Test Labo

Test Labo du Samsung TQ65S95D, un téléviseur OLED toujours au top

18 juin 2024
Par Driss Abdi, Pierre Blanc
SAMSUNG TQ65S95DA
SAMSUNG TQ65S95DA ©Samsung

Samsung avait frappé un grand coup avec le Samsung TQ65S95C. Évoluant par petites touches, son successeur le TQ65S95DA devrait de fait mieux.

En résumé

Note LABOFNAC

Samsung avait frappé un grand coup avec le Samsung TQ65S95C. Son successeur évolue par petites touches en proposant notamment une nouvelle version du système Tizen et en étoffant (un peu) la connectique. Mais c’est surtout la dalle OLED qui évolue pour afficher une luminosité impressionnante. De quoi permettre au Samsung TQ65S95D de rester dans le cercle très fermé des meilleurs téléviseurs aujourd’hui.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Le design
  • Le taux de contraste
  • La luminosité très élevée pour une dalle OLED
  • Les technologies (IA, HDMI 2.1, télécommande solaire, etc.)
  • Le boîtier déporté One Connect
Les moins
  • L'uniformité perfectible en matière de luminosité
  • Pas de Dolby Vision
  • Pas de wifi 6e

Détail des sous notes

Contraste
Le contraste d'un écran est sa capacité à afficher des images très sombres et très lumineuses. On parle de taux de contraste (le rapport d'intensité lumineuse entre le point le plus blanc et le point le plus noir).
Progressivité
Ceci est la mesure des dégradés. Chaque niveau de gris ne doit ni être trop clair, ni trop sombre.
Couleur
Nous mesurons la fidélité de la couleur. Plus la note est haute, plus les couleurs sont proches de la réalité
Directivité
Être capable de regarder l'écran quelque soit la position du spectateur (garder la même qualité d'image de face comme sur les côtés)
Uniformité
Une image de même qualité, couleur, luminance sur toute la surface de la dalle

Notre test détaillé

Design et prise en main

Belle performance pour Samsung qui conserve son statut de leader sur le marché mondial des téléviseurs pour la 18e année consécutive, rien que ça. Le constructeur en a profité pour consolider sa position sur le segment des modèles haut de gamme, notamment en développant sa gamme OLED. Et avec 1,01 million d’unités vendues en 2023, Samsung a réussi à s’octroyer une part de marché de 22,7 %. C’est donc dans ce contexte que le constructeur lance sa nouvelle génération de téléviseurs OLED avec la série S95D.

©L'Éclaireur

Celle-ci se décline dans trois tailles avec des diagonales de 55, 65 et 77 pouces. C’est la version de 65 pouces qui nous intéresse ici. Comme les deux autres, le Samsung TQ65S95D bénéficie du design Infinity One tout en finesse, avec un châssis de 11 mm d’épaisseur seulement. Les bords d’écran sont également réduits à leur plus simple expression, ce qui impose de le manipuler avec précaution au moment d’installer le pied Slim OC Stand.

Autre caractéristique de cette nouvelle génération de téléviseurs OLED de Samsung, la gamme S95D est la toute première du genre à bénéficier d’un traitement sans reflet. Idéal en journée, surtout dans une pièce très lumineuse.

©L'Éclaireur

Très lourd, pour garantir la stabilité du téléviseur, le pied est composé de deux parties en métal qu’il faut assembler avant de l’accrocher au dos du Samsung TQ65S95D, qui est ainsi surélevé, par exemple pour installer une barre de son sans occulter le bas de l’image.

©L'Éclaireur
©L'Éclaireur

Le pied central peut également accueillir le boîtier déporté Samsung One Connect. Celui-ci regroupe la connectique et l’alimentation électrique du Samsung TQ65S95D. D’ailleurs, deux câbles sont fournis, dont un plus long (2,5 m) si vous souhaitez installer le One Connect plus loin, par exemple dans un meuble sous ou à proximité du téléviseur.

©L'Éclaireur

Notez que le câble a pris de l’embonpoint au fil des générations, la première version étant pratiquement invisible, mais ne fournissant pas l’alimentation électrique. À l’inverse, le boîtier One Connect fourni avec le Samsung TQ65S95D est plus fin, de sorte à l’intégrer plus facilement.

©L'Éclaireur
©L'Éclaireur

Positionné en haut de gamme, le Samsung TQ65S95D ne manque de rien en matière de connectique. Quatre entrées HDMI sont intégrées dans le One Connect, qui sont toutes en 2.1 et qui prennent en charge la 4K à 144 Hz. Le téléviseur profite aussi de trois ports USB type A et d’un port USB type C – qui se sera fait attendre.

Le tout est complété par une sortie audio numérique optique, un port Ethernet, des connecteurs antenne-câble-satellite et le port CI. Et, comme sur la génération précédente, le téléviseur dispose des connexions Bluetooth 5.2 et wifi 5. Car Samsung a réservé malheureusement le wifi 6e à son modèle 8K, le TN900.

