Actu

Raymond Depardon/Kamel Daoud, Son oeil dans ma main : regards croisés sur l’Algérie

16 février 2022
Par Félix Tardieu
Boulevard Bugeaud. Depuis l' Hôtel Aletti, Alger. 1961.
Boulevard Bugeaud. Depuis l' Hôtel Aletti, Alger. 1961. ©Raymond Depardon/ Magnum Photos

À quelques semaines de la commémoration des Accords d’Evian, l’Institut du monde arabe a invité le photographe Raymond Depardon à présenter ses clichés pris en Algérie en 1961, puis en 2019, mis en regard des textes de l’écrivain Kamel Daoud.

Jusqu’au 17 juillet prochain, l’IMA accueille entre ses murs l’exposition Son œil dans ma main. Algérie 1961-2019, né du désir du célèbre photographe français Raymond Depardon d’exhumer de ses archives une série de photographies prises à Alger en 1961, alors que les accords d’Évian (signés le 18 mars 1962) étaient en pourparlers. À l’époque, Depardon a seulement 19 ans lorsqu’il est envoyé par l’agence de photo Dalmas pour couvrir les événements à Alger, puis à Evian. Soixante ans plus tard, le photographe a remis la main sur quelque 80 photographies en noir et blanc, dont Depardon n’était pas si fier à l’époque, car rescapées d’une période de grande tension où planait constamment la menace d’attentats. De ces photos, prises pour la plupart au téléobjectif pour ne pas être trop facilement repéré, émane aujourd’hui une indéniable aura historique. 

Alger, 1961. ©Raymond Depardon / Magnum Photos

L’exposition est elle-même le fruit de la rencontre entre le photographe et l’écrivain d’origine algérienne Kamel Daoud, auteur du roman Meursault, contre-enquête (Actes Sud), finaliste du prix Goncourt en 2014. De cette rencontre est née l’idée d’un livre commun, Son oeil dans ma main, mû par cette volonté de « se défaire des grilles de lecture habituelles » : les textes de Kamel Daoud, quelque part entre la méditation et le commentaire d’image, y résonneraient avec les clichés de Depardon, qui est ainsi retourné en Algérie en 2019 pour une nouvelle série de photographies en noir et blanc.

Alger, 2019. © Raymond Depardon/ Magnum Photos

La présente exposition fait alors écho à la parution récente du livre, en même temps qu’elle le complète et l’enrichit. Un parcours à travers le temps et l’Histoire, ponctué par des textes évocateurs suspendus dans les salles d’exposition. Une exposition qui se referme sur une ouverture, avec un film réalisé par Claudine Nougaret, collaboratrice de longue date du photographe, tiré d’une conversation entre les deux hommes.

Infos pratiques
Raymond Depardon / Kamel Daoud. Son œil dans ma main. Algérie 1961-2019, Institut du monde arabe (Paris 5e), du 8 février au 17 juillet 2022 – du mar. au ven. de 10h à 18h, les week-end de 10h à 19h – Tarif : 8€, TR 6€, -26 ans : 4€

À lire aussi

Article rédigé par
Félix Tardieu
Félix Tardieu
Journaliste