Actu

Sur X (Twitter), tous les likes sont désormais privés

13 juin 2024
Par Pierre Crochart
Sur X (Twitter), tous les likes sont désormais privés
©Michele Ursi/Shutterstock

De l’ancien Twitter, tout doit disparaître. C’est en tout cas l’impression que donnent les décisions successives du nouveau patron du réseau social.

C’était une volonté d’Elon Musk, propriétaire du réseau depuis l’été dernier, et le voici exaucé. Depuis un peu moins de 24 heures, l’onglet permettant de consulter les posts « likés » par les utilisateurs et utilisatrices de X a disparu. Il reste visible de manière individuelle depuis un onglet dédié sur le compte de chacun.

124,99€
139,99€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Réduire “l’autocensure”

Pour Musk, tout est évidemment question de liberté d’expression. L’homme d’affaires, maintes fois moqué pour avoir liké des posts à connotation sexuelle par le passé, motive sa décision comme une réponse à l’autocensure que s’imposeraient certains utilisateurs du réseau. « Il est important de permettre aux gens de liker des posts sans subir d’attaques pour l’avoir fait ! », a-t-il réagi à un article de The Verge vendant la mèche de sa nouveauté à venir.

Une vision partagée par Haofei Wang, le directeur de l’ingénierie du réseau social, qui estimait il y a plusieurs semaines que « beaucoup de gens hésitent à aimer du contenu “controversé” par crainte de représailles. »

Il est à noter que la possibilité de masquer ses likes était auparavant intégrée à l’abonnement X Premium, permettant notamment d’obtenir une coche bleue et diverses fonctionnalités (comme l’accès à Grok, l’IA « subversive » de l’entreprise).

X porte mieux son nom que jamais

Le timing de cette annonce n’est pas anodin. La semaine dernière, X a mis à jour sa politique relative aux contenus autorisés sur la plateforme. Désormais, le contenu érotique ou ouvertement pornographique est le bienvenu sur X. « Vous pouvez partager des contenus comportant de la nudité destinée aux adultes et des actes sexuels, produits et diffusés avec le consentement des personnes représentées, si toutefois ils sont marqués correctement et s’ils ne sont pas placés dans des zones très visibles », lit-on dans les nouvelles conditions générales d’utilisation de X.

La seule condition est que les personnes souhaitant partager ce type de contenus les labellisent clairement en tant que tels, évitant ainsi aux personnes n’ayant pas envie d’être exposées à ces images de les croiser. Mais, quand on sait combien la modération de X est à la traîne depuis qu’Elon Musk est aux manettes, on est en droit d’imaginer qu’il y aura forcément des ratés.

Il faut toutefois préciser que le contenu pornographique a toujours existé sur X. Il est cependant aujourd’hui officiellement le bienvenu, et on imagine sans mal que la plateforme encouragera les utilisatrices et utilisateurs les plus actifs à activer la fonction Super Follow, permettant à leurs followers de s’abonner contre un montant mensuel pour accéder à du contenu additionnel. En clair, X concurrence désormais OnlyFans, la plateforme de partage de contenus adultes.

L’an dernier, un utilisateur de X s’amusait du nouveau nom donné à Twitter, le rendant difficile à retrouver parmi les sites pornographiques épinglés sur son navigateur. Il a mis à jour son tweet. « Correction : ce sont tous des sites porno désormais. »

À lire aussi

Article rédigé par
Pierre Crochart
Pierre Crochart
Journaliste