Test Labo

Test Labo du Philips 65OLED908-12, un OLED performant, mais à la colorimétrie perfectible

09 janvier 2024
Par Driss Abdi, Pierre Blanc
PHILIPS 65OLED908-12
PHILIPS 65OLED908-12 ©Philips

Le Philips 65OLED908 est censé offrir le meilleur de l’image et du son avec sa barre de son. Mais tient-il vraiment ses promesses ?

En résumé

Note LABOFNAC

Le Philips 65OLED908 bénéficie des meilleurs technologies offertes le constructeur, qu’il s’agisse des formats HDR pris en charge, de sa connectique très complète ou encore de sa télécommande rétro-éclairée de nouvelle génération et de sa barre de son. Sa dalle OLED affiche des images de toute beauté, mais le Philips 65OLED908 ne fait pas aussi bien que la génération précédente. La faute à une colorimétrie qui est certes très correcte, mais pas aussi riche et fidèle que ce à quoi l’OLED nous a habitués.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • L'équipement très complet
  • Le taux de contraste et les angles de vision
  • La barre de son Bowers & Wilkins
Les moins
  • La richesse et la fidélité des couleurs pour une dalle OLED de dernière génération
  • Deux entrées HDMI 2.1 sur quatre

Détail des sous notes

Contraste
Le contraste d'un écran est sa capacité à afficher des images très sombres et très lumineuses. On parle de taux de contraste (le rapport d'intensité lumineuse entre le point le plus blanc et le point le plus noir).
Progressivité
Ceci est la mesure des dégradés. Chaque niveau de gris ne doit ni être trop clair, ni trop sombre.
Couleur
Nous mesurons la fidélité de la couleur. Plus la note est haute, plus les couleurs sont proches de la réalité
Directivité
Être capable de regarder l'écran quelque soit la position du spectateur (garder la même qualité d'image de face comme sur les côtés)
Uniformité
Une image de même qualité, couleur, luminance sur toute la surface de la dalle
À partir de
3 007,99€
En stock vendeur partenaire
Note LABOFNAC
Voir sur Fnac.com

Notre test détaillé

Le Philips 65OLED908 est le nouveau modèle haut de gamme de la marque. Un téléviseur censé offrir le meilleur de l’image et du son avec sa barre de son Bowers & Wilkins. Mais tient-il vraiment ses promesses ?

Ergonomie et prise en main

Philips a mis à jour ses téléviseurs haut de gamme, à commencer par le Philips 65OLED908. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un modèle de grande taille avec sa dalle OLED de 65 pouces. Et comme précédemment, Philips s’appuie sur son partenariat avec la marque britannique Bowers & Wilkins pour soigner la partie audio.

Le téléviseur affiche un style épuré avec son cadre métallique dont les bords très fins permettent de mettre en valeur la dalle OLED. Le pied central en chrome satiné participe aussi au design, non sans y ajouter la fonctionnalité. Relativement étroit par rapport aux dimensions du téléviseur, il est rotatif, de sorte à orienter le Philips 65OLED908 au besoin.

©Philips

Positionné en haut de gamme, le Philips 65OLED908 propose tout le nécessaire – ou presque – en matière de connectique. En effet, s’il dispose bel et bien de quatre entrées HDMI, deux seulement sont en HDMI 2.1 (contre quatre chez Samsung par exemple). Ces deux entrées sont également les seules à prendre en charge l’eARC pour brancher une barre de son externe si celle de Bowers & Wilkins ne suffit pas.

À cela s’ajoutent trois ports USB type A dont un USB 3.0, un port Ethernet RJ45 pour une connexion réseau filaire, une sortie audio numérique optique, une sortie casque, un port CI+ et les connecteurs antenne-satellite. Les connexions sans fil sont assurées par le wifi 802.11ac et le Bluetooth 5.2 avec la prise en charge du profil A2DP pour une écoute en stéréo à l’aide d’un casque ou d’une enceinte compatible.

©Philips

À propos d’audio, le Philips 65OLED908 marque la continuité du partenariat entre la marque et le constructeur britannique spécialisé Bowers & Wilkins. Le téléviseur intègre une fois encore une barre de son qui se fait plus discrète que sur les premières versions pour ceux qui s’en souviennent.

Disons-le d’emblée, le nouveau modèle n’a pas la prétention de remplacer une barre de son telle que la Sonos Arc par exemple. D’autant que si cette dernière est beaucoup plus puissante, elle est aussi particulièrement encombrante. La barre de son de la Philips 65OLED908 ne vient en rien dénaturer le design tout en finesse du téléviseur. Pour autant, elle lui offre un surplus de puissance qui bienvenu, la partie audio étant souvent le parent pauvre des téléviseurs.

