Article

Les expos d’art à ne pas rater cet hiver en France

04 décembre 2021
Par Costanza Spina
<i>Valentin Sérov. Portrait du collectionneur de la peinture moderne russe et française Ivan Abramovitch Morozov</i> (Moscou, 1910)
Valentin Sérov. Portrait du collectionneur de la peinture moderne russe et française Ivan Abramovitch Morozov (Moscou, 1910)

De la découverte des plus grands classiques aux œuvres les plus novatrices, des grands musées aux galeries, de la peinture à la grande Histoire, voici notre sélection des expositions à ne pas manquer cet hiver.

La Collection Morozov. Icônes de l’art moderne à la Fondation Louis Vuitton (Paris)

Du 22 septembre 2021 au 22 février 2022, la Fondation Louis Vuitton présente la collection Morozov, l’une des plus importantes collections d’art impressionniste et moderne au monde. L’exposition événement réunit plus de 200 chefs-d’œuvre d’art moderne français et russe des frères moscovites Mikhaïl Abramovitch Morozov (1870-1903) et Ivan Abramovitch Morozov (1871-1921). C’est la première fois depuis sa création, au début du XXe siècle, que la collection Morozov voyage hors de Russie. Une exposition rare et incontournable.

Du 22/09/2021 au 22/02/2022.

Réservez votre place.

Les vitraux de Chagall exposés au Musée national de Marc Chagall (Nice)

Marc Chagall, en collaboration avec Charles Marq, La Rose bleue (1964). Deuxième état de la rosace du déambulatoire de la cathédrale de Metz.

Dans le musée consacré au grand peintre Marc Chagall (1887-1985), venez découvrir l’extraordinaire maquette de la Rose pour la Cathédrale de Metz et les vitraux azurés de La Création du Monde, dans une exposition méditative et changeante – au fil de la lumière du jour. Créées dans les ateliers rémois du maître verrier Simon-Marq, 15 de ces réalisations ornent les prestigieux édifices des plus belles villes du monde, en transmettant à jamais le message de paix, spiritualité et élévation si cher à Chagall.

Jusqu’au 10/01/2022.

Réservez votre place.

Matisse au musée de la Corse (Corte)

Collioure, rue du soleil, Matisse.

L’exposition Matisse au musée de la Corse se focalise sur l’année 1898, année où le peintre s’est rendu sur l’île et y a découvert une nouvelle source d’inspiration. « J’étais en Corse une année. C’est en allant dans ce pays merveilleux que j’ai appris à connaître la Méditerranée. J’étais ébloui là-bas, tout brille, tout est couleur, tout est lumière » disait-il dans une lettre à l’un de ses amis. En rencontrant le paysage méditerranéen, l’artiste fragmente de façon encore plus naturelle sa palette de couleurs et sublime la lumière. « La mer bleue, bleue, si tellement bleue qu’on en mangerait », écrit Matisse.

Jusqu’au 30/12/2021.

Réservez votre place.

Georgia O’Keeffe au Centre Pompidou (Paris)

Georgia O’Keeffe, par Alfred Stieglitz.

Le Centre Pompidou présente la première rétrospective en France de Georgia O’Keeffe (1887–1986), l’une des plus grandes figures de l’art nord-américain du XXe siècle. Disparue à 98 ans, la peintre a traversé tous les courants esthétiques du siècle dernier en les faisant cohabiter avec harmonie et maîtrise dans son univers immersif et multiple. Aujourd’hui, elle est reconnue comme l’une des pionnières de la peinture « hard edge » des années 1960. Une exposition au caractère exceptionnel qui met en lumière une figure encore trop peu connue du grand public français.

Jusqu’au 06/12/2021.

Réservez votre place.

À lire aussi

Joséphine Baker, Au fil de l’eau à la Piscine Baker (Paris)

Joséphine Baker.

Alors que la danseuse franco-américaine Joséphine Baker vient de rentrer au Panthéon, la piscine du XVIIIe arrondissement dédiée à cette artiste et grande résistante, lui consacre une exposition multimédia qui rassemble œuvres de street-art, musiques, illustrations, peintures, sculptures et créations numériques. L’exposition Joséphine Baker, Au fil de l’eau est visible aussi bien depuis les quais de Seine que depuis les couloirs de nage de la piscine !

Jusqu’au 31/12/2021.

Accès libre.

