Test

Test Labo de l’Olympus PEN E-PL9 (14-42 mm) : un flash en plus, mais pas que

18 novembre 2019

En résumé

Disponible depuis le début d’année 2018, le Pen E-PL9 doit relancer la gamme d’hybrides d’Olympus après un E-PL8 un brin trop convenu. Inutile pour autant d’attendre une révolution sur le plan ergonomique. En dehors d’un flash discrètement ajouté sur l’épaule gauche, le boîtier, toujours très compact et inspiré des décennies passées, n’évolue que peu et fait une nouvelle fois l’impasse sur le viseur optique de plus en plus répandu chez la concurrence. L’écran, toujours orientable et tactile, devrait néanmoins suffire aux néophytes souvent plus habitués à mitrailler avec leur smartphone, auxquels s’adresse le Pen E-PL9 avec ses nombreux modes automatiques et créatifs. Il intègre par ailleurs un capteur micro 4/3 stabilisé de 16 mégapixels associé au processeur TruePic VIII d’Olympus alors qu’un vaste choix d’optiques est proposé au sein de la gamme M.Zuiko, qui permet ainsi au boîtier de se prêter à différents types de prises de vue.
Testé au sein de notre Labo avec l’optique M.Zuiko Digital 14-42 mm f/3.5-5.6 II R, le Pen E-PL9 délivre des résultats décevants à la première focale, mais se rattrape aux focales supérieures. Nous avons ainsi évalué les capacités de recadrage, pour un tirage de 20 x 30 cm, à 24 % au 14 mm (équivalent 28 mm), contre 64 % au 42 mm (équivalent 84 mm). De même, si la qualité d’image est toujours bonne au centre des clichés, ce n’est pas nécessairement le cas dans toutes les zones de l’image et c’est bien en zoomant que l’homogénéité est la meilleure. À l’inverse toutefois, l’utilisation des longues focales du 14-42 mm altère les capacités du Pen E-PL9 en faible luminosité. Il est alors préférable de rester au grand-angle, qui permet une restitution satisfaisante des détails à 500 Lux, et à peine moins satisfaisante à 250 Lux. Soulignons pour finir que l’optique 14-42 mm testée avec le Pen E-PL9 génère des aberrations chromatiques aux focales moyennes, mais parvient à contenir les autres défauts optiques (distorsion et astigmatisme). Un duo efficace, en somme.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Un flash bienvenu
  • Stabilisation mécanique
  • Design compact et rétro
  • Vidéo 4K/UHD (30, 25 et 24 i/s)
Les moins
  • Pas de viseur optique
  • Performances moyennes en faible luminosité
Article rédigé par
Marielle Masounave
Marielle Masounave
Responsable des tests photo
Mathieu Freitas
Mathieu Freitas
Journaliste
Pour aller plus loin