Actu

Squid Game inquiète les parents et l’Éducation nationale

13 octobre 2021
La série cumule déjà 111 millions de vues sur son premier mois. ©Netflix

Phénomène du moment, la série coréenne bat tous les records mais ce succès pourrait s’avérer dangereux pour les enfants.

À moins d’avoir vécu dans une grotte ces quatre dernières semaines, il est impossible d’être passé à côté du phénomène Squid Game. La série coréenne disponible sur Netflix depuis le 17 septembre dernier est en train de battre tous les records et elle est bien partie pour devenir la série la plus regardée de l’histoire de la plateforme. Mêlant ultra-violence et dénonciation des inégalités économiques, Squid Game offre un paradoxe étonnant et parfois dérangeant entre les jeux d’enfant et la violence crue des compétitions, un détail qui a largement contribué au succès du show. À tel point que le show est déjà en train d’envahir celui d’un célèbre jeu Nintendo. Pour rappel, la série en neuf épisodes met en scène des centaines de personnages endettés ou marginalisés participant à un concours de jeux d’enfants traditionnels dans l’espoir de remporter 45,6 milliards de won. Les perdants de chaque étape sont littéralement éliminés sans pitié et, à la fin, il ne pourra y avoir qu’un seul gagnant.

Une critique violente des dérives du capitalisme

Rappelant fortement plusieurs œuvres de « survival » telles que Battle Royale ou encore Fortnite, la série imaginée par Hwang Dong-hyuk est un projet qui a mis plus de dix ans à voir le jour. L’auteur a reconnu avoir été dans une situation financière compliquée à l’époque, ce qui rappelle fortement l’histoire de la série. Mais le plus important reste le message porté par ce show. Comme il l’a récemment révélé, le scénariste et réalisateur sud-coréen voulait en effet écrire une allégorie ou une fable sur la société capitaliste moderne, où un jeu extrême rappellerait la compétition acharnée de la vie.

Malgré le fait que l’intrigue se déroule intégralement en Corée, les thèmes abordés et la remise en cause des dérives du capitalisme de Squid Game ont trouvé un écho mondial, ce qui explique son succès planétaire. Préférant risquer leur vie en s’exposant à des morts violentes dans le simple espoir de remporter une énorme somme d’argent, l’attitude des participants illustre bien jusqu’où certains sont prêts pour réussir. 

Des reproductions inquiétantes de la série dans les écoles

Véritable carton sur Netflix et toujours aussi populaire sur les réseaux sociaux, la série coréenne est devenue l’un des sujets de conversation les plus tendances entre amis ou autour de la machine à café. Problème, le show fait aussi parler de lui dans les cours de récréation, ce qui commence à fortement inquiéter les parents. En effet, le célèbre jeu « 1,2,3, Soleil » que l’on retrouve dès le premier épisode s’est reproduit dans certaines cours d’école en Belgique dans une version violente, les perdants étant battus ou fouettés au visage. Des faits qui ont poussé certaines écoles belges à lancer au début du mois d’octobre un avertissement à l’attention des parents, leur demandant de redoubler de vigilance.

Il n’y a pas qu’en Belgique que l’on a pu assister à de telles scènes puisque des reproductions de certains jeux visibles dans la série ont aussi été constatées et signalées outre-Manche. À tel point que des directeurs d’écoles primaires ont écrit aux parents d’élèves pour leur demander de ne pas laisser leurs enfants regarder cette série jugée dangereuse. Si aucun cas n’a encore été signalé en France, ces incidents commencent à être pris au sérieux et l’Éducation nationale s’apprête à prendre les devants : un message d’alerte va en effet être envoyé aux directeurs académiques des services de l’Education nationale concernant l’éventualité de cas de Squid Game.

Article rédigé par
Alexandre Manceau
Alexandre Manceau
Journaliste
Pour aller plus loin