Prise en main

Test Labo du Nikon D750 (24-120 mm)

27 octobre 2014
Par Mathieu Freitas

En résumé

Note LABOFNAC

Le boîtier du D750 est fait d’un alliage de magnésium et de fibre de carbone le rendant léger sans compromettre sa robustesse. Il est également étanche. Son bel écran de 8,1 cm est orientable et son capteur CMOS plein format de 24,9 millions de pixels couvre une plage de sensibilité allant jusqu’à 12 800 ISO. L’ensemble est d’une grande réactivité (0,2 s pour s’allumer et entre deux photos) et l’autofocus à détection de phase sur 51 points, avec 15 capteurs en croix, est lui aussi très rapide et sensible. Le D750 peut atteindre une cadence en rafale de 6,5 images/s. L’enregistrement de vidéos n’est pas en reste avec du Full HD 1080p à 60 images/s. L’optique associée pour ce test est plutôt performante, mais introduit des distorsions géométriques qu’il faudra éventuellement corriger. La fidélité colorimétrique est excellente en particulier en lumière du jour. L’excellente sensibilité du capteur préserve les textures jusqu’à 6 400 ISO, mais lisse un peu trop à 12 800. Équipé du Wi-Fi en standard, le D750 est un reflex haut de gamme de très bon niveau qui n’a certainement pas volé sa bonne note.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Piqué remarquable
  • Bonne gestion du bruit
Les moins
  • Colorimétrie perfectible
  • Mériterait une meilleure optique
Article rédigé par
Mathieu Freitas
Mathieu Freitas
Journaliste
Pour aller plus loin