Test

Prise en main de l’Asus ROG Phone 5 : de la puissance et un logiciel vraiment pensé pour le jeu

07 avril 2021

En résumé

Asus ne déçoit pas avec le ROG Phone 5. Il faut dire que le constructeur n’a pas cherché à innover outre mesure avec cet appareil, se contentant de peaufiner une formule déjà proche de la perfection, à savoir celle du ROG Phone 3. Si vous êtes à la recherche d’un smartphone pour jour, vous ne trouverez pas mieux que le modèle que nous testons ici. Il est bien le monstre de puissance attendu. On pourrait légitimement opposer à ce constat une interrogation simple : a-t-on vraiment besoin d’autant de puissance sur Android ? La question mérite d’être débattue, car, contrairement aux jeux PC les plus exigeants qui disposent d’options pour tirer parti des machines les plus puissantes, l’écosystème gaming Android ne suit pas la même logique. En effet, rares sont les jeux qui exploitent les configurations les plus performantes, dans la mesure où le but des développeurs est de toucher le maximum de monde. Ce qui rend le ROG Phone 5 indispensable pour les joueurs mobiles, ce n’est donc pas sa puissance démesurée, mais plutôt son interface et toutes ses petites fonctionnalités dédiées au gaming, qui mettent vraiment l’utilisateur dans les meilleures conditions pour jouer. Le tout en restant un très bon smartphone pour tous les autres usages du quotidien.

Notre test détaillé

Zappant allégrement le modèle numéro 4 de sa série, Asus propose cette année le ROG Phone 5 pour succéder à son ROG Phone 3. Un smartphone toujours estampillé gaming, dont les caractéristiques techniques ont bien entendu été mises au goût du jour. Nous avons essayé pour vous ce que la marque taïwanaise présente comme le modèle ultime à destination des joueurs.

Asus ROG Phone 5

© Asus

Les caractéristiques du ROG Phone 5 sont telles qu’on pourrait les espérer d’un smartphone de sa catégorie. On retrouve donc ici un écran de 6,78 pouces pour 1080 x 2448 pixels, un peu plus grand que la dalle de 6,59 pouces du ROG Phone 3. Il s’agit néanmoins toujours d’un écran AMOLED, annoncé un peu plus lumineux, et qui conserve la taux de rafraîchissement de 144 Hz caractéristique de la gamme. Une belle dalle incluse dans un boîtier de 172,8 x 77,3 x 10,3 mm pour 238 grammes, certes imposant, mais de 2 grammes plus léger que son prédécesseur. Le style de la série est toujours présent : le logo ROG s’illumine au dos de l’appareil, et les codes du gaming sont respectés. Au dos d’ailleurs, Asus opte cette année pour un triple module photo : il regroupe un capteur principal de 64 Mpx avec une optique grand-angle (F/1,8), un autre de 13 Mpx associé à un ultra-grand-angle (f/2,4) et enfin un troisième de 5 Mpx, dédié à la macro. Matériellement, le fabricant conserve donc la recette du ROG Phone 3, mais promet une amélioration d’ordre logicielle. Son smartphone, précisons-le au passage, tourne d’emblée sous Android 11.

Asus ROG Phone 5

© LaboFnac

Pourvu d’un écran légèrement plus grand pour mieux profiter des jeux, le smartphone gagne aussi une prise jack permettant aux détenteurs d’un casque de l’y brancher sans adaptateur. Le fabricant assure avoir pu réintégrer cet élément abandonné sur le ROG Phone 3 grâce au passage au Snapdragon 888. Le chipset de Qualcomm qui anime le ROG Phone 5 inclut en effet un modem 5G, quand celui du Snapdragon 865 (dans le ROG Phone 3) était placé à l’extérieur du SoC, occupant davantage d’espace au sein de l’appareil. Quoi qu’il en soit, Asus associe la plateforme à 8, 12 ou 16 Go de RAM et offre 128 ou 256 Go de stockage. Le tout est animé par une batterie de 6000 mAh, identique à celle du ROG Phone 3, mais qui gagne cette année une compatibilité avec la charge 65 W. Ajoutons que le terminal supporte à la fois le Bluetooth 5.2 et le WiFi 6e.

