Article

LEGO sublime l’architecture réelle et fictive au château de Croissy

21 novembre 2021
Le célèbre château imaginé par J.K. Rowling est l’un des immanquables de l’exposition.
Le célèbre château imaginé par J.K. Rowling est l’un des immanquables de l’exposition. ©Alexandre Manceau

Monuments célèbres et lieux emblématiques de la pop culture se côtoient dans une exposition où le LEGO est un précieux outil de construction.

Quelle meilleure idée que de rendre hommage à l’architecture à travers les LEGO ? Depuis toujours, les célèbres briques poussent les fans à entreprendre diverses créations. À l’image de certains vaisseaux Star Wars ou du dernier set hommage au Titanic, certaines productions sont devenues de véritables œuvres d’art et sont aujourd’hui exposées comme s’il s’agissait de La Joconde. Pas si étonnant, donc, de les voir à l’honneur dans une exposition. Lancée en 2014, la marque Histoire en Briques est l’œuvre d’Epicure Studio et a pour vocation de raconter autrement avec des briques LEGO le patrimoine humain, de réaliser des constructions hors normes, stupéfiantes et époustouflantes. Conçues dans les ateliers de la société, ces reproductions, réalisées sous la supervisions de constructeurs possédant la célèbre licence LEGO, sont aujourd’hui à l’honneur via l’exposition Architecture, qui se tient au château de Croissy (Yvelines). Inscrit au titre des monuments historiques depuis 1975, le lieu propose aux curieux « un voyage initiatique pour découvrir les bâtiments les plus emblématiques de l’antiquité jusqu’à nos jours, accompagné de constructions ambitieuses où les différents courants architecturaux permettent de retranscrire des mondes immersifs, originaux et parfois fantastiques. »

Le patrimoine français à l’honneur

L’exposition commence au rez-de-chaussée du château, aujourd’hui propriété de la commune. D’entrée, le ton est donné. Une incroyable reproduction de la basilique Notre-Dame de Fourvière, qui surplombe la ville de Lyon, trône en plein milieu de cette première pièce consacrée au patrimoine français. Ayant requis 24 000 pièces et pas moins de 73 heures de construction, cette Notre-Dame de Fourvière LEGO est incroyablement fidèle et ressemble comme deux gouttes d’eau à sa grande sœur lyonnaise. L’autre reproduction immanquable est celle du palais de l’Élysée, qui a demandé 28 heures et 20 500 pièces. Qu’il s’agisse du château de Versailles, de la Grande Arche de la Défense ou de la tour Eiffel (7 heures d’assemblage pour 3 427 pièces), ces différentes constructions sont un bel éloge au patrimoine français et à l’architecture. Plusieurs époques et styles se côtoient dans cette pièce. Volontaire ou non, la décoration épurée des différentes salles permet de se focaliser intégralement sur ces créations qui semblent raconter une histoire.

Admirer l’Élysée n’a jamais été aussi simple.©Alexandre Manceau

Voyager grâce à des briques, le tour de force de LEGO

Après un rapide mais efficace tour de France, l’heure est venue de rendre hommage au patrimoine mondial dans la seconde salle. Ici, ce ne sont pas une mais deux gigantesques reproductions qui accueillent les visiteurs : les célèbres Tower Bridge et Big Ben de Londres. Le premier a demandé 4 295 pièces et 9 heures de travail et le second, où une partie du Parlement est aussi représentée, est d’une incroyable fidélité du haut de ses 4 163 pièces. En quelques pas, c’est un gigantesque tour du monde qui attend le visiteur, de l’Australie à Washington, en passant par Manchester et le Mexique. Alors que le Colisée de Rome (9 036 pièces) est une des pièces les plus imposantes, les curieux seront logiquement attirés par l’air de New York, où la statue de la Liberté et l’Empire State Building ont aussi droit à leur version tout en briques.

Si beaucoup de constructions demandent de la patience et donc du temps, à l’image de l’opéra de Sydney et ses six heures de travail, cette exposition est aussi l’occasion de comprendre qu’il ne faut parfois que quelques minutes pour s’imaginer à l’autre bout du monde. N’ayant demandé que 30 minutes ou une heure d’assemblage, les reproductions de la Maison-Blanche ou du Burj Khalifa sont criantes de réalisme malgré le faible nombre de pièces. Les amateurs de football y trouveront même leur compte, avec des reproductions des stades d’Old Trafford (Manchester) et du Camp Nou (Barcelone) : pelouse, tribune ou encore toit, tout y est, et l’on croirait presque entendre les cris de supporters jaillir de ces miniatures.

