Test Labo

Test Labo du LG 65NANO916NA : des images très satisfaisantes

04 octobre 2020
LG 65NANO916NA ©Labo FNAC

En résumé

Note LABOFNAC

Après un LG 65NANO866NA déjà convaincant, le constructeur améliore encore sa copie avec ce LG 65NANO916NA. Toujours aussi bien équipé, le téléviseur améliore encore la qualité d’image même si la colorimétrie est encore perfectible. Une excellent choix à défaut de passer directement à l’OLED.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Les performances homogènes
  • Les fonctionnalités avancées (assistants vocaux, AirPlay 2, HomeKit, etc).
Les moins
  • La dérive des couleurs

Détail des sous notes

Contraste
Le contraste d'un écran est sa capacité à afficher des images très sombres et très lumineuses. On parle de taux de contraste (le rapport d'intensité lumineuse entre le point le plus blanc et le point le plus noir).
Progressivité
Ceci est la mesure des dégradés. Chaque niveau de gris ne doit ni être trop clair, ni trop sombre.
Couleur
Nous mesurons la fidélité de la couleur. Plus la note est haute, plus les couleurs sont proches de la réalité
Directivité
Être capable de regarder l'écran quelque soit la position du spectateur (garder la même qualité d'image de face comme sur les côtés)
Uniformité
Une image de même qualité, couleur, luminance sur toute la surface de la dalle

Notre test détaillé

Introduction

Avec un équipement complet et une qualité d’image homogène, le LG 65NANO916NA est un téléviseur qui ne manque pas d’intérêt. Nous l’avons passé sous les sondes du labo.

L’ergonomie et le design

Après le 65NANO866NA, nous sommes montés en gamme pour nous intéresser au LG 65NANO916NA. Ce dernier bénéficie lui aussi de la technologie NanoCell qui est basée sur des nanoparticules. Elle est censée afficher des couleurs plus fidèles en filtrant les teintes ternes et en améliorant la pureté du spectre RGB. Le contraste n’est pas en reste avec la fonction Nano Black, et nous allons pouvoir vérifier tous ces points un peu plus loin.

En attendant, le LG 65NANO916NA affiche le même design que le LG 65NANO866NA. Les bords d’écran sont relativement fins tandis que le pied unique permet de poser le téléviseur sur la plupart des meubles malgré sa diagonale de 65 pouces.

La connectique du LG 65NANO916NA est accessible au dos de l’appareil et comprend quatre entrées HDMI (dont une eARC pour profiter du Dolby Atmos avec les barres de son récentes), trois ports USB 2.0, une sortie audio optique numérique, une sortie casque 3,5 mm, deux ports antenne (une satellite et un câble/terrestre), un port CI et un port Ethernet. Côté sans fil, le téléviseur profite du Bluetooth 5.0 et du WiFi ac.

La partie audio repose sur une système 2.2 avec une puissance correcte de 20 W. LG propose moult solutions pour améliorer le rendu, notamment Clear Voice. Le LG 65NANO916NA dispose en outre d’un décodeur Dolby Atmos qui, associé au port HDMI eARC, permet de bénéficier de la spacialisation verticale avec une barre de son compatible. Notez aussi qu’il est possible de profiter du surround sans fil en connectant deux enceintes Bluetooth.

Le système d’exploitation reste WebOS 5.0, une solution originale et propre au constructeur. Son interface a été rafraichie avec un bandeau qui se superpose à l’image pour accéder aux différentes sources vidéo et aux services de vidéo à la demande. Outre les incontournables tels que Netflix et youTube, le téléviseur propose aussi Disney+ et Apple TV+ ce qui permet de se passer d’un boîtier externe du type Google Chromecast ou Apple TV.

WebOS se distingue des solutions concurrentes grâce à ses interactions avec la commande. Plutôt que de déplacer un curseur à l’écran à l’aide de boutons, il suffit de la pointer vers le téléviseur pour accéder à la sélection de son choix. Après un petit temps d’adaptation, cette solution se montre pratique au quotidien. La reconnaissance vocale n’a pas été oubliée avec l’intégration de Google Assistant et Amazon Alexa tandis qu’Apple AirPlay 2 et  HomeKit raviront les possesseurs d’appareils Apple. Le premier permet de diffuser du contenu sur le téléviseur à partir de n’importe quel périphérique de la marque à la pomme (ordinateur, smartphone ou tablette), tandis que le second se destine aux objets connectés compatibles qu’on pourra piloter via le téléviseur. L’inverse est également vrai en utilisant par exemple Siri d’Apple pour allumer ou éteindre le téléviseur, changer de source ou encore régler le volume.

