Article

Vacances d’été : 3 jeux simples et rapides pour égayer ses apéros

07 juillet 2024
Par Agathe Renac
Vacances d’été : 3 jeux simples et rapides pour égayer ses apéros
©Shutterstock, Studio Romantic

À la plage, à la montagne ou en terrasse, il n’y a pas meilleure façon de terminer la journée qu’avec une soirée jeux de société. En famille ou entre amis, voici une sélection d’œuvres ludiques pour pimenter vos apéros.

Crack List, pour changer du Uno et du Petit Bac

Il a suffi de quelques mois pour que Crack List s’invite dans nos soirées et intègre notre quotidien. Subtil mélange entre le Uno et le Petit Bac, ce jeu de cartes est un vecteur de débats enflammés. On peut vous l’affirmer : après plusieurs parties, la soirée ne sera plus la même. En effet, cette œuvre ludique repose sur la réflexion, la répartie, et surtout la mauvaise foi.

Le but du jeu est simple : ne plus avoir de cartes en main. Ces dernières se divisent en deux catégories. Les rouges correspondent aux listes thématiques qui rythment la partie (« Ce que l’on fait seul », « Stars des réseaux sociaux », « Ce que l’on trouve sur un bureau ») et les bleues représentent des lettres ou des actions (inversion de l’ordre du jeu, attribution de cartes supplémentaires aux adversaires…).

La manche débute avec la sélection d’un thème, puis, tour à tour, les joueurs doivent répondre à la question posée avec un mot qui commence par la lettre inscrite sur leurs cartes. Avec plus de 230 sujets, les listes lancent des discussions enflammées sur la politique, la pop culture, les mariages, ou encore les choses qu’on déteste. C’est un jeu très simple, très drôle, et vraiment efficace.

Ta pire soirée, pour découvrir la face cachée de ses proches

Plus touchy et cru que Crack List, Ta pire soirée est plutôt un jeu que l’on réserve aux soirées entre potes – sauf si votre famille est très ouverte. Ici, aucune rivalité ni risque de déclencher la Troisième Guerre mondiale. Dans ce titre ludique et collaboratif, tous les participants font partie de la même équipe et ont le même objectif : deviner « les pires » et « les moins pires » soirées des autres.

À chaque tour, cinq cartes « Soirée » sont disposées sur la table. « Une soirée avec un contrôleur des impôts », « Une soirée dégât des eaux », « Une soirée à laver des capotes usagées », « Une soirée à ramasser le savon dans une douche de prison »… Tour à tour, les joueurs vont poser leurs cinq jetons (un « pire soirée », un « moins pire soirée » et trois « neutres »), face cachée, sur les cartes.

Commence alors un grand débat, à savoir si l’on connaît vraiment ses voisins de table et si l’on peut anticiper leurs réponses. Un système facile se rapprochant de l’iconique et éternel « Tu préfères ? », qui permet de s’approprier très rapidement le jeu et se laisser porter par sa dynamique. Ta pire soirée nous a valu de nombreux fous rires et nous a permis de découvrir les secrets inavouables de nos proches.

Qu’en dira-t-on, pour se moquer gentiment des autres

Version améliorée du Qui est-ce ?, Qu’en dira-t-on est le jeu des private jokes par excellence. Le principe est simple : les joueurs doivent identifier, ensemble, un personnage mystère parmi leurs proches ou des personnalités connues de tous. Au début de la partie, chacun inscrit un nom sur une carte vierge.

Célébrité, membre de la famille, ex, collègue, prof de CM2, crush du voisin… Les possibilités sont infinies – du moment que tous les participants les connaissent. Avant chaque tour, un maître du jeu est désigné et choisit secrètement une des personnes inscrites sur l’une des cartes : ce sera le personnage à trouver.

Pour résoudre le mystère, les autres joueurs vont piocher des cartes « Question ». « A un style d’homme/de femme très précis », « Vit mal sa rupture », « Spoile les séries », « Appelle la police pour tapage nocturne », « Se balade tout·e nu·e à la maison »… Le maître du jeu ne peut répondre que par oui ou par non. Les autres participants se lancent alors dans un débat pour désigner et retirer les personnages qui ne correspondent pas au profil décrit par le MJ.

S’ils éliminent la carte sélectionnée, la partie est perdue. Si la personne mystère est encore en jeu, la partie continue, jusqu’à ce que la bonne réponse soit trouvée. Qu’en dira-t-on propose trois variantes de jeu (mode compétition, duel et imposteur) pour pimenter un peu plus les soirées et provoquer, cette fois, la Troisième Guerre mondiale.

À lire aussi

Article rédigé par
Agathe Renac
Agathe Renac
Journaliste