Critique

Laurent Binet : La sémiologie est un sport de combat

10 octobre 2015
Par Pauline1
Laurent Binet : La sémiologie est un sport de combat
©DR

PRIX DU ROMAN FNAC 2015 – Un accident trouble, un sémiologue tué, un manuscrit disparu, un Fight Club d’orateurs (le Logos Club !), de sémillants intellectuels issus de la French Theory, un couple d’enquêteurs plongé dans le milieu de la linguistique… Voici la détonante recette du nouveau Laurent Binet. Le résultat : un roman drôle (et un drôle de roman), plein d’une érudition joyeuse. Une véritable réussite !

Roland Barthes, la mort de l’auteur

Le 26 mars 1980, Roland Barthes décède un mois après avoir été percuté par une camionnette. L’Histoire officielle a retenu la thèse de l’accident. Mais Laurent Binet, avec truculence, a trouvé une autre cause à la mort du célèbre homme de lettres : la politique. Et l’auteur d’HHhH de nous expliquer les troubles liens entre ce domaine et les sciences humaines dans La Septième Fonction du langage.

Laurent Binet     la septieme fonction du langage

Laurent Binet © JF Paga – Grasset

James Bond au pays de la linguistique

Le linguiste russe Roman Jakobson a défini six fonctions du langage, selon que celui-ci énonce, s’adresse au destinataire, fait référence au langage lui-même etc… Il en existerait une septième, permettant à n’importe qui de convaincre son interlocuteur. C’est ce que découvrent les personnages principaux du nouveau roman de Laurent Binet.

Et le « mode d’emploi » de cette fonction était jusqu’à présent entre de bonnes mains, puisque c’est Roland Barthes lui-même qui l’avait en sa possession. Mais l’accident du sémiologue est en fait un attentat destiné à lui dérober ce précieux opuscule. Le commissaire Bayard, flanqué d’un jeune universitaire, Simon Herzog, sorte de Sherlock Holmes du signe social, remontent jusqu’aux commanditaires de ce larcin, et découvrent un univers auquel ils ne s’attendaient pas.

Foucault, BHL, Sollers, Mitterrand… dans la tourmente

Entre un interrogatoire de Michel Foucault dans un backroom gay, un colloque post-structuraliste tournant au pugilat, des réunions mystérieuses du comité de campagne François Mitterrand, une société secrète pratiquant l’art du débat ou l’intimité du couple Althusser, Laurent Binet explore le monde politico-théorique de la fin des années 1970 sans chercher à le mythifier. Le romancier entend plutôt déconstruire une époque qui se voulut montagne et accoucha d’une souris, ridiculisant au passage pas mal de totems de l’époque.

À mesure que l’on progresse dans la « théorie du complot » autour de la fonction du langage et de sa récupération politique, Binet multiplie les clins d’œil à l’histoire réelle, proposant une réalité alternative qui, si elle ne paraît plus crédible, donne du sens à la période de plomb et à ses différents événements. Encore une fois habile dans son analyse du rapport entre l’histoire et la fiction, le Goncourt du premier roman 2010 prouve avec La Septième Fonction du langage qu’il n’est pas l’homme d’une seule période historique, et que le passé tel qu’il nous le décrit peut toujours mieux nous faire comprendre notre présent.

La Septième Fonction du langage a reçu le prix du roman Fnac 2015, un prix décerné par un jury composé de 400 adhérents et de 400 libraires de la Fnac

Lauréat du prix Interallié 2015


master-190x1000-rentre-liit_conseils

La Septième Fonction du langage, Laurent Binet (Grasset) sur Fnac.com

Article rédigé par
Pauline1
Pauline1
libraire sur Fnac.com
Sélection de produits