Les contrastes

Comme le LG 65NANO866NA que nous avions testé l’été dernier, le LG 65NANO916NA doit se contenter d’une luminosité modeste comparée à d’autres modèles disponibles aujourd’hui. En effet, Nous avons relevé 139 cd/m2 au centre de la dalle. De la même façon le niveau de noir est correct avec  0,031 cd/m2.

En revanche, le LG 65NANO916NA est parfaitement à l’aise avec les fuites de lumière. En plaçant un cache sur la dalle de 65 pouces nous avons relevé une luminosité de 0,018 cd/m2 au dessus, 0,002 cd/m2 à gauche, 0,019 cd/m2 à gauche et 0,015 cd/m2 en droite. Au final, le LG 65NANO916NA affiche un taux de contraste très satisfaisant de 4484 dans l’axe.

Contraste
7

La progressivité

Le test suivant consiste à comparer la courbe de gamma du signal vidéo en sortie du téléviseur avec celle du signal d’origine. Comme vous pouvez le voir ci-dessous, les deux courbes sont pratiquement juxtaposées, le LG 65NANO916NA ne dénaturant pas le signal vidéo d’origine.

Nous avons ensuite réalisé des mesures de directivité en adoptant cinq zones d’observation et en faisant varier l’angle de 45 degrés pour évaluer la luminosité perçue par les utilisateurs assis dans les angles du téléviseur. La luminosité qui n’était déjà pas très élevée dans l’axe chute à 46 cd/m2 dans les angles droit et gauche.

Progressivité
8.3

La directivité

Lors de ce test nous évaluons la dérive des couleurs en fonction du point d’observation. La luminosité est réglée sur la valeur maximale et le balayage est réalisé sur plusieurs points avec des positions d’observation différentes. Dit plus simplement, nous relevons le niveau des noirs et le taux de contraste tels qu’ils sont perçus par un téléspectateur assis sur le côté du LG 65NANO916NA.

Ce dernier gère plutôt bien la directivité avec un niveau de noir uniforme dans les angles (0,018 cd/m2 dans l’angle gauche et 0,016 cd/m2 dans l’angle droit). De la même façon, le taux de contraste reste très correcte en passant de 4484 dans l’axe à 2556 dans l’angle gauche et 2875 dans l’angle droit.

Directivité
6.9

La colorimétrie

Avec la technologie Nanocell, LG promet des couleurs plus riches et pures. Chose qui se confirme dans nos mesures, le téléviseur n’ayant aucune peine à dépasser le triangle de référence EBU.

Le LG 65NANO916NA vient même se frotter à la référence DCI-P3 qui est encore plus exigeante. Toutefois la dérive vient un peu ternir ce beau bilan, notamment dans les verts.

Couleur
6.3
Richesse des couleurs
8.7

L’uniformité

Le LG 65NANO866NA s’était montré très à l’aise dans notre test d’uniformité et le LG 65NANO916NA ne déçoit pas non plus. L’écart d’uniformité de luminance est très satisfaisant avec une variation de 31 % seulement entre la zone la plus lumineuse et la moins lumineuse de la dalle de 65 pouces. Pour localiser leur position nous avons divisée cette dernière en 35 zones. Le minimum de 97 cd/m2 est atteint dans le coin supérieur droit tandis que le maximum de 140 cd/m2 est atteint juste à gauche du centre de l’écran.

Le LG 65NANO916NA est tout aussi à l’aise au niveau de l’écart d’uniformité de chrominance comme l’atteste un excellent delta U’V’ de 0,0041. Rappelons que plus cette valeur est proche de zéro et plus les couleurs sont fidèles sur l’ensemble de la dalle du téléviseur. C’est bel et bien le cas pour le LG 65NANO916NA.

Conclusion

Note LABOFNAC

Après un LG 65NANO866NA déjà convaincant, le constructeur améliore encore sa copie avec ce LG 65NANO916NA. Toujours aussi bien équipé, le téléviseur améliore encore la qualité d’image même si la colorimétrie est encore perfectible. Une excellent choix à défaut de passer directement à l’OLED.

Note technique

Détail des sous notes

Contraste
Progressivité
Couleur
Directivité
Uniformité
Article rédigé par
Pierre Blanc
Pierre Blanc
Responsable des tests TV et écrans
Driss Abdi
Driss Abdi
Journaliste
Pour aller plus loin