Article

10 photographes émergents au talent fou à suivre absolument

22 novembre 2021
Par Costanza Spina
Le travail de Dana Scruggs a été présenté à Arles, dans le cadre de l’événement collectif <i>The New Black Vanguard</i>.
Le travail de Dana Scruggs a été présenté à Arles, dans le cadre de l’événement collectif The New Black Vanguard. ©Dana Scruggs

Focus sur dix talents qui ont fait parler d’eux cette année, que ce soit en gagnant des récompenses importantes ou en dévoilant des séries photographiques poignantes.

Les jeunes photographes ne cessent d’interroger l’avenir. Ils expriment leurs inquiétudes et questionnent nos modes de vie à travers la photographie – moyen de lutte, de réflexion et de sensibilisation des consciences. De la photographie de mode à la photographie d’art, en passant par le documentaire, voici quelques-uns de ces talents qui promettent de bousculer les codes dans les années à venir.

1 Tarrah Krajnak

Née en 1979 à Lima, au Pérou, Tarrah Krajnak vit et travaille à Los Angeles, aux États-Unis. Elle est diplômée d’un master de photographie. À travers son travail, elle questionne le rôle du modèle féminin en photographie et la place des femmes latino-américaines. Son travail se distingue par la place que l’artiste y occupe, à la fois derrière et devant l’appareil.

Elle remporte le prix Découverte Louis Roederer 2021 pour Rituels de Maîtres II : les nus de Weston présenté dans le cadre de l’exposition signée Sonia Voss à Arles. Une série qui rend un hommage critique à Edward Weston, en s’appropriant son travail et en le détournant afin de reconquérir une place centrale dans le processus de création.

Suivre la photographe sur Instagram.

©Tarrah Krajnak

2 Natalia Evelyn Bencicova

Natalia Evelyn Bencicova a remporté le prix Picto de la photographie de mode 2021. Âgée de 29 ans, la jeune femme conçoit la photographie comme un moyen plastique et conceptuel de déconstruire les normes et redéfinir les canons de beauté. Pour le prix Picto, elle présentait une série mettant en avant des personnes en situation de handicap.

Suivre la photographe sur Instagram.

©Natalia Evelyn Bencicova

3 Laurent Poleo-Garnier

Toujours dans le cadre du prix Picto, le finaliste Laurent Poleo-Garnier, classe 1995, a séduit le jury avec son univers genderless, libérateur, nourri de l’univers de Jean Paul Gaultier. Dans ses clichés, pris entre Paris et Berlin, il photographie autant ses amis que ses amants. Témoin de sa génération et des luttes qui la traversent, Laurent Poleo-Garnier a remporté la Dotation 19M de la photographie des Métiers d’art de la maison Chanel, qui propose à l’un des lauréats une collaboration avec l’une de ses 11 maisons de métiers d’art et de mode, désormais installées au 19M, un bâtiment situé dans le Nord-Est parisien.

Suivre le photographe sur Instagram.

©Laurent Poleo-Garnier

4 Nadège Abadie

Nadège Abadie, née en 1988, est photographe et réalisatrice. Après une hypokhâgne et une khâgne à Lakanal, elle obtient une licence de Philosophie à Paris I Panthéon- Sorbonne puis intègre l’ENS Louis-Lumière dont elle sort diplômée en 2012. Découverte en tant que finaliste du Prix Photographie & Sciences organisé par la Résidence 1 + 2, Nadège Abadie tire le portrait de femmes pour rendre hommage à celles qui ont fait les combats du XXe siècle et à qui l’on doit les avancées les plus fondamentales du féminisme. Défiant notre regard jeuniste, elle sublime l’avancée de l’âge chez les femmes.

Suivre la photographe sur Instagram.

©Nadège Abadie

5 Elliott Verdier

Depuis quelques années déjà, Elliott Verdier fait parler de lui avec ses reportages photographiques autour du monde, souvent dans des zones à risque. Après le Kirghizistan, c’est au Libéria qu’il nous emmène avec sa série et son livre Reaching for Dawn, projet présenté à Circulation(s) 2021. Ravagé par une sanglante guerre civile entre 1989 et 2003, qui a laissé derrière elle désolation et violence, le pays est ici décrit et montré avec une rare poésie. Elliott Verdier exorcise, dans une atmosphère feutrée, le traumatisme à travers des portraits et des cadres remplis de sensibilité.

Suivre le photographe sur Instagram.

