Actu

Selon une étude, le street art limiterait le risque d’accidents de la route

30 avril 2022
Par Apolline Coëffet
Territoire urbain sur lequel Bloomberg Philantropies a mené son enquête
Territoire urbain sur lequel Bloomberg Philantropies a mené son enquête ©Bloomberg Philantropies

Une étude au constat étonnant. Le street art réduirait de moitié le risque d’accidents de la route.

Blomberg Philantrophies a récemment fait un constat surprenant : le street-art aurait des effets bénéfiques sur la sécurité routière. Une étude menée dans cinq états américains sur une période de deux ans a démontré que la couleur, de même que l’originalité de certaines œuvres attireraient l’attention des usagers de la route. Cela rendrait l’espace urbain beaucoup plus sûr, notamment pour les piétons.

Pour beaucoup, les rues sont synonymes d’espaces ternes, parfois ornés de quelques petits motifs sans grand intérêt. Pour y remédier, Bloomberg Philanthropies a alors développé l’Asphalt Art Initiative. L’objectif ? Incorporer des œuvres à but préventif à même le bitume afin de le rendre plus attractif. Cet « art de l’asphalte » prend plusieurs formes, allant du simple graffiti sur les murs à d’immenses dessins sur le sol. 

Territoire urbain sur lequel Bloombergs Philantropies a mené son enquête©Bloomberg Philantropies

Les bénéfices de l’art urbain sur la sécurité routière

Les chercheurs se sont rendu compte que voies colorées et passages piétons stylisés feraient ressortir les passants par contraste, ce qui encouragerait les conducteurs à ralentir. Le taux d’accidents de voiture impliquant des piétons ou des cyclistes réduirait ainsi de 50 %. L’étude évoque également une diminution de 37 % des accidents ayant entraîné des blessures. Au total, grâce au street-art, il y aurait 17 % d’accidents de la route en moins.

Certaines métropoles européennes ont également remarqué les bénéfices de l’art urbain sur la sécurité routière. En France, par exemple, la ville de Rennes a décidé de donner une nouvelle jeunesse à ses passages piétons en faisant appel aux services de quatre street-artistes. Une belle façon de légitimer un art qui ne se limite donc pas à une simple volonté esthétique. 

Territoire urbain sur lequel Bloombergs Philantropies a mené son enquête©Bloomberg Philantropies
Territoire urbain sur lequel Bloombergs Philantropies a mené son enquête©Bloomberg Philantropies
Territoire urbain sur lequel Bloombergs Philantropies a mené son enquête©Bloomberg Philantropies

À lire aussi

Article rédigé par
Apolline Coëffet
Apolline Coëffet
Journaliste
Pour aller plus loin