Article

3 jeux d’ambiance pour changer des Loups Garous de Thiercelieux

28 janvier 2024
Par Agathe Renac
“Les Loups Garous de Thiercelieux” est devenu un jeu culte.
“Les Loups Garous de Thiercelieux” est devenu un jeu culte. ©Shutterstock, Standret

Que ce soit en colonie de vacances, en soirée, ou sur YouTube, le ​​Loup Garou est devenu un incontournable. La rédaction de l’Éclaireur s’est plongée dans les titres compétitifs et coopératifs pour vous proposer la sélection ultime des trois meilleurs jeux de traîtres.

Galérapagos, pour les fans de Koh Lanta

Jeu de survie façon Koh Lanta, Galérapagos a la particularité de se transformer en titre coopératif ou compétitif en fonction des choix des participants réunis autour de la table. La partie commence après le naufrage de leur bateau sur une île déserte. Ici, la nourriture et l’eau sont rares. Seule solution pour fuir ce lieu hostile : construire un radeau, ensemble, avant l’arrivée de l’ouragan.

Chaque tour représente une journée, durant laquelle les naufragés ont le choix entre quatre options. Ils peuvent pêcher, récolter de l’eau, aller chercher du bois pour le radeau, ou fouiller la cale du navire (et espérer trouver des ressources à conserver ou partager en cas de pénurie). À la fin de la journée, chaque participant consomme sa portion d’eau et de nourriture. Si les réserves sont insuffisantes, le conseil doit se réunir et désigner la personne qui sera sacrifiée.

Galérapagos a l’avantage d’être un jeu aux règles simples et rapides à comprendre. Le double objectif de survie et de construction du radeau rend les tours ultra-dynamiques et les échanges permanents. En famille ou entre amis, les parties ne sont jamais les mêmes et dépendent des personnalités et des choix de chacun. Au fil des tours, les ressources s’affaiblissent, et le vrai visage des aventuriers se révèle. Une élimination ou une décision égoïste peut changer le cours de la partie, et rendre un moment joyeux et collaboratif en champ de bataille où tous les coups sont permis.

À partir de
20,99€
En stock
Acheter sur Fnac.com

De trois à douze joueurs, parties d’environ 20 minutes, 10 ans et plus.

Dany, pour les esprits artistiques

Subtile mélange entre un Dixit et un jeu de traitre, Dany promet des parties aussi poétiques que mouvementées. Ici, tout se joue avec des cartes, de l’imagination, et de la communication. Chaque joueur incarne secrètement Dany ou l’une de ses personnalités. Le but de ces dernières est de survivre grâce aux souvenirs qui sont stockés dans sa mémoire, contrairement à Dany, qui souhaite les faire échouer pour qu’elles disparaissent à jamais.

À tour de rôle, les joueurs doivent faire deviner une « idée » (un mot parmi cinq qui sont connus de tous) aux autres. Pour ce faire, ils ont accès aux « souvenirs », des cartes illustrées qu’ils peuvent disposer, orienter et superposer comme ils le souhaitent pour faire comprendre le terme recherché.

Lorsque la composition est terminée, les autres joueurs échangent et débattent pour désigner le mot qu’ils pensent être le bon, mais la décision finale revient au participant placé à droite de la « personnalité active » (celle qui fait deviner). Vous l’aurez compris, l’objectif des personnalités est de trouver « l’idée », et celui de Dany est de les mettre sur de fausses pistes. Il doit cependant rester discret et parvenir à induire les autres en erreur de manière subtile.

S’il se fait démasquer, il perdra toute chance de gagner le combat. Si les personnalités remportent six manches, elles gagnent la partie. En revanche, si elles en perdent trois ou si la pioche « souvenir » est épuisée, c’est l’heure du « twist final ». Dans ce cas, les joueurs doivent trouver Dany pour l’éliminer lors d’un vote. S’ils parviennent à le démasquer, c’est la victoire assurée. S’ils échouent, Dany l’emporte et fait disparaître les voix dans sa tête.

À partir de
19,99€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

La vraie force de ce jeu, c’est sa capacité à ouvrir le débat. À chaque tour, les joueurs sont confrontés aux interprétations et aux logiques de chacun, et les échanges sont passionnants. De plus, les illustrations sont uniques et sublimes, et confèrent à la partie une tonalité poétique et quasi onirique. C’est le cadeau idéal à offrir à tous les créatifs qui nous entourent.

De trois à huit joueurs, parties d’environ 30 minutes, 14 ans et plus.

Traîtres à bord, pour les plus sournois

C’est LE jeu qui se rapproche le plus des Loups Garous de Thiercelieux. Cette fois, tous les coups sont permis pour sauver sa peau et s’enfuir avec un max de pièces d’or. Traîtres à bord nous fait voyager sur un navire dans lequel des mutins ont consciencieusement renversé la caisse qui contenait le trésor de guerre pour éviter le partage du butin.

De leur côté, les pirates cherchent à tout prix à récupérer leur dû, en remplissant à nouveau le coffre. À chaque tour, les joueurs alimentent la cagnotte (avec une carte, face cachée), et doivent délivrer une information (vraie ou fausse) sur la somme qu’ils ont reversée à la communauté.

L’objectif pour les deux camps est clair. Les pirates doivent suffisamment remplir le coffre, ou débusquer tous les mutins en les jetant à l’eau, tandis que ces derniers ont le devoir d’empêcher la collecte en semant le chaos dans l’équipage, et pousser les pirates par-dessus bord. Le rôle de chacun est évidemment secret, et assure des débats agités, des suspicions permanentes et des dénonciations fallacieuses.

Alliances, trahisons, déduction… Traîtres à bord a l’avantage d’être un jeu simple et rapide, et assure des parties (vraiment) drôles. On retrouve les mêmes émotions suscitées par les soirées Loup Garou : de l’injustice, des envies de vengeance, et la sensation de se faire retourner le cerveau par les mutins. Les révélations donnent lieu à des instants mémorables, et ce petit jeu peut très rapidement devenir addictif.

Entre trois et huit joueurs, parties d’environ 20 minutes, 10 ans et plus.

À lire aussi

Article rédigé par
Agathe Renac
Agathe Renac
Journaliste