Test Labo

Test Labo du Samsung Galaxy A5 (2016) : la très bonne surprise

05 juin 2016
Par Romain Challand
Test Labo du Samsung Galaxy A5 (2016) : la très bonne surprise

En résumé

Note LABOFNAC

Que doit-on retenir de ce test labo du Samsung Galaxy A5 (2016) ? Hormis en ce qui concerne ses performances radio, le smartphone a su montrer de belles compétences dans tous les domaines, et particulièrement du côté de l’écran et de la prise de photos et vidéos. L’ensemble est homogène et fait de ce mobile un des plus équilibrés de l’année.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Un design soigné
  • Excellentes performances photographiques
  • Un écran de grande qualité
  • Une autonomie remarquable
Les moins
  • Des performances radio perfectibles

Détail des sous notes

Réseau et connectivité
Écran
Cette note reflète la qualité globale de l'écran
Autonomie
Plus la note est elevée et plus le smartphone restera allumé sans avoir à être rechargé.
Performance et rapidité
Un smartphone qui exécute le plus rapidement possible toutes sortes de tâches obtiendra un 10/10
Qualité audio
Cette note reflète de la qualité globale du système audio du smartphone
À partir de
159,99€
Note LABOFNAC
Voir sur Fnac.com

Notre test détaillé

Successeur du Galaxy A5 (2015), le Galaxy A5 (2016) change sa formule et se positionne comme un bon smartphone de milieu de gamme, à la lecture de sa fiche technique tout du moins. Et dans les faits alors ?

Après un modèle 2015 encourageant, mais pas avare en défauts, le Galaxy A5 (2016) a le devoir de mieux faire. Pour cela, le terminal peut compter sur un écran Super AMOLED de 5,2 pouces à la définition Full HD, et intègre un processeur Exynos 7580 couplé à 3 Go de mémoire vive. Il se dote également d’un appareil photo dorsal de 13 mégapixels, d’une caméra frontale de 5 mégapixels, et sa batterie affiche une capacité de 2900 mAh. Pour compléter le tableau, le smartphone propose un lecteur d’empreintes digitales situé sur le bouton Home, ainsi qu’un port microSD qui permet de compléter la mémoire interne de 16 Go.

L’ergonomie et le design

Sur sa cuvée 2015, Samsung n’avait pas fait de grands efforts concernant le design de ses Galaxy A. Certainement soucieux de convaincre plus de consommateurs, le Coréen a soigné le look de ses modèles de 2016, leur offrant des matériaux similaires aux modèles haut de gamme de la marque.

samsung-galaxy-a5-2016

Voilà comment ces produits de milieu de gamme sont parvenus à séduire la presse et les utilisateurs, et en particulier ce Galaxy A5. Il troque notamment la coque en métal de son prédécesseur pour un dos en verre. La tranche en aluminium du mobile est directement inspirée du Galaxy S6, pour notre plus grand plaisir, et la prise en main est à la fois agréable et facile. Concernant les détails ergonomiques, le constructeur a choisi d’intégrer le bouton d’allumage sur la tranche droit au niveau du pouce, tandis que les touches de volume prennent place, de l’autre côté, au niveau de l’index. La tranche inférieure comporte la prise microUSB, la prise Jack, ainsi qu’une sortie haut-parleur.

samsung-galaxy-a5-2016-dos-biais

Puisque Samsung a soigné le design, il en a également profité pour réduire l’épaisseur du capteur photo dorsal – assez protubérant sur le S6 – et du bouton Home qui fait également office de lecteur d’empreintes digitales. A défaut d’avoir rendu son terminal étanche, la firme coréenne a au moins eu le mérite de réintégrer un espace pour la microSD sur son chariot dédié à la carte SIM.

L’écran

Le Samsung Galaxy A5 (2016) propose une diagonale de 5,2 pouces, avec une définition Full HD (1920 x 1080 pixels), qui permet d’obtenir une densité de 424 pixels par pouces. Il est souvent considéré que cette résolution est idéale pour un confort optimal, même si les récents usages permis par la réalité virtuelle et les casques de type Cardboard nécessitent plutôt une définition QHD (1440 x 2560 pixels).

