Williams, procureur fédéral de Manhattan, il risque jusqu’à 110 ans de prison et il sera fixé sur son sort en mars prochain.

L’année a aussi été mouvementée pour le géant des cryptomonnaies Binance. Accusée d’avoir donné la priorité à la croissance et aux bénéfices plutôt qu’au respect de la loi américaine, la plateforme d’échange a récemment conclu un accord avec les autorités pour mettre fin à plusieurs années d’enquête. Non seulement la société va payer une amende de 4,3 milliards de dollars, mais son PDG, Changpeng Zhao, a également été contraint de démissionner après avoir plaidé coupable de violation des lois américaines. 

À lire aussi

Binance est par ailleurs dans le viseur de la justice française, avec deux enquêtes qui ont été ouvertes sur la plateforme. Elle est soupçonnée d’avoir communiqué et distribué ses services sans en avoir l’autorisation, mais aussi de pratique commerciale trompeuse et de faits de blanchiment aggravé. À cela s’ajoutent les récentes révélations du Financial Times selon lesquelles la filiale française de Binance a cherché à conquérir des jeunes et des chômeurs français comme clients après leur avoir offert une formation aux cryptomonnaies. Cela, alors que son statut dans l’Hexagone ne lui permettait pas d’effectuer ce démarchage.

Impacté par ces scandales, le bitcoin, qui était à 16 000 dollars en janvier dernier, semble sortir de cet « hiver crypto ». Après avoir franchi la barre des 40 000 dollars début décembre, il n’est pas redescendu en dessous de ce seuil depuis. En 2023, sa valeur a augmenté de plus de 150%.

Perte de valeur pour les NFT

L’année a aussi été difficile pour les NFT. D’après une étude de DappGambl, 95% de ces objets numériques n’ont aucune valeur et 79% des collections sont restées invendues. Même Yuga Labs, la société à l’origine des célèbres Bored Apes, n’est pas épargnée par cette crise : elle a annoncé en octobre le licenciement d’une partie de ses employés. Des entreprises qui se sont lancées dans l’aventure ont également fini par abandonner. Tel est le cas de Meta, qui a annoncé la fin des NFT sur Facebook et Instagram en mars, soit moins d’un an après le lancement de ce projet. 

Les NFT suscitent cependant toujours un certain engouement. Des marques qui ont fait leur entrée sur ce marché ont rencontré du succès, comme Starbucks, dont la collection de 2 000 certificats numériques a été vendue en moins de 20 minutes. Des événements dédiés à ces jetons ont également toujours lieu, comme le salon NFT Paris qui a fait un carton – attirant plus de 10 000 visiteurs – malgré le krach. La fin des NFT n’est donc pas pour tout de suite.

Le métavers, un concept toujours aussi flou 

Deux ans après le renommage de Facebook en Meta, le concept de métavers est toujours aussi flou. Il est aussi beaucoup moins populaire, à tel point que lors de sa conférence Meta Connect, l’entreprise a tardé à en parler. Malgré l’ombre de l’IA, le groupe californien n’a pas prévu d’abandonner son projet de métavers, bien au contraire. Estimant qu’il sera aussi important que les smartphones, l’entreprise l’a rendu accessible à davantage de personnes en l’ouvrant aux adolescents. Selon son PDG, Mark Zuckerberg, il pourrait même un jour permettre d’échanger avec ses proches décédés

Outre Meta, d’autres se sont lancés dans l’aventure dans un but précis, comme le ministère des Armées, qui espère recruter des jeunes à travers le métavers. Des entreprises ont, elles, fini par renoncer à leur projet, dont Disney. Travaillant sur plusieurs projets immersifs, la société a dissout son équipe dédiée au métavers afin de réduire ses coûts plus tôt cette année.

Réseaux sociaux : du gratuit au freemium

Gratuits depuis plusieurs années, les réseaux sociaux deviennent petit à petit payants. Après le rachat de Twitter (désormais X) par Elon Musk l’année dernière, la plateforme a commencé à proposer une formule payante, qui a causé de nombreux problèmes. Un an après cette acquisition, le milliardaire a annoncé le lancement de deux nouveaux abonnements, allant de 8 à 16 dollars par mois et offrant divers avantages.

Le réseau social a été copié par Meta qui, depuis quelques mois, propose aux utilisateurs de Facebook et d’Instagram de payer pour disposer du badge bleu, signe que leur compte a été authentifié. Les deux plateformes sont également devenues payantes en Europe, bien que cela reste optionnel. Les utilisateurs de l’UE ont la possibilité de payer une dizaine d’euros pour ne plus voir de publicités sur les deux plateformes. Un moyen pour la firme de se conformer à la loi européenne sur les données personnelles et la publicité ciblée. Une affaire à suivre, car plusieurs ONG européennes ont porté plainte en novembre contre Meta pour « pratiques commerciales déloyales et trompeuses », affirmant que ce choix entre les formules est « injuste et illégal ».

Permettant aux créateurs de publier des vidéos uniquement accessibles en échange d’un paiement, TikTok pourrait aussi bientôt proposer un abonnement similaire. Auprès de TechCrunch, le réseau social chinois a confirmé qu’il testait une formule payante avec l’unique avantage de ne plus voir de publicités sur la plateforme.  

À quoi s’attendre en 2024 ?

Alors que 2023 a été l’année de l’intelligence artificielle, nul doute que cette technologie fera encore beaucoup parler d’elle en 2024, avec de nouveaux produits et de nouvelles craintes, ainsi que davantage de régulation. Dans le secteur des cryptomonnaies, une page a été tournée avec la fin du procès de FTX et l’accord de Binance avec les autorités américaines. Il est bien parti pour une phase de bull run (marché haussier) après ce bear market (marché baissier). Difficile de se prononcer sur les NFT : si des collections pourraient connaître un certain succès, la hype n’est plus au rendez-vous.

Tombé dans l’oubli avec l’intelligence artificielle, le métavers devrait refaire parler de lui, puisque Meta pourrait utiliser l’IA pour mieux le développer et que l’on ne désespère pas de voir enfin arriver le casque de réalité mixte Vision Pro d’Apple au printemps.

Enfin, niveau réseaux sociaux, X sera notamment concurrencé par Threads, le dernier réseau social de Meta qui vient d’être lancé en Europe et qui sera bientôt compatible avec d’autres services, dont Mastodon. Si d’autres plateformes pourraient devenir payantes, il est possible que Meta mette fin à sa formule payante sur le Vieux Continent à cause de plaintes déposées par plusieurs associations.

À lire aussi

Article rédigé par
Kesso Diallo
Kesso Diallo
Journaliste