Ici, la barre de son Bowers & Wilkins délivre une puissance un peu plus généreuse que la moyenne avec 80 Watts via son système 3.1 canaux : six tweeters de 8,5 Watts chacun et un woofer de 30 Watts qui prend place à l’arrière, comme d’habitude. De plus, le Philips 65OLED908 prend en charge les pistes encodées en Dolby Atmos et DTS:X, tout en proposant les traitements audio habituels pour améliorer les dialogues, renforcer les graves ou à l’inverse ajuster le volume pour une écoute de nuit.

©Philips

Forcément, qui dit téléviseur Philips haut de gamme dit Ambilight. Pour mémoire, ce système repose sur trois rangées de LED positionnées à l’arrière du Philips 65OLED908, sur les côtés et le dessus. Elles diffusent de la lumière sur le mur afin de créer une ambiance encore plus immersive et donner l’impression que l’image déborde de l’écran.

La couleur et l’intensité de l’Ambilight varient en fonction du contenu, et différents modes sont proposés, notamment pour profiter d’effets de lumière synchronisés avec la musique. Un bouton sur la télécommande permet de diffuser cette fonctionnalité si besoin.

©Philips

Enfin, Philips a choisi le système d’exploitation Google TV pour le Philips 65OLED908. Il a beaucoup évolué ces dernières années, pour proposer une interface qui le rapproche de celle de l’Apple TV. Facile à utiliser, Google TV fait preuve de fluidité et propose de très nombreuses applications que l’on peut organiser à sa guise.

©Philips

Les assistants vocaux sont aussi pris en charge avec l’intégration de Google Assistant et la compatibilité avec Amazon Alexa. Il est ainsi possible de commander certaines fonctionnalités du Philips 65OLED908 à la voix, mais aussi les objets connectés qui se trouvent sur le même compte Google Home. Le téléviseur étant dépourvu de micro, il faut utiliser celui de la télécommande. Cette dernière a elle aussi évolué pour réduire le nombre de boutons afin d’offrir une ergonomie plus agréable. Cerise sur le gâteau, elle est rétro-éclairée et alimentée par une batterie rechargeable via un port USB type C.

©Philips
Résolution
3840 X 2160
Diagonale écran (en pouces)
65 "
Diagonale écran (en cm)
165 cm
Ratio d’image
16/9
Ecran incurvé
plat
Contraste
10
Le contraste d’un écran est sa capacité à afficher des images très sombres et très lumineuses. On parle de taux de contraste (le rapport d’intensité lumineuse entre le point le plus blanc et le point le plus noir).
* Les écrans OLED n’affiche aucune lumière dans le noir, donc aucun taux de contraste n’est calculable.
©Labo Fnac

Comme son nom l’indique clairement, le Philips 65OLED908 est un téléviseur OLED de 65 pouces. Sa dalle 4K Ultra HD (3 840×2 160 pixels) est soutenue par un processeur Philips P5 qui s’appuie sur de l’intelligence artificielle avec apprentissage profond pour améliorer la qualité des images. De plus, Philips compte parmi les quelques constructeurs qui proposent la prise en charge de tous les formats HDR, qu’il s’agisse du Dolby Vision, du HDR10+ Adaptative ou du HLG. Cependant, ces fonctionnalités sont désactivées lors des tests du Labo, ce qui permet de comparer tous les téléviseurs entre eux sur un pied d’égalité.

Malgré cela, le Philips 65OLED908 affiche une luminosité native relativement élevée pour une dalle OLED. Le Labo a mesuré 178 cd/m2 dans l’axe, tandis que les noirs sont d’une profondeur irréprochable. De quoi offrir un taux de contraste absolument parfait, même sans HDR.

Progressivité

Progressivité
7.8
Ceci est la mesure des dégradés. Chaque niveau de gris ne doit ni être trop clair, ni trop sombre.

Pour évaluer la progressivité des téléviseurs et donc leur fidélité, le Labo compare la courbe de gamma du signal vidéo de référence en entrée à celle du signal en sortie du Philips 65OLED908. Les deux courbes doivent être aussi linéaires que possible. Ce n’est pas vraiment le cas ici, avec un décrochage bien visible en milieu de courbe et un profil semblable à ce que le le Labo a relevé sur le Philips 42OLED808-12. Ce phénomène va se traduire par une gestion moins précise des dégradés et des niveaux de gris, même si le phénomène ne devrait pas trop impacter l’expérience des téléspectateurs.