©L'Éclaireur

La partie audio du Samsung TQ65S95D n’évolue pas non plus par rapport au Samsung TQ65S95C. On retrouve ainsi un système 4.2.2 canaux avec une puissance de 70 W. Le téléviseur propose des fonctionnalités telles que Q-Symphony qui permet d’associer les huit haut-parleurs au dos à ceux d’une barre de son de la gamme Samsung Q-Series. Et ce, en HDMI ou sans-fil.

Citons également l’AVA (Active Voice Amplifier) pour rehausser automatiquement le niveau sonore des dialogues en cas de bruit dans la pièce, ou encore l’OTS (Object Tracking Sound) qui va utiliser les haut-parleurs pour déplacer le son de manière dynamique en suivant les objets à l’image.

©L'Éclaireur

Rien de neuf ici, donc, contrairement à la bascule automatique vers les écouteurs Bluetooth Buds de la marque, avec deux connexions Bluetooth en simultané. Et, comme son prédécesseur, le Samsung TQ65S95D prend en charge le Dolby Audio.

©L'Éclaireur

D’autre part, le Samsung TQ65S95D est équipé de la toute dernière version du système d’exploitation Tizen Smart TV. Ce dernier propose une interface revue qui s’éloigne largement des versions précédentes. Plus proche visuellement de Google TV, elle s’articule autour de trois catégories clairement identifiées en haut de page : « Pour vous » qui regroupe les services utilisés récemment ou plébiscités par les autres utilisateurs, TV en direct et les applis.

©L'Éclaireur
©L'Éclaireur

Très claire et bien organisée, l’interface profite d’une belle fluidité et ne demande que quelques secondes pour être apprivoisée. Même la configuration est un jeu d’enfant en scannant un QR code avec son smartphone pour retrouver ses comptes sur le téléviseur.

©L'Éclaireur

Tizen affiche aussi un bandeau vertical sur la gauche de l’écran, qui regroupe l’outil de recherche, la mode Ambiant ou encore un accès direct aux périphériques qui sont connectés au Samsung TQ65S95D et aux paramètres. Ces derniers s’affichent sur un bandeau horizontal, comme précédemment.

©L'Éclaireur

Enfin, la télécommande reste l’une des plus ergonomiques aujourd’hui. Compacte, elle tient dans le creux de la main et arbore un nombre limité de boutons. Ce qui ne l’empêche pas d’être parfaitement adaptée au système Tizen. Outre la commande centrale et les boutons de sélection des chaînes et de réglage du volume, elle est équipée de quatre raccourcis pour lancer directement Netflix, Disney Plus, Amazon Prime ou Samsung TV Plus.

©L'Éclaireur

Au dos, un panneau solaire permet de récupérer de l’énergie à partir de la lumière naturelle dans la pièce, tandis qu’un port USB type C permet une recharge complète.

©L'Éclaireur
Résolution
3840 X 2160
Diagonale écran (en pouces)
65 "
Diagonale écran (en cm)
165 cm
Ratio d’image
16/9
Ecran incurvé
plat

Le Samsung TQ65S95D est un téléviseur OLED 4K de 65 pouces qui est doté de 8,3 millions de pixels autoémissifs et d’un nouveau traitement sans reflet inédit sur le segment de l’OLED. En revanche, si les formats HDR10+ et HLG sont pris en charge, Samsung persiste à ne pas proposer de Dolby Vision. Dans tous les cas, les fonctionnalités de traitement d’image sont toutes désactivées par le Labo Fnac afin de réaliser les tests qui permettront de comparer tous les téléviseurs entre eux.

Contraste

Contraste
10
Le contraste d’un écran est sa capacité à afficher des images très sombres et très lumineuses. On parle de taux de contraste (le rapport d’intensité lumineuse entre le point le plus blanc et le point le plus noir).
* Les écrans OLED n’affiche aucune lumière dans le noir, donc aucun taux de contraste n’est calculable.
©Labo Fnac

Samsung annonce des pics de luminosité plus de 20% supérieurs à la série OLED S95C de l’année dernière. Promesse plus que tenue si l’on en croit les mesures du Labo Fnac lors des tests du Samsung TQ65S95D. En effet, alors que le Samsung TQ65S95C affichait 460 cd/m2, son successeur monte carrément à 618 cd/m2, sans activer le HDR, rappelons-le.

Par ailleurs, la technologie OLED s’appuyant sur des pixels auto-émissifs qui s’éteignent pour afficher du noir, leur profondeur est irréprochable et le Samsung TQ65S95D affiche un taux de contraste époustouflant. Ainsi, c’est haut la main qu’il obtient la note maximale à ce premier test du Labo Fnac.

Progressivité

Progressivité
7.5
Ceci est la mesure des dégradés. Chaque niveau de gris ne doit ni être trop clair, ni trop sombre.

Le test de progressivité permet d’évaluer les performances d’un téléviseur en matière de restitution des dégradés. Elle est évaluée en comparant la courbe de gamma du signal vidéo de référence en entrée à celle en sortie du téléviseur. Dans l’ensemble, la courbe de gamma du Samsung TQ65S95D est conforme à celle du signal vidéo d’origine.