©Elliott Verdier

6 David Uzochukwu

Impossible de ne pas mentionner le travail du photographe de 22 ans David Uzochukwu qui, en quelques années, est devenu l’une des voix principales de la nouvelle photographie internationale. Après avoir photographié la chanteuse FKA Twigs à 16 ans, il présente cette année son projet Mare Mostrum, une réflexion poignante sur le sort des migrants en Méditerranée. Les corps sont constamment questionnés dans ses tableaux photographiques, donnant vie à des êtres chimériques mêlant documentaire et mythologie. Le jeune photographe est autodidacte, il se sert de tutoriels sur Internet et bâtit une esthétique fantastique en érigeant le processus de retouche en véritable moyen d’art, capable de restituer un rendu surréaliste mêlant corps humain et nature.

Suivre le photographe sur Instagram.

©David Uzochukwu

7 Cédrine Scheidig

La photographe franco-caribéenne Cédrine Scheidig a remporté cette année le prix Dior de la photographie et des arts visuels. Son travail a été exposé à la Fondation Luma à Arles, avec celui des autres lauréats. Formée à l’École nationale supérieure de la Photographie d’Arles, Cédrine Scheidig y a présenté une série faite de « plusieurs espaces, plusieurs cultures, différents rapports à la Terre et à l’histoire. » Une imagerie où nature, humanité, corps, vie urbaine et nature morte bâtissent des ponts entre des mondes d’apparence irréconciliables. Un travail riche de métissages, de rencontres et de partage.

Suivre la photographe sur Instagram.

©Cédrine Scheidig

8 Elsa Leydier

Avec Daesung Lee et Chow & Lin, Elsa Leydier est lauréate du prix Dahindhen remis à Photoclimat 2021, dont le thème était l’eau. Son travail est consacré aux eaux de la baie de Guanabara, contaminées par des taux élevés de métaux lourds, notamment de mercure. Un sujet peu évoqué par les médias, afin de ne pas nuire à l’image de la ville de Rio de Janeiro. Elsa Leydier a appliqué une teinture à base de poudre d’indigo sur ses négatifs, où sont exposées des vues du lieu.
La Biennale a été organisée dans un contexte bien particulier : alors que la pandémie a modifié à jamais notre rapport au monde, les photographes se penchent sur l’imagination et les interrogations sur le monde d’après.

Retrouvez le livre de Photoclimat par ici.

Suivez la photographe sur Instagram.

©Elsa Leydier

9 Emma Charrin et Olivier Muller

Emma Charrin et Olivier Muller se sont rencontrés en 2011 aux Beaux-Arts de Marseille et, depuis, leur collaboration artistique n’a cessé d’évoluer. Aujourd’hui, ils donnent vie à un projet photographique sur la bétonisation des espaces désertiques qui leur vaut le grand prix du jury Photographie du 36e festival de Hyères. De Tanger à Marseille, en passant par La Grande-Motte, les deux font dialoguer la mode avec l’architecture brutaliste et l’environnement naturel. Une forme de spiritualité s’instaure dans ces clichés mystiques, réflexion onirique sur les défis environnementaux de demain et une exhortation à changer notre approche de la mode et de sa consommation.

©Emma Charrin et Olivier Muller

10 The New Black Vanguard – Photographie entre art et mode aux Rencontres d’Arles 2021

Parmi les expositions photographiques les plus marquantes de l’année, The New Black Vanguard est sans doute l’une de celles qui ont le plus fait parler d’elles. Ayant eu lieu dans l’église Sainte-Anne à Arles, elle mettait en avant les nouveaux grands noms de la photographie noire. Ces talents insufflent de nouveaux langages et réinventent les codes de représentation des corps noirs. Ils adoptent des approches hybrides entre mode et art, selon des expériences de vie très différentes allant de Johannesburg au Lagos, en passant par le Royaume-Uni et les USA.

Avec : Campbell Addy (1993), Arielle Bobb-Willis (1994), Micaiah Carter (1995), Awol Erizku (1988), Nadine Ijewere (1992), Liz Johnson Artur (1964), Quil Lemons (1997), Namsa Leuba (1982), Renell Medrano (1992), Tyler Mitchell (1995), Jamal Nxedlana (1985), Daniel Obasi (1994), Ruth Ossai (1991), Adrienne Raquel (1990), Dana Scruggs, Stephen Tayo (1994).

Cette avant-garde photographique internationale réunie par le curateur Antwaun Sargent fait aussi l’objet d’un livre collector au titre éponyme disponible ici.

©Dana Scruggs

À lire aussi

Article rédigé par
Costanza Spina
Costanza Spina
Journaliste
Pour aller plus loin