Sur le A5, on mesure un Delta U’V’ moyen de 0,015 (0,019 de  moyenne globale sur le parc de smartphones testés), ce qui lui une bonne notation en matière de fidélité des couleurs. Excellent sur le delta U’V’ du rouge, du vert et du jaune, le mobile se positionne tout juste au-dessus de la moyenne sur le bleu et le magenta. La surface Gamut permet de bien observer cette légère dérivation de la couleur par rapport au triangle de référence.

gamut samsung a5

Là où le mobile performe, c’est en matière de directivité, ce qu’on appelle plus communément « les angles de vision ». On constate ainsi une perte de moyenne de seulement 29 % sur les différentes fourchettes d’évaluation. De 1 à 15°, on ne perd que 2% de luminosité, que 16 % à 30° et 48 % à 45°. Cela lui permet d’être l’un des meilleurs dans ce domaine.

Graphiques de la vue angulaire en noir et en blanc de l'écran du Samsung Galaxy A5 (2016à

Graphiques de la vue angulaire en blanc (à gauche) et en noir (à droite) de l’écran du Samsung Galaxy A5 (2016).

Avec les écrans AMOLED, comme c’est le cas de celui du A5, on a coutume de dire que le contraste tend vers l’infini. Mais il est toujours possible d’effectuer une mesure à 5 % de blanc, où l’on relève un contraste de 311 :5. C’est au-dessus de la moyenne, mais révèle les limites marketing de cette technologie d’affichage, puisqu’à titre d’exemple, un écran LCD de Sony Xperia X Compact se situe à 331 :5.

Le Galaxy A5 dans sa mouture 2016 se classe malgré tout sans mal parmi les meilleurs smartphones en matière d’écran, malgré une petite faiblesse en contraste. Un classement largement trusté par les produits Apple, d’ailleurs.

Fidelité des couleurs
7.8
Contraste et progressivité
6.2
Directivité
10
Densite des pixels
4

Les performances

Qui dit smartphone de milieu de gamme, dit puce de milieu de gamme. Mais Samsung fait confiance à la fabrication maison, puisque le A5 intègre un Exynos 7580 composé de huit cœurs. Les performances sont un peu plus élevées que la moyenne, et le terminal s’avère idéal pour jouer à des jeux qui ne sont pas trop gourmands ainsi que naviguer convenablement. Il faut se tourner vers des modèles plus haut de gamme pour effectuer des tâches très gourmandes en ressources processeur.

Sur notre test de performances maison, qui consiste à générer des items en javascript afin de simuler des applications plus ou moins gourmandes, le Galaxy A5 est capable d’afficher 15 fps au niveau 1, mais chute rapidement à 5 fps au niveau 2, puis 3 fps au niveau 3, pour finir au dernier niveau à 2 fps.

La photo et la vidéo

Contrairement à une idée reçue, les appareils de milieu de gamme de Sammy sont plutôt doués en photographie. Enfin, c’est au moins le cas du Samsung Galaxy A5, puisqu’il obtient sa meilleure note dans ce domaine, et ce malgré son capteur de « seulement » 13 mégapixels.

D’abord, le petit affiche une belle qualité optique puisqu’on ne relève que 0,18 % de distorsion, un vignettage très discret mesuré à 0,09d, et une absence totale d’aberrations chromatiques. Voilà qui fait plaisir. Pour continuer dans les louanges, la définition des clichés n’est pas en reste puisqu’on relève un très bon 1520 PL/LH.