Une interface pensée pour le jeu

Asus fait évoluer par petites touches l’interface ROG UI de son smartphone. Cette interface s’avère résolument tournée vers le gaming, tant dans son aspect que dans ses fonctions. Elle est assez chargée sur le plan graphique, avec par exemple des fonds d’écran animés, des couleurs contrastées, bref un look très racé. Rien de bien effrayant toutefois pour les utilisateurs auxquels se destine ce smartphone. Et si cette interface n’est pas à votre goût, vous avez toujours la possibilité de revenir vers une version plus conventionnelle en optant pour un thème différent. Dans tous les cas, il s’agit uniquement de surcouches graphiques, qui ne changent rien aux possibilités offertes par l’interface.

Asus ROG Phone 5

© Capture d’écran / LaboFnac

Les joueurs seront davantage intéressés par la fonction “Génie du jeu” (Game Genie), qui regroupe plusieurs options toutes dédiées au gaming. Comme sur le ROG Phone 3, Game Genie prend la forme d’un panel qu’il est possible d’invoquer depuis n’importe où dans l’interface en faisant un mouvement du doigt depuis le bord gauche.

Asus ROG Phone 5

© Capture d’écran / LaboFnac

C’est notamment que l’on trouve les outils de mapping et la possibilité de configurer les Air Triggers. Rappelons qu’il s’agit de deux gâchettes tactiles. L’équivalent donc des boutons “L” et “R” que l’on trouve sur les manettes de jeu. Ces Air Triggers sont très facilement configurables. Où que vous soyez dans l’interface, il suffit en effet d’ouvrir Game Genie puis de décider à quel endroit de l’écran correspond une pression sur ces Air Triggers. À l’usage, cela permet par exemple d’allouer ces deux touches à des actions précises dans un FPS, comme se baisser, sauter, tirer, recharger, etc.

Pour ceux qui lorgnent du côté du pack contenant le smartphone et l’Aerocooler 5, sachez que cet accessoire n’est plus un simple ventilateur. Asus a en effet eu la bonne idée de lui ajouter deux (vrais) boutons, facilement accessibles avec les majeurs ou les auriculaires. Ces boutons sont tout aussi configurables que les Air Triggers, ce qui permet de bénéficier de quatre touches physiques.

L’autre composante très marquée “gaming” de l’interface est la fonction Armoury Crate. Il s’agit en fait d’un espace dédié, qui s’inspire déjà de ce que le constructeur propose sur ses PC. Cet espace regroupe l’ensemble des jeux, qui sont ici présentés en vues carrousel ou mosaïque. Pour chacun de ces jeux, il est possible de procéder à une configuration personnalisée concernant l’affichage, les performances, l’utilisation des Air Triggers, le mappage des touches, etc. Concrètement, une fois que Armoury Crate est lancée, on a vraiment l’impression de tenir une console portable entre les mains. Surtout si vous appairez au smartphone une manette – celle de la Xbox One fonctionne très bien dessus – ou que vous craquez pour l’excellente manette Kunai qui donne à l’ensemble un air de Nintendo Switch.

Asus ROG Phone 5

© LaboFnac

Game Genie et Armoury Crate ne sont pas à proprement parler des nouveautés puisqu’on trouvait déjà ces fonctions dans les précédentes moutures de l’interface des Rog Phone. Néanmoins, le constructeur affine encore sa formule ici, de sorte que les joueurs invétérés qui veulent profiter de l’expérience gaming la plus riche possible en auront pour leur argent.