À lire aussi

Cartier et les arts de l’Islam au Musée des Arts Décoratifs (Paris)

Le Musée des Arts décoratifs aussi appelé le MAD, nous présente une sublime exposition nommée Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité » à découvrir du 21 octobre 2021 au 20 février 2022. Une exposition coproduite par le Musée des Arts Décoratifs deParis et le Dallas Museum of Art, avec la collaboration exceptionnelle du musée du Louvre et le soutien de la Maison Cartier. L’exposition nous montre les influences des arts de l’Islam sur la production des bijoux de la célèbre maison.

Du 21/10/2021 au 20/02/2022.

Réservez votre place.

Arts de l’Islam, un passé pour un présent, au musée de l’Hôtel-Dieu (Mantes-la-Jolie) et ailleurs en France

À partir des collections, du Louvre, de l’État et des régions, 18 expositions dans 18 villes durant plus de 4 mois, se donnent comme ambition d’apporter aux jeunes et plus généralement au grand public les éléments d’une connaissance objective de la civilisation islamique et de l’histoire de ses relations avec l’Europe. Chacune des 18 expositions présente une dizaine d’objets d’arts de l’Islam, profanes ou sacrés, en partie issus du département dédié du Louvre, mais aussi d’autres collections nationales ou de fonds régionaux, avec un total de 66 prêteurs institutionnels. Retrouvez toutes les expositions par ici.

Du 20/11/2021 au 27/03/2022.

Accès libre.

Cyberpunk à la galerie Goldshteyn-Saatort (Paris)

©Matthieu Questel

La galerie Goldshteyn-Saatort présente l’exposition Cyberpunk, une plongée dans les arts numériques immatériels. Des œuvres dites « NFT » (pour « non fongible tokens », des œuvres numériques immatérielles), nouveaux horizons de l’art contemporain dont le développement s’est en particulier accéléré pendant les confinements successifs en raison de la pandémie. Des supports divers, des approches futuristes, pour une exposition qui nous fait réfléchir aux nouveaux horizons de l’art contemporain grâce aux travaux d’artistes inspirés par la culture Blade Runner et Matrix comme Insane51, Belin, SmogOne, Alexey Kondakov, Mathieu Questel, Skio, PichiAvo, Soey Milk ou encore Zmogk.

Du 25/11/2021 au 25/02/2022.

La rétrospective de Georg Baselitz au Centre Pompidou (Paris)

Le Centre Pompidou consacre une grande rétrospective à l’inclassable Georg Baselitz, l’un des artistes les plus subversifs de la seconde moitié du XXe siècle, qui s’est rendu célèbre pour ses peintures à la violence à la fois formelle et symbolique. Un hommage à la hauteur de l’immense artiste qu’est Georg Baselitz. Cette exposition chronologique couvre plus de 60 ans de la carrière de George Baselitz, artiste allemand né en 1938 à Deutschbaselitz, dont les œuvres sont profondément marquées par les affres de la guerre.

Du 20/10/2021 au 07/03/2022.

Billetterie par ici.

À lire aussi

Small is Beautiful à la Galerie Joseph (Paris)

Minimiam©Lolita

Pour la première fois en France, l’art miniature s’expose à Paris. Du 15 octobre au 16 janvier 2022, la Galerie Joseph accueille ainsi une curieuse exposition, Small is Beautiful, faisant la part belle aux œuvres d’art en miniature à travers plus 60 objets réduits jusqu’à 20 fois par rapport à la réalité, et 80 photos, créées par 20 artistes français et internationaux. Ces travaux témoignent d’un type d’art de plus en plus pratiqué, notamment dans le cadre de nouvelles technologies et esthétiques photographiques, ouvrant nos yeux sur le quotidien détourné et savamment mis en scène.

Jusqu’au 16/01/2022.

Réservez votre place.

Thierry Mugler, Couturissime au Musée des Arts Décoratifs (Paris)

Le Musée des Arts Décoratifs accueille l’exposition Thierry Mugler, Couturissime, conçue, produite et mise en itinérance par le Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM). Une immersion dans l’univers créatif futuriste et avant-gardiste du créateur qui a révolutionné la haute-couture, le prêt-à-porter et la parfumerie. Un retour du couturier dans la ville de Paris, théâtre de tous ses succès, qui l’accueille aujourd’hui comme un innovateur absolu et un grand artiste.

Jusqu’au 24/04/2022.

Réservez votre place.

Article rédigé par
Costanza Spina
Costanza Spina
Journaliste
Pour aller plus loin