Article

Squid Game : sept œuvres à découvrir pour prolonger l’expérience

08 octobre 2021
“Squid Game” pourrait bientôt devenir la série la plus vue de l’histoire de Netflix.
“Squid Game” pourrait bientôt devenir la série la plus vue de l’histoire de Netflix. ©Netflix

La fin d’une série est toujours un moment déchirant pour les spectateurs. Si l’aventure Squid Game est terminée, elle peut se prolonger à travers des comics, livres, séries, jeux vidéo… qui reprennent les codes du Battle Royale.

C’est LA série qui bat actuellement tous les records, à tel point qu’elle pourrait bientôt devenir le show épisodique le plus vu de l’histoire de Netflix. Disponible sur la plateforme depuis le 17 septembre dernier, Squid Game est un véritable phénomène, notamment grâce à son pitch étonnant : des personnes endettées jouent à des jeux d’enfants afin de remporter plus de 45 milliards de wons. Lorsqu’ils perdent, les participants sont littéralement éliminés. Mettant en avant le concept de plus en plus populaire du Battle Royale, Squid Game est assurément l’une des sensations de l’année. Pour ceux qui ont adoré le show coréen, l’expérience peut se poursuivre à travers des films, des mangas ou encore des jeux vidéo.

Battle Royale de Kinji Fukasaku (2000)

Battle Royale a inspiré de nombreux films et thrillers.©Toei

Inspiré du manga éponyme de Koushun Takami, Battle Royale raconte l’histoire de 42 élèves de neuvième année envoyés sur une île déserte et forcés à s’affronter par un gouvernement totalitaire, jusqu’à ce qu’un seul survive. Sorti en 2000, le film de Kinji Fukasaku reste un modèle qui a influencé de nombreux thrillers réalisés par la suite. Si les fans de Squid Game retrouveront cette même violence crue, l’œuvre de Koushun Takami livre une critique acide sur les gouvernements totalitaires. Le créateur de la série sud-coréenne, Hwang Dong- hyuk, a d’ailleurs révélé qu’il s’était inspiré du célèbre manga pour trouver l’idée de sa série.

Avengers Arena de Dennis Hopeless et Kev Walker

Le comics met en scène 16 super-héros qui doivent s’entretuer.©Panini Comics

Quand l’univers du Battle Royale rencontre celui de Marvel, ça donne un cocktail forcément explosif. Dans cette série de comics publiée entre décembre 2012 et novembre 2013, un groupe de 16 jeunes super-héros sont capturés par le maléfique Arcade, qui a conçu une nouvelle version de Murderworld. Le super-vilain va alors forcer le groupe à s’entretuer dans un spectacle de téléréalité, un seul survivant étant attendu à la fin.

Fall Guys: Ultimate Knockout

Fall Guys: Ultimate Knockout était un jeu incontournable durant le premier confinement.©Epic Games

Mars 2020 restera dans les mémoires comme le mois où la France a débuté un confinement très strict à cause de la pandémie de Covid-19. Contraints de rester chez eux, les gamers ont trouvé un jeu capable de les occuper un bon moment : Fall Guys: Ultimate Knockout. Dans ce subtil mélange de Fortnite et Total WipeOut, tout repose sur la course d’obstacles : le joueur doit parvenir le plus vite possible à la ligne d’arrivée en étant ralenti le moins possible par les obstacles sur le terrain ou par les autres joueurs. S’ils sont 60 au départ, deux parcours d’obstacles éliminent à chaque tour 20 joueurs, jusqu’à la grande finale. Bien plus fun, loufoque et moins sanglant que Squid Game, il s’agit assurément de l’un des jeux les plus addictifs de ces dernières années.

Le jeu mobile K-Games Challenge – Squid Game

Comment un film ou une série pourraient-ils être des phénomènes s’ils n’avaient pas leur propre jeu vidéo ? Alors que le show coréen est présent depuis moins d’un mois sur Netflix, il a déjà son pendant vidéoludique, sobrement intitulé K-Games Challenge. Disponible uniquement dans certains pays sur iOS et Android, celui-ci propose de participer aux différentes épreuves que subissent les candidats, à l’image du désormais célèbre 1, 2, 3 soleil, du pont de verre ou encore du Sugar Honeycomb Challenge.

Hunger Games de Suzanne Collins

La saga a été adaptée au cinéma en 2012, propulsant l’actrice Jennifer Lawrence.©LionsGate Film

Il faut avoir vécu dans une grotte ces dix dernières années pour ne pas avoir entendu parler de Hunger Games, la saga imaginée par la romancière Suzanne Collins. Dans une Amérique dystopique, le Capitole organise chaque année un jeu télévisé, les Hunger Games, pour contrôler le peuple par la peur. Les 24 participants sont recrutés en tirant au sort deux adolescents, une fille et un garçon de 12 à 18 ans, dans chacun des 12 districts de Panem. Ils doivent ensuite s’affronter à mort dans une arène qui mélange éléments réels et virtuels. À la fin, il ne peut y avoir qu’un seul vainqueur. La saga a été adaptée au cinéma de 2012 à 2015 et a notamment permis à Jennifer Lawrence de devenir une star à Hollywood. À noter qu’un préquel, intitulé La Ballade du serpent et de l’oiseau chanteur, sera adapté au cinéma l’année prochaine.

Alice in Borderland de Sato sur Netflix

La série est l’adaptation du manga d’Haro Aso.©Netflix

C’est l’une des séries qui cartonne actuellement sur Netflix. Adaptée du manga d’Haro Aso, elle met en scène un groupe de personnes transportées et piégées dans une dimension alternative où ils doivent s’affronter dans des jeux dangereux afin de rester en vie. Un parallèle plus que flagrant avec Squid Game, d’autant que les fans de la série retrouveront le même niveau de violence et d’intensité dans Alice in Borderland. Pour les intéressés, la première saison du show japonais est disponible sur Netflix, qui a déjà annoncé l’arrivée prochaine d’une seconde saison.

Blue Lock de Kaneshiro Muneyuki et Nomura Yusuke

Blue Lock reprend les codes du Battle Royale et les adapte au milieu du football.©Kōdansha

Que se passerait-il si des joueurs de foot étaient enfermés dans un lieu secret ? C’est l’idée de départ du manga Blue Lock, imaginé par Muneyuki Kaneshiro. Lorsque le Japon est éliminé en huitièmes de finale de la Coupe du monde 2018, l’Union japonaise de football fonde alors le Blue Lock, un centre de formation révolutionnaire rassemblant les 300 meilleurs attaquants lycéens du pays. L’objectif est clair : détecter le joueur qui écrasera tous ses rivaux par son talent et son hyper-individualisme. Yoichi Isagi, héros du manga, n’aura d’autre choix que de devenir l’attaquant ultime pour survivre au programme hautement sélectif qui l’attend. Le manga reprend les codes de base du Battle Royale, les adapte au milieu du football et insiste sur l’importante rivalité qui existe dans ce milieu. Blue Lock devrait plaire à plus d’un fan de ballon rond.

Article rédigé par
Alexandre Manceau
Alexandre Manceau
Journaliste