Actu

La vente de la collection Macklowe enflamme le marché de l’art

17 novembre 2021
Par Félix Tardieu
La vente de la collection Macklowe enflamme le marché de l’art
©DR

Le divorce d’Harry Macklowe, magnat de l’immobilier, et de son ex-épouse Linda Burg a conduit à la vente de leur immense collection d’art chez Sotheby’s. En une seule soirée, celle-ci a rapporté pas moins de 676 millions de dollars.

Le lundi 15 novembre s’est tenue chez Sotheby’s, à New York, une vente qui fera certainement date dans l’histoire du marché de l’art. 36 œuvres de la collection d’art moderne et contemporain Macklowe ont été vendues aux enchères en un peu plus de deux heures, pour un montant vertigineux de 676 millions de dollars. Les 29 oeuvres restantes seront quant à elles mises sur le marché en mai 2022, pour une vente totale qui devrait logiquement battre le record de la collection Rockefeller, qui avait généré 835 millions de dollars chez Christie’s en 2018 (pour plus de 1 000 oeuvres d’art contre une soixantaine seulement pour la collection Macklowe).

Mark Rothko, N°7, 1951 © Sotheby’s

Pas moins de quatre oeuvres ont été adjugées pour plus de 50 millions de dollars, illustrant notamment le goût des collectionneurs pour l’Expressionnisme abstrait américain et ses héritiers : la toile N°7 de Mark Rothko a été adjugée 82,4 millions de dollars, record de la soirée, tandis que le Number 17 de Jackson Pollock en a demandé 61,1 millions, ainsi qu’une toile de Cy Twombly adjugée 58,8 millions de dollars. Autres œuvres phares de la vente : Le Nez d’Alberto Giacometti, bronze suspendu à l’allure macabre, adjugé 78,3 millions de dollars, ainsi qu’une toile d’Andy Warhol représentant Marilyn Monroe (Nine Marilyns, 1963) adjugée 47,3 millions de dollars.

Alberto Giacometti, Le Nez, 1949 © Sotheby’s

Marriage story

Cela faisait quelque temps déjà que les maisons de vente aux enchères lorgnaient sur la collection privée d’Harry Macklowe, promoteur immobilier controversé, et Linda Burg, administratrice honoraire du Met Museum (New York), dont le divorce prononcé en 2018 a fait la une des tabloïds américains. L’homme d’affaires avait entre autres fait parler de lui en 2019 en faisant dresser sur la façade du 432 Park Avenue – un gratte-ciel de haut standing qu’il avait fait construire quelques années plus tôt – un portrait de lui et sa nouvelle épouse rencontrée en 2016. Macklowe et Burg n’étant pas parvenus à se mettre d’accord sur la valeur de 65 de leurs 150 œuvres, la justice américaine a finalement ordonné leur vente et c’est Sotheby’s (propriété du milliardaire Patrick Drahi) qui a remporté la bataille des maisons de vente. La seconde partie de la vente, au printemps prochain, devrait en toute vraisemblance battre le record détenu par la collection Rockefeller, et peut-être même atteindre le milliard de dollars…

À lire aussi

Article rédigé par
Félix Tardieu
Félix Tardieu
Journaliste
Pour aller plus loin