Test Labo

Test Labo du LG OLED 65E9PLA : un sans faute

24 janvier 2020
Test Labo du LG OLED 65E9PLA : un sans faute

Génération après génération, LG perfectionne ses téléviseurs OLED pour atteindre le nec plus ultra en matière de qualité d’image. Avec le LG OLED 65E9PLA, le constructeur a peut-être bien atteint son objectif. Plus de détails dans ce test.

En résumé

Note LABOFNAC

Que dire sur ce LG OLED 65E9, si ce n’est qu’il se comporte à la perfection lors de tous nos tests. Le constructeur affiche sa maîtrise de la technologie OLED et propose un modèle qui ravira les amateurs de très belles images. La partie audio n’est pas en reste, grâce ) une barre de son intégrée qui permet de relever le niveau d’un aspect qui reste trop souvent le parent pauvre des téléviseurs. Le LG OLED 65E9 est donc un excellent choix qui ne vous décevra pas.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • La qualité des images
  • La partie son plus soignée que la moyenne
Les moins
  • On doit vraiment répondre ?

Détail des sous notes

Contraste
Le contraste d'un écran est sa capacité à afficher des images très sombres et très lumineuses. On parle de taux de contraste (le rapport d'intensité lumineuse entre le point le plus blanc et le point le plus noir).
Progressivité
Ceci est la mesure des dégradés. Chaque niveau de gris ne doit ni être trop clair, ni trop sombre.
Couleur
Nous mesurons la fidélité de la couleur. Plus la note est haute, plus les couleurs sont proches de la réalité
Directivité
Être capable de regarder l'écran quelque soit la position du spectateur (garder la même qualité d'image de face comme sur les côtés)
Uniformité
Une image de même qualité, couleur, luminance sur toute la surface de la dalle
À partir de
2 999€
En stock vendeur partenaire
Note LABOFNAC
Voir sur Fnac.com

Notre test détaillé

L’ergonomie et le design

LG Display s’est imposé comme la référence en matière de technologie OLED. Outre les téléviseurs de LG Electronics, le constructeur fournit également des dalles à des marques telles que Sony, Philips ou encore Panasonic pour ne citer qu’eux.

© LG

Il faut dire que la qualité d’image est au rendez-vous, ce qui n’empêche pas les nouvelles dalles d’aller encore plus loin, comme on a pu le voir avec la nouvelle version du LG OLED 55B8PLA, montée en gamme avec le LG OLED 65E9, un modèle de 65 pouces qui affiche un style léché et qui intègre une barre son discrète, tout du moins en apparence.

© LG

L’appareil se veut séduisant avec sa dalle en verre qui déborde du cadre. Pour qui s’intéresse de près aux productions de la marque, on reconnaît le design en partie emprunté à son prédécesseur, le LG OLED E8. Les bords de l’écran sont toujours aussi fins et la principale différence se situe au niveau du pied qui est désormais bien plus discret, puisqu’il est déporté vers l’arrière. Ce dernier dispose de guides pour les câbles qui sont dissimulés sous un cache. Notez aussi que la taille du pied permet de poser le LG OLED 65E9 sur un meuble de taille moyenne.

© LG

Vu la finesse de la dalle, il a bien fallu caser l’alimentation, l’électronique et la connectique quelque part. L’ensemble prend donc place dans la partie inférieure au dos du téléviseur, plus épaisse donc. Le LG OLED 65E9 est équipé de quatre entrées HDMI 2.1, de trois ports USB dont un USB 3.0, d’un port Ethernet RJ45, d’une sortie audio numérique optique, d’une sortie casque, d’un port CI+ 1.4 ainsi que des connecteurs antenne satellite. Les connexions sans fil sont assurées par le Wi-Fi 802.11ac et le Bluetooth 5.0 qui permet notamment de connecter un casque audio ou des enceintes compatibles.

© LG

À propos d’audio, le LG OLED 65E9 se caractérise également par sa barre de son intégrée sur la face avant, sur toute la largeur, juste en dessous de la dalle OLED. Celle-ci renferme un système d’une puissance totale de 60 W avec quatre haut-parleurs de 10 W chacun et un caisson de graves de 20 W. Le tout est épaulé par des décodeurs DTS et Dolby Atmos, sans oublier la technologie Clear Voice III pour amplifier les dialogues.

