Entretien

Bérénice Bejo : ”J’ai mis 25 ans à me dire que je pouvais tout jouer”

22 mars 2024
Par Agathe Renac
Bérénice Bejo à Series Mania.
Bérénice Bejo à Series Mania. ©Series Mania

Membre du jury de la compétition internationale de Series Mania, l’actrice césarisée a analysé chaque série de la sélection avec attention. À quelques heures du verdict, elle a accepté de nous faire entrer dans les coulisses du festival en se prêtant au jeu de l’interview.

Assise à une table de l’hôtel Barrière de Lille, Bérénice Bejo enchaîne les interviews. Quand vient notre tour, on s’amuse de la situation en la comparant à un speed dating. “Ça existe encore, ça ?, plaisante-t-elle. C’est pas désuet ? Je n’en ai jamais fait, mais le problème, c’est que je ne voudrais blesser personne et surtout, on n’a pas le temps de repérer les pervers narcissiques en trois minutes !” Dès le début de l’échange, le ton est donné et on fait la rencontre d’une femme solaire, ouverte et profondément investie dans tous les sujets qu’elle aborde.

En tant que membre du jury de la compétition internationale, vous êtes la mieux placée pour répondre à cette grande question : qu’est-ce qui fait une bonne série ?

On le sent dès les cinq premières minutes. On a déjà une vue d’ensemble de la réalisation, du jeu d’acteur, du maquillage, des costumes, du décor… Ça se joue très rapidement – même si j’ai vu quelques exceptions durant ce festival, où la série s’envolait vraiment à partir du deuxième épisode. Certains vous répondront que l’écriture et l’évolution des personnages sont les éléments les plus importants pour que ça fonctionne, mais je ne suis pas d’accord. J’attache énormément d’importance à la réalisation, au choix des couleurs, de la lumière… Si l’intrigue ou les protagonistes sont intéressants, mais que c’est mal réalisé, je sors complètement de l’histoire.

La religion, l’amour, la mélancolie, l’intelligence artificielle, la politique, les luttes de classe… Les thématiques abordées dans les séries en compétition sont très variées. Y en a-t-il une qui résonne particulièrement en vous ?

Tous les sujets de société m’intéressent – et particulièrement aujourd’hui. Notre monde et la démocratie connaissent une période très critique. Que va-t-on faire ? Que peut-on renouveler ? S’il fallait vraiment tout réinventer, je me demande ce qu’on pourrait imaginer de mieux que la démocratie. On peut la changer, l’améliorer, mais je ne sais pas si on peut totalement la modifier. Bref, j’ai digressé, mais pour répondre à votre question : j’adore les sujets de société.

Sous le tapis©Paname Distribution

Je suis maman de quatre enfants – dont deux belles filles –, donc les séries qui parlent des rapports humains et familiaux me touchent particulièrement. En revanche, j’accroche moins avec la science-fiction. Par exemple, les épisodes [du Problème à trois corps, ndlr] qui ont fait l’ouverture, c’est moins mon truc. Le Règne animal appartient à ce genre, mais j’ai réussi à me connecter au film, car il aborde des thématiques qui résonnent en moi, comme la parentalité, le fait d’accepter de laisser partir ses enfants ou encore ce qui nous différencie d’eux.

Le président du jury, Zal Batmanglij, nous a confié qu’il était attristé par la sous-représentation des femmes dans la compétition, cette année. Partagez-vous ce constat ?

Je suis complètement d’accord avec lui. Mis à part un rôle principal, il n’y a pas de rôle féminin fort et particulièrement mis en avant dans les séries qu’on a vues. Il y en a de très beaux, de très intéressants, mais les productions ne nous présentent pas leur point de vue. Ça m’a un peu manqué, mais, comme je l’ai dit à Zal : on n’a simplement pas eu de bol. Des enquêtes montrent que les femmes ont une place de plus en plus importante, autant sur le petit que le grand écran, et surtout, les films qui marchent le mieux sont ceux avec des héroïnes dans les rôles principaux. Quand on prend du recul, on réalise que les choses changent, et pour le mieux.

Vous avez été très émue par le discours de Judith Godrèche à la cérémonie des Césars et sa prise de parole vous a même permis d’ouvrir la discussion avec votre fille de 12 ans. Pensez-vous qu’il y aura un avant et un après ce discours ?

J’espère sincèrement qu’il va bousculer “la famille du cinéma”, comme le dit Judith. Elle a soulevé des choses très intéressantes, notamment le rapport de “la muse” à son “mentor”. Je n’ai jamais aimé ces mots. Je travaille avec Michel [Hazanavicius, ndlr] depuis 20 ans et, au tout début, on lui disait souvent que j’étais sa muse. Il répondait systématiquement : “Jamais de la vie, c’est hyper réducteur.”

Je ne sais pas pourquoi, mais ce rapport muse-mentor ne nous plaisait pas. Il y avait quelque chose de dérangeant dans cette idée. On a immédiatement cassé cette dynamique et on ne nous a plus jamais parlé comme ça. Des années plus tard, Judith m’a permis de comprendre ce qui m’avait toujours dérangée dans cette expression : elle rabaisse la femme et donne du pouvoir à l’homme.

Mon coach d’art dramatique me rappelle souvent que c’est moi qui joue sur le plateau. Toute seule. On m’aide, on construit le personnage à plusieurs, le réalisateur ou la réalisatrice me dirigent, mais il n’y a pas de “mentor” sur le tournage. Il y a des acteurs et des actrices qui jouent avec leur force, leurs convictions et leur sensibilité. Je suis donc très heureuse que Judith ait soulevé ce point. Toutes les femmes et tous les hommes doivent garder cette idée en tête : on est intelligent par soi-même. On peut réfléchir grâce aux autres, changer d’avis, mais on est arrivé là où on est grâce à nous.

