Article

Spider-Man : pourquoi le Bouffon Vert est-il si important ?

03 janvier 2024
Par Quentin Lewis
Le Bouffon Vert du “Spider-Man” de Sam Raimi.
Le Bouffon Vert du “Spider-Man” de Sam Raimi. ©Sony

Un nouveau Bouffon Vert fait son entrée dans l’arène, l’occasion de nous interroger sur l’importance des hommes derrière le masque.

Depuis ses débuts dans les pages d’Amazing Fantasy #15, Spider-Man a affronté ce qui constitue, à quelques exceptions près, les meilleurs méchants à avoir honoré les pages des comics Marvel. Mais, parmi cette galerie d’antagonistes cultes, une figure malsaine reste toujours prête à se dresser en travers de son chemin et à lui faire subir les pires sévices. Et si finalement ce dernier représentait bien plus qu’un simple ennemi ?

Derrière le masque

Fruit de l’imagination géniale de Steve Ditko et de la verve new-yorkaise de Stan Lee, Le Bouffon Vert s’est rapidement démarqué des autres ennemis de l’homme-araignée. Dès sa première apparition (deux ans à peine après le début des aventures de Peter Parker), il n’est ni démasqué ni arrêté. Il prend simplement la fuite. Ce sera le cas pendant plusieurs numéros, mais un autre détail le sépare également des autres adversaires du tisseur : ce n’est pas Spider-Man qui parvient à le vaincre. Il n’est du moins jamais seul. Il sera d’abord aidé par la fureur de l’Incroyable Hulk avant d’être épaulé par la Torche Humaine des 4 Fantastiques.

Ce dernier détail n’est pas anodin. Il y a dès le départ une volonté des deux géants du comics de rendre ce personnage spécial, d’en faire une menace grandissante plutôt qu’un ennemi qui serait vaincu en un ou deux numéros seulement. Et si les témoignages varient d’une personne à l’autre (comme souvent avec les souvenirs oraux de Stan Lee), l’un des plus grand conflits à l’origine de la séparation des deux artistes aurait été l’identité du personnage. Toujours selon Lee, son comparse aurait quitté Marvel Comics car il souhaitait faire du Bouffon Vert un personnage totalement inconnu alors que Lee voulait que l’alter ego du super-vilain fasse partie de l’entourage de Peter Parker.

Ennemis intimes

Au final, est-ce l’identité de Norman Osborn qui rend le personnage si singulier ou simplement son concept ? Si le père du meilleur ami de Peter est atteint de troubles psychologiques, le Bouffon Vert dégage malgré tout une sorte d’aura surnaturelle. Il n’incarnait pas là le méchant de comics habituel, mais semblait porter en lui toute la noirceur et la décadence chaotique qui se cache sous le voile de normalité de son hôte. Le Bouffon Vert, c’est le mauvais génie qui sommeille dans les tréfonds de notre psyché à tous.

Si d’autres ennemis de Spider-Man (tels que Venom) ont depuis été les vecteurs de thématiques similaires, peu d’entre eux ont eu un impact aussi destructeur et symbolique sur la carrière de notre héros. Les exemples qui vont suivre comportent des spoilers sur l’ensemble des comics et adaptations cinématographiques Spider-Man, y compris les plus récentes.

The Amazing Spoiler-Man

Le rire sadique du Bouffon Vert résonne comme une symphonie macabre partout où il s’infiltre. Ainsi, lorsqu’il fait son grand retour dans les pages de Spider-Man #75 en 1996, c’est pour assassiner Ben Reilly, le remplaçant de Peter Parker auquel les lecteurs avaient eu le temps de s’attacher pendant deux ans. Cette mort et le tumulte psychologique subi par Spider-Man avaient été égalés seulement une seule fois dans la série : lors de la mort de Gwen Stacy en juillet 1973, toujours aux mains meurtrières du Bouffon Vert. Ces pages choquantes ont provoqué une véritable secousse sismique dans le monde des comics, au point de ne plus jamais être le même après ce numéro.

Peter Parker prêt à venger la mort de Ben Reilly.©Marvel Comics

Même chose lorsque sa version de la Terre-1610 réapparaît dans les pages d’Ultimate Spider-Man : cet événement conclut la série avec la mort du héros éponyme. Et lorsqu’il s’invite dans le MCU sous les traits de Willem Dafoe, il s’agit de très loin de l’ennemi le plus redoutable du Peter Parker version Tom Holland. Jusqu’alors, ses antagonismes avec Mysterio ou le Vautour étaient organiques : Spidey se mettait en travers de leur chemin et ils étaient forcés de le neutraliser. Ici, la menace est vicieuse et personnelle, si bien que Spider-Man doit faire appel à l’aide de deux autres héros pour le vaincre, bouclant ainsi la boucle commencée dès la première apparition de l’homme en vert.

À partir de
44€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

Véritable diable de l’univers Marvel, le Bouffon Vert se dresse face à l’héroïsme de Spider-Man et ses acolytes comme s’il était une incarnation du mal lui-même. Qu’il s’agisse de Norman Osborn, de son fils Harry ou même du Dr. Bart Hamilton, qu’importe finalement qui se cache sous le masque rieur et effroyable du super-vilain.

Récemment, Peter Parker lui-même est devenu le vecteur maléfique du Bouffon, lorsqu’il a aspiré entièrement l’horreur qui sommeillait dans l’âme d’Osborn dans The Amazing Spider-Man #32. Poussant encore plus loin la symbolique démoniaque indissociable de son ennemi juré.

À lire aussi

Article rédigé par