Test

Test de la Pixel Watch : une première montre connectée réussie pour Google

12 octobre 2022
Par Pierre Crochart
La Pixel Watch de Google.
La Pixel Watch de Google. ©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Après des années à aider la concurrence à proposer des montres connectées grâce à Wear OS, Google se lance enfin dans la bataille !

En résumé

Google avait toutes les chances de se planter en beauté en se lançant si tardivement sur un marché aussi complexe que les montres connectées. Et pourtant… la Pixel Watch est non seulement une smartwatch très séduisante, mais elle répond parfaitement à nos attentes en termes de réactivité et d’autonomie. On pourra regretter quelques erreurs de jeunesse, notamment des fonctionnalités manquantes ou certaines cachées derrière l’abonnement payant Fitbit Premium. Mais, mis bout à bout, les atouts de la Pixel Watch supplantent facilement tous les reproches que l’on pourrait avoir à son encontre.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Design très séduisant
  • Interface complète et réactive
  • Recharge assez rapide
  • Iintégration poussée de Fitbit…
Les moins
  • Seulement 24h d'autonomie
  • … certaines fonctions demandent un abonnement Fitbit Premium
  • Pas de mesure du SPO2 ou de suivi du cycle menstruel

Notre test détaillé

Qu’il faut en vouloir pour se lancer, en 2022, sur un marché aussi délicat que celui des montres connectées ! A fortiori un marché aussi oligarchique : à ce jour, Apple le domine avec plus de 36 % des parts, suivi par Samsung (10 %) et Huawei (7,2 %). Difficile de se faire une place, donc. D’autant plus lorsque ses produits souffrent d’un tel déficit de notoriété. C’est vrai, Google a beau concevoir de très bons smartphones, les Pixel ne représentent à ce jour qu’un petit 2 % des parts du marché aux États-Unis.

Un énorme défi donc, que Google choisit de relever en s’insérant pile dans l’interstice tarifaire situé entre la Samsung Galaxy Watch 5 (299 €) et l’Apple Watch Series 8 (499 €). La Pixel Watch sera commercialisée le 13 octobre au prix de 379 € (wifi) et 429 € (wifi + LTE).

À partir de
378,34€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

Design et ergonomie

Google nous a fait une petite frayeur avant le lever de rideau officiel. À l’occasion d’un grand déballage, il apparaissait que la Pixel Watch pourrait être bien plus grosse que ce à quoi nous nous attendions. Rassurez-vous : il n’en est rien. La montre connectée made in Google est lancée avec un unique cadran de 41 mm et ne pèse que 36 grammes (sans bracelet). Autant dire qu’elle s’oublie très facilement une fois au poignet et qu’elle est particulièrement adaptée aux bras fins.

Pensée « lifestyle », la Pixel Watch se distingue de la masse par un cadran totalement rond et légèrement bombé. Conséquence logique : l’écran dispose d’épaisses bordures qui, elles aussi, nous ont fait peur. Un a priori rapidement balayé une fois l’appareil en utilisation. Il faut dire que Google s’est arrangé pour que l’interface soit la plus sombre et contrastée possible. Jamais, à moins d’utiliser une application tierce (ou la fonction lampe torche) on ne verra clairement apparaître les bordures de l’écran.

Google Pixel Watch test
Les bordures sont épaisses, mais on ne les verra pratiquement jamais.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

La montre dispose d’une couronne rotative servant à se promener dans les menus et parmi ses notifications, mais aussi à effectuer un ECG avec l’application Fitbit dédiée. Un autre bouton, situé juste au-dessus, permet d’afficher les applis lancées récemment.

Smartwatch oblige, la Pixel Watch est lancée avec quantité de bracelets alternatifs permettant de changer de style. La montre (par ailleurs proposée dans les coloris doré, noir ou argent) présente un châssis en acier inoxydable, sur lequel viennent s’aimanter les deux parties des différents bracelets commercialisés par le fabricant (entre 49 et 79 €). La manœuvre est un peu délicate à effectuer de par la petitesse du bouton à presser, mais il suffit de prendre le coup de main.