Par ailleurs, la deuxième partie du test du Labo consiste à prendre des mesures dans cinq zones d’observation, en faisant varier l’angle de 45 degrés. Il est ainsi possible de simuler les différentes positions d’observation du téléviseur, comme lorsqu’un téléspectateur est assis en face ou sur le côté. Grâce à la technologie OLED, le Philips 65OLED908 offre des angles de vision très larges et une luminosité parfaitement homogène tant dans l’axe que sur les côtés. De quoi profiter là encore des 178 cd/m2 relevés plus haut.

Directivité

Directivité
10
Être capable de regarder l’écran quelque soit la position du spectateur (garder la même qualité d’image de face comme sur les côtés)*Les écrans OLED n’ont pas de rétro-éclairage, il n’y aura donc pas de fuites de lumière dans les noirs

Lors du test de directivité, le Labo évalue une éventuelle dérive des couleurs, qui dépend là aussi du point d’observation. Pour ce faire, la luminosité est réglée au maximum, tandis que des mesures sont réalisées sur plusieurs points avec des positions différentes. Comme précédemment, ce test est destiné à évaluer les performances du téléviseur dans les angles, et plus particulièrement le niveau des noirs et du taux de contraste.

On l’a vu, les angles de vision du Philips 65OLED908 sont très larges, de sorte à offrir une image parfaitement homogène. Le niveau des noirs et le taux de contraste sont donc aussi exceptionnels dans l’axe que dans les angles. C’est parfait.

Colorimétrie

Couleur
5.8
Nous mesurons la fidélité de la couleur. Plus la note est haute, plus les couleurs sont proches de la réalité
Richesse des couleurs
7.6

Les téléviseurs Philips dotés de dalles OLED déçoivent rarement, pour ne pas dire jamais, lors des tests du Labo. Pourtant, le Philips 65OLED908 ne restera pas dans les annales pour sa colorimétrie. Certes, il obtient un résultat très correct, mais on est loin de la perfection de la génération précédente.

En effet, le téléviseur peine à couvrir le triangle de référence DCI-P3, notamment dans les rouges et dans les bleus. Ces derniers accusent en outre une légère dérive. On en attendait clairement plus d’une dalle OLED de cet acabit.

Uniformité

Uniformité
8.8
Une image de même qualité, couleur, luminance sur toute la surface de la dalle
Luminance
10
Chrominance
8

Les grandes dalles telles que celle de 65 pouces du Philips 65OLED908 sont généralement mises à rude épreuve par les tests d’uniformité du Labo. Bonne nouvelle, celle-ci s’en sort très haut la main avec un résultat irréprochable en matière de répartition de la lumière. L’écart relevé de 17% seulement est négligeable. En effet, en divisant la dalle de 65 pouces en 35 zones de même taille, le Labo a relevé un maximum de 116 cd/m2 en plein centre de l’écran, et un minium de 96 cd/m2 dans le coin supérieur droit.

Et s’il n’est pas aussi insignifiant, l’écart d’uniformité de chrominance ne provoque aucune gêne, le Delta U’V’ de 0,0044 seulement attestant de l’homogénéité des couleurs sur toute la dalle (plus ce chiffre est proche de zéro et plus les couleurs sont fidèles).

Slot carte mémoire
0
Ports USB
3
Prises HDMI
4
Prises HDMI Comp. 4K
4
Compatible ARC sur 1 HDMI
Oui
Wi-Fi
integre
Ethernet
Oui
Bluetooth HID
Oui
Bluetooth Audio
Oui
Prise Casque
Oui
Sortie audio numérique
optique
OS
TPM231WW_R.001.
Compatible HBBTV
Oui
Compatible HDR
Oui
Fonctions enregistrements sur USB
Oui
Consommation en veille (en W)
0 W
Consommation en marche (en W)
0 W

Conclusion

Note LABOFNAC

Le Philips 65OLED908 bénéficie des meilleurs technologies offertes le constructeur, qu’il s’agisse des formats HDR pris en charge, de sa connectique très complète ou encore de sa télécommande rétro-éclairée de nouvelle génération et de sa barre de son. Sa dalle OLED affiche des images de toute beauté, mais le Philips 65OLED908 ne fait pas aussi bien que la génération précédente. La faute à une colorimétrie qui est certes très correcte, mais pas aussi riche et fidèle que ce à quoi l’OLED nous a habitués.

Note technique

Détail des sous notes

Contraste
Progressivité
Couleur
Directivité
Uniformité

L’avis des clients Fnac

Voir tous les avis
La note des clients Fnac 5 (4 avis)
Article rédigé par
Driss Abdi
Driss Abdi
Journaliste
Pierre Blanc
Pierre Blanc
Responsable des tests TV et écrans