Impressionnante de réalisme, cette reproduction du Colisée a demandé 18 heures de travail.©Alexandre Manceau

Poudlard, joyau (colossal) de cette exposition

Dans cette exposition, on ne s’extasie pas uniquement devant des reproductions de monuments. L’une des raisons du succès de la pop culture est sa faculté à créer des univers toujours plus variés et, outre ses personnages, certaines sagas sont aujourd’hui cultes grâce à leurs bâtiments. Par exemple, la saga Harry Potter, dont on fête cette année les 20 ans du premier film, serait-elle aussi fascinante sans son célèbre château de Poudlard ? Avec sa gigantesque tour, son emblématique pont où se déroule l’épilogue de la saga ou encore sa Grande Salle, l’école de sorcellerie a transporté plus d’un spectateur dans sa magie. Bien que fictif, il n’en reste pas moins un joyau d’architecture et on peut retrouver sa reproduction LEGO au sein de l’exposition.

La pop culture est très présente dans les allées de ce château du XVIIIe siècle et le voyage dans d’autres univers commence donc avec la troisième salle, intégralement consacrée au château de Poudlard. Incroyable mais vrai, sa reproduction demande une salle pour elle seule : c’est ce qu’il fallait pour assembler 73 000 petites briques. Comme l’explique l’écriteau, cette reproduction a demandé pas moins de 100 heures de travail. Les visiteurs pourront admirer les nombreux détails présents sur cette œuvre d’art. Disposés dans la Grande Salle, les élèves des différentes écoles profitent des somptueux banquets magiques, tandis que la tour principale nous permet d’apercevoir le bureau d’Albus Dumbledore.

Comme un clin d’œil à la saga, l’une des plus populaires auprès des fans de LEGO, les plus attentifs peuvent aussi distinguer la Chambre des Secrets où Voldemort attend patiemment Harry Potter, ainsi que les différentes épreuves obligatoires pour accéder à la pierre philosophale. Cette reproduction est avant une déclaration d’amour à l’univers de J.K. Rowling et l’on imagine aisément ce set trôner dans la chambre de nombreux fans.

Détraqueurs, Chambre des Secrets, salles de cours… Ce set est un must-have pour tout fan d’Harry Potter.©Alexandre Manceau

Gotham, Disney ou Ninjago : l’art est partout

La passion est au centre de l’événement. C’est avec de l’envie et de l’imagination que tous ces monuments, réels ou fictifs, ont pu voir le jour. Les LEGO sont l’occasion, pour une heure ou neuf, de se mettre dans la peau de véritables architectes. Olivia Goldman, chargée des relations presse de la marque, explique que « la brique est devenue un véritable moyen d’expression artistique contemporain que l’on pourrait assimiler à la glaise du sculpteur et à la gouache pour le peintre ». À l’heure où la firme va proposer des jouets non genrés, cette exposition offre une formidable immersion au monde des LEGO, où l’apprentissage rime avec divertissement.

Offrant une vue imprenable sur le parc du domaine, les deux dernières pièces de l’exposition sont intégralement consacrées à la pop culture. Après un détour par le village Ninjago (25 682 pièces pour 31 heures de travail), les fans de Batman peuvent retrouver le célèbre Asile d’Arkham, où le justicier est aux prises avec son ennemi juré le Joker. Après avoir admiré de très près les reproductions de la Gare de Disneyland (8 925 pièces) ou l’Upside Down de Stranger Things (2 287 pièces), l’heure est déjà venue de quitter l’exposition. Retombés en enfance le temps d’une visite, la seule chose à laquelle on pense désormais est de se procurer un set LEGO et bâtir le plus haut possible, tel un véritable architecte.

25 682 pièces et 31 heures de travail, c’est l’effort qu’il a fallu pour assembler ce gigantesque village Ninjago.©Alexandre Manceau

Exposition LEGO Architecture, jusqu’au 2 janvier 2022 à l’Espace Chanorier
12 Grande Rue, 78290 Croissy-sur-Seine (RER A : arrêt Chatou-Croissy)
Tarif normal : 5 € / Tarif réduit : 3 €.

À lire aussi

Article rédigé par
Alexandre Manceau
Alexandre Manceau
Journaliste
Pour aller plus loin