Google Pixel Watch test
La Pixel Watch dissociée de son bracelet (fourni).©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Enfin, la Pixel Watch est bien entendu certifiée étanche 5ATM, soit environ 50 mètres. Attention : contrairement à la concurrence (on pense notamment à l’Apple Watch Ultra ou la Galaxy Watch 5 Pro), l’écran n’est protégé que par un verre Gorilla Glass 5 et non pas saphir. Seul l’avenir nous dira comment il résiste aux inévitables chocs et rayures.

L’écran

Google a opté pour un écran AMOLED de 1,2 pouce couvrant – d’après le fabricant – l’espace colorimétrique DCI-P3 et pouvant offrir une luminosité maximum de 1 000 cd/m2. On croira la firme sur parole sur ce point, n’ayant pas les moyens techniques de vérifier ses dires. Toujours est-il que la dalle est parfaitement lisible, que la résolution de 320 ppp est très suffisante pour assurer une finesse d’affichage idéale et que la réactivité tactile est optimale.

L’écran dispose d’une fonction Always On qui, comme son nom l’indique, permet d’afficher en permanence a minima l’heure et la pastille de notifications. Lorsque la montre n’est pas en utilisation, l’écran s’assombrit automatiquement afin de ne pas épuiser la batterie. Un luxe que ne se permet pas l’Apple Watch SE de 2e génération.

La Pixel Watch s’accompagne évidemment de quelques cadrans personnalisables. À ce jour, nous en dénombrons 11, qui chacun peuvent être « compliqués » avec diverses informations (météo, étages montés, minuteur, rythme cardiaque, etc.).

Google Pixel Watch test
La Pixel Watch est personnalisable à l’envi.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Fonctionnalités

La Pixel Watch n’est pas seulement la première montre connectée de Google. C’est aussi la montre qui fait, selon la marque, le meilleur usage des fonctionnalités Fitbit, directement intégrées dans la tocante. D’ailleurs, six mois d’abonnement à Fitbit Premium sont inclus pour tout achat d’une Pixel Watch.

Mais commençons par rappeler une chose : la Pixel Watch n’est à ce jour compatible qu’avec les smartphones Android (8.0 ou plus). Rick Osterloh, responsable des produits chez Google, a toutefois laissé entendre qu’elle pourrait prochainement être supportée par iOS.

Au premier allumage de la montre, l’appairage se fait de façon très naturelle. Armé de notre Pixel 7 Pro, il a suffi de rapprocher les deux appareils pour qu’ils se reconnaissent. S’ensuit une phase de paramétrage et de mise à jour somme toute assez classique et rapide.

Google Pixel Watch test
La configuration est enfantine.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Une fois initialisée, il ne reste plus qu’à porter la montre, qui se charge de rapporter automatiquement les notifications du téléphone à votre poignet. Nous avons particulièrement apprécié la façon dont sont distribuées les notifications. En effet, un premier message vous avertit de la réception, par exemple, d’un message. Mais, si l’on maintient le poignet levé une seconde de plus, le contenu du message est affiché et on peut ensuite décider si l’on veut y répondre ou non. Sur Apple Watch, par exemple, il faut systématiquement taper sur une notification pour en découvrir le contenu.

Par contre, il reste un point sur lequel les montres connectées d’Apple s’en sortent mieux : la détection automatique des activités. Ici, il faudra tout faire soi-même. Lancer le programme « marche » pour enregistrer son parcours. Lancer le programme « Sommeil » pour enregistrer ses nuits. Lancer l’application « minuteur de lavage des mains » pour… vous avez compris la chanson.