La deuxième partie du test de directivité du Labo Fnac consiste en une série de mesures à partir de cinq zones d’observation, avec un angle qui varie de 45 degrés. Ce test permet de simuler les différentes positions d’observation du téléviseur, comme lorsque le téléspectateur est assis en face ou sur le côté du Samsung TQ65S95D. Grâce à sa dalle OLED, ce dernier affiche exactement le même niveau de luminosité dans l’axe que dans les angles, avec toujours une valeur élevée de 618 cd/m2. Tout le monde dans la pièce en prendra donc plein les yeux.

Directivité

Directivité
9.8
Être capable de regarder l’écran quelque soit la position du spectateur (garder la même qualité d’image de face comme sur les côtés)*Les écrans OLED n’ont pas de rétro-éclairage, il n’y aura donc pas de fuites de lumière dans les noirs

Le test de directivité permet au Labo Fnac d’évaluer une éventuelle dérive des couleurs en fonction du point d’observation. Pour ce faire, la luminosité est réglée sur la valeur maximale pendant toute la durée du test. Les différentes mesures sont réalisées sur plusieurs points avec des positions d’observation différentes, une fois encore. Il s’agit pour le Labo Fnac d’évaluer les performances du téléviseur dans les angles, en se concentrant cette fois sur le niveau des noirs et le taux de contraste.

Qui dit OLED, dit pixels éteints pour afficher du noir. Associé à une luminosité uniforme quel que soit l’angle de vision, il en résulte un taux de contraste qui ne change pas. Où qu’ils soient assis, les téléspectateurs profiteront de noirs et de taux de contraste absolument parfaits avec le Samsung TQ65S95D.

Colorimétrie

Couleur
8.6
Nous mesurons la fidélité de la couleur. Plus la note est haute, plus les couleurs sont proches de la réalité
Richesse des couleurs
9.7

Alors que son prédécesseur affichait des images extrêmement riches avec une fidélité presque irréprochable, le Samsung TQ65S95D avait fort à faire. Sans grande surprise, ce nouveau téléviseur s’illustre lui aussi en matière de colorimétrie, couvrant sans difficulté l’espace colorimétrique DCI-P3 de référence. On pourra à la rigueur pinailler sur la légère dérive dans les bleus qui lui coûte quelques points, mais qui est surtout invisible à l’œil nu.

Uniformité

Uniformité
9.2
Une image de même qualité, couleur, luminance sur toute la surface de la dalle
Luminance
10
Chrominance
10

Chose rare, le Samsung TQ65S95D fait moins bien que son prédécesseur au test d’uniformité du Labo Fnac. Entendons-nous bien, les résultats sont encore une fois excellents, mais le téléviseur affiche un écart d’uniformité de luminosité un peu plus important avec 27 % (contre 17 % pour la génération précédente). Le Labo Fnac a divisé la dalle en 35 zones de taille égale pour localiser le point le plus lumineux et le moins lumineux. Le maximum s’établit à 294 cd/m2 au centre de la dalle (contre 252 cd/m2 sur la génération précédente), tandis que le minimum de 215 cd/m2 (contre 210 cd/m2 auparavant) est atteint dans le coin supérieur gauche.

En revanche, le Samsung TQ65S95D affiche une uniformité des couleurs qui est irréprochable. En effet, le Labo Fnac a mesuré un delta U’V’ de 0,0033 seulement (plus ce chiffre est proche de zéro et plus les couleurs sont fidèles sur toute la surface de la dalle). Il obtient ainsi la note maximale une fois encore.

Slot carte mémoire
0
Ports USB
3
Prises HDMI
4
Prises HDMI Comp. 4K
4
Compatible ARC sur 1 HDMI
Oui
Wi-Fi
integre
Ethernet
Oui
Bluetooth HID
Oui
Bluetooth Audio
Oui
Prise Casque
Non
Sortie audio numérique
optique
OS
T-PTMDDEUC-1057
Compatible HBBTV
Oui
Compatible HDR
Oui
Fonctions enregistrements sur USB
Oui
Consommation en veille (en W)
0 W
Consommation en marche (en W)
0 W

Conclusion

Note LABOFNAC

Samsung avait frappé un grand coup avec le Samsung TQ65S95C. Son successeur évolue par petites touches en proposant notamment une nouvelle version du système Tizen et en étoffant (un peu) la connectique. Mais c’est surtout la dalle OLED qui évolue pour afficher une luminosité impressionnante. De quoi permettre au Samsung TQ65S95D de rester dans le cercle très fermé des meilleurs téléviseurs aujourd’hui.

Note technique

Détail des sous notes

Contraste
Progressivité
Couleur
Directivité
Uniformité
Article rédigé par
Driss Abdi
Driss Abdi
Journaliste
Pierre Blanc
Pierre Blanc
Responsable des tests TV et écrans
Pour aller plus loin