© LG

Animé par le processeur Alpha 9 de deuxième génération, le LG OLED 65E9 embarque toujours le système d’exploitation WebOS qui profite d’une légère retouche esthétique. La navigation est parfaitement fluide et l’interface facile d’utilisation. Celle-ci se présente sous la forme d’un bandeau qui se superpose à l’image pour accéder aux différentes sources vidéo et aux services de vidéo à la demande. LG conserve également sa télécommande Magic Remote unique sur le marché. Il suffit de la pointer vers le téléviseur pour contrôler le curseur à l’image.

Les contrastes

Le LG OLED 65E9 affiche une luminosité relativement faible (98 cd/m2) face à d’autres téléviseurs, notamment les modèles QLED qui, à l’inverse, montent parfois un peu trop haut. Ce qui n’est peut-être pas forcément l’idéal pour regarder un film en pleine journée alors que celui-ci regorge de scènes tournées dans l’obscurité.

© LaboFnac

Une spécificité de la technologie OLED qui se caractérise aussi par des noirs absolument parfaits. Chaque pixel étant complètement éteint, aucune fuite de lumière n’est à déplorer. Enfin, l’homogénéité est irréprochable sur toute la dalle au même titre que le taux de contraste, qui est impressionnant.

Contraste
9

La progressivité

En comparant la courbe de gamma du signal vidéo en sortie du LG OLED 65E9 avec celle du signal d’origine en entrée, nous sommes en mesure de mesurer l’impact du téléviseur sur ce dernier. Ensuite nous effectuons des mesures de progressivité sous cinq angles d’observation. Malgré un léger décalage sous les 3 bits, la courbe de gamma du LG OLED 65E9 est globalement conforme à celle du signal vidéo original.

© LaboFnac

Par ailleurs, la luminosité est strictement la même, quel que soit l’angle d’observation, avec 98 cd/m2 aussi bien dans l’axe que sur les deux côtés. Tous les téléspectateurs sont donc logés à la même enseigne.

Progressivité
8.2

La directivité

La directivité du téléviseur est évaluée à partir de la dérive en couleur en fonction du point d’observation. Nous réalisons un balayage sur plusieurs points avec des positions différentes.

© LaboFnac

Là encore, le LG OLED 65E9 s’approche de la perfection avec un niveau de noir uniforme et absolu, quel que soit l’angle. Ce qui ne nous étonne pas s’agissant de la technologie OLED. Mais là où le téléviseur s’illustre aussi, c’est dans la directivité au niveau de la colorimétrie, qui est elle aussi inexistante.

Directivité
9.3

La colorimétrie

À propos de colorimétrie, les téléviseurs OLED de LG déçoivent rarement. On n’est donc pas surpris devant la grande richesse des couleurs affichées par le LG OLED 65E9. Ce dernier couvre aisément le triangle de référence DCI-P3et qui se paie même le luxe de n’afficher aucune dérive. C’est encore une fois parfait et consistant avec les précédents tests.

© LaboFnac

Couleur
9
Richesse des couleurs
9.3

L’uniformité

Pour finir, le LG OLED 65E9 confirme ses excellentes performances avec le test qui met généralement le plus en difficulté les téléviseurs de grande taille. En effet, sa dalle de 65 pouces affiche une uniformité impressionnante. L’écart d’uniformité de luminance est négligeable, à 7 %. Le maximum de 98 cd/m2 est atteint dans toute la zone en dessous du centre de la dalle tandis que le minimum de 91 cd/m2 se retrouve également dans différentes zones.

© LaboFnac

Et pour couronner le tout, le delta U’V’ de 0,0048 est là aussi excellent et rarement atteint sur les téléviseurs de grande taille (plus ce chiffre est proche de zéro et plus les couleurs sont fidèles à la réalité).

Conclusion

Note LABOFNAC

Que dire sur ce LG OLED 65E9, si ce n’est qu’il se comporte à la perfection lors de tous nos tests. Le constructeur affiche sa maîtrise de la technologie OLED et propose un modèle qui ravira les amateurs de très belles images. La partie audio n’est pas en reste, grâce ) une barre de son intégrée qui permet de relever le niveau d’un aspect qui reste trop souvent le parent pauvre des téléviseurs. Le LG OLED 65E9 est donc un excellent choix qui ne vous décevra pas.

Note technique

Détail des sous notes

Contraste
Progressivité
Couleur
Directivité
Uniformité
Article rédigé par
Pierre Blanc
Pierre Blanc
Responsable des tests TV et écrans
Driss Abdi
Driss Abdi
Journaliste