En soi, tout y est ! Mais il manque encore à Google ce petit coup de pouce qui rendrait sa Pixel Watch encore plus maline et intelligente. De la même façon, Fitbit cache énormément de fonctionnalités pratiques derrière son abonnement Premium (8,99 € par mois), là où elles sont disponibles d’emblée chez Apple. Dommage.

Côté santé, la Pixel Watch est dotée, d’après les dires de Google, du « capteur de fréquence cardiaque le plus perfectionné de Fitbit ». D’ailleurs, le rythme cardiaque est affiché par défaut en permanence avec le cadran de série de la Pixel Watch. En complément, on peut utiliser l’application ECG Fitbit (à télécharger séparément…) pour obtenir un rapport PDF que l’on peut partager à son médecin traitant.

Google Pixel Watch test
La Pixel Watch dispose d’une fonction ECG.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Par contre, des fonctionnalités telles que la mesure du taux d’oxygénation du sang SPO2 ou de suivi des cycles menstruels manquent à l’appel. Dans ce dernier cas, on pourra toujours se rabattre sur des applications tierces. Mais ces données étant particulièrement sensibles, on aurait apprécié une option native sur la montre.

Par contre, et c’est original, cette petite montre de 41 mm propose bel et bien un clavier permettant de répondre (soit par glisser, soit par toucher) à ses messages. Plutôt pratique, d’autant que l’Assistant Google reste disponible pour nous assister dans ce genre de tâches. Fallait-il le rappeler ? L’IA de Google est évidemment de la partie et peut être invoquée en prononçant les mots magiques que vous connaissez bien.

Google Pixel Watch test
La montre offre un (tout petit) clavier pour répondre à ses messages.©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Enfin, Google Wallet (anciennement Google Pay) est pleinement intégré dans la montre et permet de régler facilement ses achats en dématérialisant ses cartes de paiement. Les cartes d’embarquement des transports ou même les tickets de cinéma sont aussi accessibles directement depuis son poignet.

Performances et autonomie

Cela peut surprendre, mais la Pixel Watch repose sur une puce Exynos 9110 datant… de 2018. En effet, on a déjà aperçu le SoC dans la Samsung Galaxy Watch de première génération. Faut-il s’en inquiéter ? Pas le moins du monde. Concrètement, on ignore ce qu’autoriserait une puce plus récente. Jamais la Watch ne nous a fait défaut en termes de réactivité et de performances. Pour l’écrire autrement, demandez-vous si les applications lancées sur une montre connectée sont à ce point gourmandes pour nécessiter de mettre en production des puces nouvelle génération (on vous souffle la réponse : non).

Quid de l’autonomie alors ? Dans sa communication, Google annonce 24 heures et, empiriquement, nous confirmons ses dires. Malgré la toute petite batterie de 294 mAh, la Pixel Watch tient sans le moindre problème une journée complète, nuit comprise. C’est peu, diront les utilisateurs habituels des modèles de chez Huawei ou Garmin, mais cela ne choque pas le moins du monde les inféodés à l’école Apple Watch. D’autant qu’en termes de recharge, la Pixel Watch est efficace. Avec le pad de recharge inclus (le bloc secteur n’est pas fourni), il faut compter 30 minutes pour récupérer 50 %, et une heure pile pour passer à 100 %.

À lire aussi

Conclusion

Google avait toutes les chances de se planter en beauté en se lançant si tardivement sur un marché aussi complexe que les montres connectées. Et pourtant… la Pixel Watch est non seulement une smartwatch très séduisante, mais elle répond parfaitement à nos attentes en termes de réactivité et d’autonomie. On pourra regretter quelques erreurs de jeunesse, notamment des fonctionnalités manquantes ou certaines cachées derrière l’abonnement payant Fitbit Premium. Mais, mis bout à bout, les atouts de la Pixel Watch supplantent facilement tous les reproches que l’on pourrait avoir à son encontre.

Article rédigé par
Pierre Crochart
Pierre Crochart
Journaliste
Pour aller plus loin