Judith et toutes les femmes qui l’ont précédée permettent d’ouvrir la parole sur de nombreux sujets. Aujourd’hui, on les voit, on les entend, on les lit, notamment sur les réseaux sociaux. Ça éduque les jeunes – et surtout ceux qui n’ont pas la force d’en parler avec leurs parents. Pour ma part, je rappelle toutes ces phrases à mes enfants, depuis tout petit : “Personne ne te touche”, “Personne ne te déshabille”, “Personne ne te prend en photo nu”, “Personne n’est plus fort que toi”, “Tu es toi”. Cependant, je conçois le fait que ça peut être difficile de parler de sexe avec eux. Avec Internet, ils ont trouvé un endroit où ils peuvent s’informer et retrouver le pouvoir. C’est formidable que la parole se libère, mais je crois en la démocratie et en la justice, et il faut que cette dernière condamne les coupables.

OSS 117, The Artist, Hawaï… Vous avez incarné des personnages très différents. Y a-t-il un rôle que vous ne pourriez absolument pas jouer ?

Je pense qu’il y a des rôles qu’on ne peut pas jouer à un certain âge et à un certain moment de sa vie. Ensuite, on évolue et on change d’avis. Quand j’étais toute jeune, j’étais incapable de jouer des femmes trop dures, pleines de pouvoir ou sexy. Je n’avais pas ça en moi, que ce soit d’un point de vue psychologique ou physique. Je n’avais pas trouvé ma place dans mon corps, à l’inverse de jeunes actrices qui sont hyper fortes. Scarlett Johansson a ce quelque chose depuis qu’elle est jeune et elle le gère super bien.

Coupez!©Getaway Films, La Classe Américaine

À chaque fois que je la voyais, je me disais que j’étais incapable de jouer ce type de rôle. Avec l’âge, je me suis affirmée, j’ai pris confiance en moi et je m’autorise désormais à tout jouer. Certains acteurs ont cette conviction depuis leurs 20 ans. Moi, j’ai mis 25 ans à me dire que je ne devais pas avoir peur des personnages. Il faut oser. J’en suis arrivée à un moment de ma vie où j’ai envie de challenge, donc j’affronte mes peurs et tant pis si je me plante.

Vous l’avez d’ailleurs prouvé à de nombreuses reprises : vous avez appris les claquettes durant une année entière pour The Artist, joué un personnage avec un accent panaméricain dans Mexico 86, pratiqué un mois de plongée et d’apnée pour Sous la Seine… Quel est votre prochain défi ?

Eh bien, je viens justement de le trouver et de l’accepter : je vais faire un seule-en-scène au théâtre ! Il s’agit de l’adaptation du livre Les Gens de Bilbao naissent où ils veulent, qui raconte l’histoire d’une fille qui apprend qu’elle a été adoptée à 27 ans. En cherchant sa mère biologique, elle découvre aussi qui sont ses parents adoptifs. Ça me touche particulièrement parce que ce sont des Espagnols qui ont fui Franco et qui sont venus en France en se disant que c’est un pays génial. Le père devient gardien du théâtre de la Michodière, la mère, femme de ménage, et l’écrivaine Maria Larrea grandit dans ce contexte. Ça parle d’immigration, d’intégration – encore un sujet de société –, d’amour, de la découverte de sa famille…

Sous le tapis©Paname Distribution

En réalité, ce livre et Mexico 86 sont des déclarations d’amour à mes parents. Je leur dis que je les aime à travers d’autres histoires que la nôtre. J’ouvre le dialogue en leur faisant comprendre que je suis là s’ils ont envie de parler et que, s’ils n’en ont pas envie, ce n’est pas grave.

J’ai aussi adoré travailler avec Ariane Ascaride pour Sous le tapis, car nos échanges m’ont permis de comprendre des choses par rapport à ma maman, ce que c’est que d’être parent et d’avoir parfois des secrets pour ses enfants. Malheureusement, les secrets se transmettent de génération en génération. Je l’ai dit à ma mère, elle ne veut pas me croire. Je pense qu’il faut aussi accepter le silence de certaines personnes.

Écrire, réaliser ou incarner une série pourrait être l’un de vos prochains challenges ?

Écrire et réaliser, je ne sais pas. Mais dans les faits, je travaille en bonne collaboration avec mes réalisateurs. Ils me donnent la possibilité de donner mon avis, tout en restant à ma place d’actrice. On a beaucoup de pouvoir dans ce métier : on peut avoir une réflexion sur le scénario, sur les personnages, sur le montage… Les cinéastes sont de plus en plus curieux de savoir ce qu’on pense. Je ne me sens donc pas en manque de ce côté-là, mais j’aimerais bien faire une minisérie avec un même réalisateur sur six épisodes.

Je crois que je ne pourrais pas travailler avec 18 différents, mais je vais peut-être changer d’avis et quand on se verra dans dix ans, je vous dirai : “C’était finalement pas si mal, j’avais un réalisateur par épisode et c’était hyper intéressant et challengeant” (rires) ! Pour le moment, j’ai l’impression qu’il ne m’en faudrait qu’un, c’est mon côté vieux jeu, mais je me laisse la porte ouverte à la surprise.

À lire aussi

Article rédigé par
Agathe Renac
Agathe Renac
Journaliste