Actu

The Boys : la série Gen V prépare sa « rentrée du trash » en vidéo

08 septembre 2023
Par Vincent Oms
Le spin-off  "Gen V" s'intéressera aux futurs antihéros de Vought.
Le spin-off "Gen V" s'intéressera aux futurs antihéros de Vought. ©Prime Video

Le spin-off autour de jeunes futurs super héros formés par Vought International promet de dépasser autant de limites que The Boys.

Le programme de la rentrée est loin d’être scolaire. C’est en tout cas ce que dévoile la dernière bande-annonce de Gen V, série étudiante un peu particulière, puisque dérivée de la fabuleuse The Boys. L’énorme succès de l’adaptation du comics de Garth Ennis et Darick Robertson repose notamment sur son côté outrancier, et ce, sur à peu près tous les plans.

Le gore, le sexe, le trash et l’ultra violence se mettent toujours au service de personnages bien plus complexes qu’il n’y parait et d’une intrigue au crescendo haletant. La relève annoncée des super héros dopés au composant V rependra ces codes, en y ajoutant hormones et emploi du temps chargé.

Godolkin, cœurs à vif

Alors que l’université Godolkin se présente comme une formidable opportunité pour les super héros en devenir, l’établissement financé par l’entreprise pharmaceutique diabolique Vought semble abriter bien d’autres desseins. Une mystérieuse forêt et des événements étranges alertent la nouvelle promo sur le bizutage pas franchement sympathique qui pourrait les attendre.

Les spectateurs pourront découvrir toute une galerie de nouveaux venus, essentiellement dans leurs premiers rôles principaux. Quelques vétérans de The Boys passeront aussi une tête (ou autre chose) en classe, à l’image d’A-Train ou de Soldier Boy.

Une rentrée particulière

La diffusion de Gen V débutera sur Prime Vidéo le 29 septembre prochain. Les fans de l’original ont hâte de voir de quel bois sont faits ces étudiants en « superhérologie ». Ils espèreront en outre retrouver le doux fumet de cynisme qui embaume chaque rebondissement majeur de ce jeu de massacre, au propre comme au figuré.

Le trailer désamorce déjà quelques scènes par de l’humour, avant de déverser des hectolitres de sang à l’écran. De quoi rendre fier l’immonde Homelander, dont une statue géante décore l’entrée de cette université singulière. Un mentor en or.

À lire aussi

Article rédigé par
Vincent Oms
Vincent Oms
Journaliste
Pour aller plus loin