Test

Test du Wiko View Go : trop de lenteurs pour en apprécier les qualités

01 août 2018
Par Mathieu Freitas

En résumé

Souhaitant offrir l’expérience View au plus grand nombre, Wiko a cette année décidé d’étendre encore un peu plus la série en y ajoutant des modèles toujours plus modestes. Et même un peu trop modeste dans le cas du View Go. Avec un processeur quad-core cadencé à 1,3 GHz et 2 Go de RAM, il tarde à lancer des applications même basiques et il faudra en plus composer avec de nombreux ralentissements, même si Android Oreo tourne sans trop de problèmes. Les plus impatients risquent donc de s’arracher les cheveux. Dommage, d’autant que ce smartphone a tout de même quelques qualités à faire valoir. Il a notamment obtenu d’excellents résultats aux tests 2G, 3G et 4G de notre Labo, et offre également un grand écran HD+ (1440 x 720 pixels) de 5,7 pouces aux contrastes marqués et plutôt bien calibré. Le plus modeste des View ne démérite pas non plus sur le plan audio, avec une sortie casque et un haut-parleur capables de performances satisfaisantes, alors que son appareil photo principal de 13 mégapixels produit des clichés plus qu’honorables de jour. Le capteur avant de 5 mégapixels se montre un peu plus décevant, mais a le mérite d’être associé à un flash pour les selfies dans le noir, et l’autonomie, bien que loin de ce qu’il se fait de mieux en la matière, reste dans la moyenne. Le View Go, qui profite en plus d’un design assez soigné et dans l’air du temps, n’est donc pas forcément à écarter, mais il vous faudra une bonne dose de patience afin de pouvoir en apprécier réellement les quelques atouts.
(La note technique globale ci-dessous ne prend pas en compte l’évaluation de la photo, toujours en cours de test au Labo.)

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Design tendance
  • Écran 18:9 confortable et bien calibré
  • Excellentes performances réseau
Les moins
  • Des lenteurs omniprésentes
  • Autonomie tout juste moyenne
  • Clichés trop bruités en basse luminosité
Article rédigé par
Mathieu Freitas
Mathieu Freitas
Journaliste
Pour aller plus loin