Côté colorimétrie, le A5 s’en sort également plutôt bien avec des couleurs plutôt fidèles et seulement quelques écarts constatés, mais de façon très limitée. On mesure un Delta E de 4,7 en lumière du jour, de 5,8 en Fluo, et de 6,7 en tungstène. On peut penser que c’est un peu loin des meilleurs, mais l’ensemble est assez homogène. C’est par contre un peu moins emballant en balance des blancs, mais sans rien de problématique. Il risque d’y avoir quelques difficultés sur le Bleu (Delta E de 7,3) et le vert foncé (DE 8,1, mais les autres mesures de mires sont plus satisfaisantes : jaune clair (DE 1,4), vert clair (DE 3,6) et jaune foncé (DE 4,1).

Les flashs de smartphones n’ont pas forcément la réputation d’être les plus uniformes ni les plus précis. Néanmoins, le Galaxy A5 s’en sort encore correctement dans ce domaine. Pour l’uniformité, on relève 59L au centre et encore 24L en haut à droite. Et pour la précision, on obtient 58L à 1 mètre, encore 42L à 5 mètres, mais plus que 29L à 6 mètres.

Enfin, en ce qui concerne la vidéo, le Galaxy A5 est capable de filmer en Full HD à 30fps, et ne fait clairement pas partie des plus doués.

Le rendu audio

Ce n’est pas du côté de l’audio que l’on pourra chercher des noises au Galaxy A5. Le mobile obtient une bonne note en qualité audio (sortie casque), et on ne relève qu’une petite faiblesse en diaphonie à 10 KHz dans les aigus. Le niveau acoustique est de 98,8 dB associé à son propre casque, et la puissance de la sortie audio est de 140 mV.

Réponse en fréquences des Haut-Parleurs
©Labo Fnac

La qualité acoustique du haut-parleur est correcte, si ce n’est que les graves font défaut comme sur la plupart des smartphones, avec une faiblesse sous 200 Hz et quelques préaccentuations dans les aigus et dans les bas médiums. La puissance maximale n’est par contre que de 64 dB, ce qui lui vaut une note tout juste au-dessus de la moyenne.

Les écouteurs fournis avec le Galaxy A5 ne sont pas idéals pour les audiophiles, qui remarqueront un creux de la bande passante, notamment dans les médiums (entre 160 Hz et 1,6 KHz précisément). C’est toutefois peu susceptible d’altérer l’expérience utilisateur.

Qualité audio
7.9

La qualité de réception (performances radio)

En attendant que le monde entier bénéficie de la même qualité de réseau, il nous faut toujours jeter un coup d’œil aux performances radio avant de conseiller ou non l’achat d’un modèle particulier de mobile. Et dans ce domaine, le Galaxy A5 ne fait pas illusion longtemps. Sa sensibilité est en dessous de la moyenne, ce qui signifie que le mobile est à l’aise avec les réseaux les plus importants, mais qu’il faudra faire attention en zones peu couvertes. À conseiller en ville principalement.

Concernant la directivité, on constate que le signal peut devenir instable, et donc rendre certaines communications difficiles selon l’angle.

Communication
4.8

L’autonomie

Sur notre protocole qui consiste à faire tourner une application Javascript en boucle, on mesure une moyenne de 5h43 sur une charge. C’est à peu près égal au Sony Xperia X Compact, par exemple, et le A5 se situe au-dessus de la moyenne des smartphones.

En utilisation quotidienne, le produit a même tendance à se révéler plus spectaculaire qu’il ne le laisse paraître sur ce scénario. Il se montre ainsi capable de résister à plus d’une journée et demie d’utilisation assez intense, et même deux jours en usage normal.

Autonomie
2
Temps de charge
01:02:30

Conclusion

Note LABOFNAC

Que doit-on retenir de ce test labo du Samsung Galaxy A5 (2016) ? Hormis en ce qui concerne ses performances radio, le smartphone a su montrer de belles compétences dans tous les domaines, et particulièrement du côté de l’écran et de la prise de photos et vidéos. L’ensemble est homogène et fait de ce mobile un des plus équilibrés de l’année.

Note technique

Détail des sous notes

Réseau et connectivité
Écran
Autonomie
Performance et rapidité
Qualité audio
Article rédigé par
Romain Challand
Romain Challand
Journaliste