Les performances

L’imposant châssis du ROG Phone 5 cache ce qui se fait de mieux à ce jour chez Qualcomm, à savoir la plateforme Snapdragon 888. Celle-ci s’invite sur à une large part des smartphones haut de gamme du moment, tels l’Oppo Find X3 Pro, le OnePlus 9 Pro ou encore le Mi 11 de Xiaomi. La puce, gravée en 5 nm, inclut un modem 5G et s’appuie sur huit cœurs CPU Kryo 680 : un cadencé à 2,84 GHz, trois à 2,42 GHz et quatre à 1,80 GHz. La puce inclut également un GPU Adreno 660 et se voit complétée par une très généreuse quantité de mémoire vive, puisque notre modèle d’essai est pourvu de 12 Go de RAM. D’autres moutures sont également proposées par la marque taïwanaise, avec 8 ou 16 Go au choix pour le ROG Phone 5, 16 Go pour le ROG Phone 5 Pro et même 18 Go pour le ROG Phone 5 Ultimate. Quelle que soit la version retenue, des performances de haute volée sont logiquement à attendre.

Asus ROG Phone 5

© LaboFnac

À l’usage, on constate que l’appareil tient toutes ses promesses. En attendant les tests de performances de notre Labo, nous avons soumis le smartphone aux jeux Android les plus gourmands du moment, tels que Call of Duty Mobile, Asphalt 9: Legends, PUBG Mobile, Nimian Legends: BrightRidge, ARK: Survival Evolved et Genshin Impact. Nous avons également lancé quelques parties de Real Racing 3 et Dead Trigger 2, des jeux un peu plus anciens, mais qui restent des valeurs sûres quand il s’agit d’évaluer les performances d’un smartphone Android. Sans surprise, tous ces titres tournent à la perfection, avec les paramètres réglés sur le maximum pour ceux qui intègrent la possibilité de les triturer. En revanche, tous ces jeux ne sont pas compatibles avec l’écran 144 Hz. On en trouve certes de plus en plus, mais certains des plus populaires, tels que Fortnite Mobile, Call of Duty Mobile ou PUB Mobile sont loin de profiter d’un tel écran et se contentent de tourner à 90 Hz au mieux. Néanmoins, opter aujourd’hui pour un écran 144 Hz vous garantit de pouvoir profiter des éventuelles évolutions ultérieures.

Asus ROG Phone 5

© LaboFnac

Pour finir, un mot sur le service Xbox Game Pass. Ce genre de service de jeu en streaming ne nécessite pas une puissance monstrueuse pour fonctionner. Néanmoins, les autres qualités du ROG Phone 5 telles que son grand écran, ses manettes Kunai et ses outils de mapping font que ce smartphone s’avère tout simplement parfait pour ce genre d’usage.

Conclusion

Asus ne déçoit pas avec le ROG Phone 5. Il faut dire que le constructeur n’a pas cherché à innover outre mesure avec cet appareil, se contentant de peaufiner une formule déjà proche de la perfection, à savoir celle du ROG Phone 3. Si vous êtes à la recherche d’un smartphone pour jour, vous ne trouverez pas mieux que le modèle que nous testons ici. Il est bien le monstre de puissance attendu. On pourrait légitimement opposer à ce constat une interrogation simple : a-t-on vraiment besoin d’autant de puissance sur Android ? La question mérite d’être débattue, car, contrairement aux jeux PC les plus exigeants qui disposent d’options pour tirer parti des machines les plus puissantes, l’écosystème gaming Android ne suit pas la même logique. En effet, rares sont les jeux qui exploitent les configurations les plus performantes, dans la mesure où le but des développeurs est de toucher le maximum de monde. Ce qui rend le ROG Phone 5 indispensable pour les joueurs mobiles, ce n’est donc pas sa puissance démesurée, mais plutôt son interface et toutes ses petites fonctionnalités dédiées au gaming, qui mettent vraiment l’utilisateur dans les meilleures conditions pour jouer. Le tout en restant un très bon smartphone pour tous les autres usages du quotidien.

Article rédigé par
Sofian Nouira
Sofian Nouira
Journaliste
Laure Renouard
Laure Renouard
Journaliste
Pour aller plus loin