Prise en main

Prise en main du Moto Edge 30 Neo : un milieu de gamme abouti plutôt convaincant

03 novembre 2022
Par Georges Prat
Prise en main du Moto Edge 30 Neo : un milieu de gamme abouti plutôt convaincant
©Moto

Le Moto Edge 30 Neo est un smartphone de milieu de gamme qui vient compléter la riche famille Edge 30 de la marque. Pour moins de 400 €, il se heurte à une forte concurrence, mais il ne manque pas d’atouts.

En résumé

Avec son Edge 30 Neo, Moto nous prouve parfaitement qu’il y a une autre carte à jouer que le simple alignement de caractéristiques techniques. Ce smartphone n’aura pas, face à ses concurrents, le processeur le plus puissant, le plus grand nombre de caméras, ni la plus grosse batterie. Pourtant, il se montre très agréable au quotidien en offrant une expérience fluide dans la plupart des situations, une autonomie correcte et une partie photo plutôt convaincante – en journée tout du moins. Cerise sur le gâteau, son design est pour le moins réussi.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Design convaincant
  • Un smartphone fin et léger
  • Deux caméras maîtrisées en journée
  • Bel écran 120 Hz
  • Recharge rapide
Les moins
  • Pas de vidéo 4K ou à 60 fps
  • Ni microSD ni prise casque
  • Photos de nuit très moyennes

Notre prise en main détaillée

Moto entend bien finir l’année en beauté avec une série Edge 30 renforcée par trois nouveaux modèles. Une famille qui débute avec le Neo, dont nous vous proposons de découvrir notre prise en main en attendant son passage au Labo.

Ce smartphone de milieu de gamme est proposé avec 8 Go de RAM et 128 Go de stockage. Trois couleurs sont au menu, élaborées en collaboration avec Pantone, une entreprise américaine qui s’est fait connaître du grand public en introduisant le concept de couleur de l’année. D’ailleurs, celle-ci est proposée par Moto pour l’Edge 30 Neo, il s’agit de la teinte Peri, un mauve plutôt original. On trouve aussi du vert et les plus conventionnels blanc et noir, comme notre exemplaire de test prêté par la marque.

Design et ergonomie

Le Moto Edge 30 Neo se classe aujourd’hui dans la catégorie des smartphones compacts et légers. Il mesure 152,9×71,9×7,8 mm et pèse seulement 155 g. Sa prise en main est donc excellente, y compris pour les personnes ayant de petites mains. Le bouton de mise sous tension vient se placer tout naturellement sous les doigts, mais ce n’est pas tout à fait le cas des deux petites touches dévolues au réglage du volume. Elles pourront sembler légèrement trop hautes.

Moto Edge 30 Neo
©L’Éclaireur

Bien entendu, qui dit smartphone plutôt compact dit écran de diagonale « raisonnable ». Celui du Moto Edge 30 Neo fait 6,28 pouces, à comparer aux 6,67 pouces du Moto Edge 30 Fusion, par exemple. Il occupe plus de 87 % de la façade du smartphone avec, sans surprise, une caméra frontale prenant place dans un poinçon central et un lecteur d’empreinte digitale. Celui-ci s’est montré très rapide, mais un peu bas pour que le déverrouillage se fasse dans un mouvement totalement naturel.

Moto Edge 30 Neo
©L’Éclaireur

À l’arrière, nous trouvons du plastique, mais ne faites pas la grimace tout de suite. Il est ici de très belle facture, avec une finition mate qui n’attire pas trop les traces de doigts. Le partenariat avec Pantone se matérialise par une petite inscription discrète. Discret est aussi l’adjectif qui convient le mieux au bloc photo. Au programme, deux caméras de grand diamètre dans une pièce noire et grise. Les designers de la marque ont eu l’idée de glisser des leds dans l’épaisseur du bloc : elles vous signaleront que le smartphone est en charge ou encore que vous avez un appel entrant. Les possibilités de personnalisation sont malheureusement peu développées.

Moto Edge 30 Neo
Moto fournit une coque en plastique transparente plutôt discrète une fois en place. Une charmante attention.©L’Éclaireur

Dans l’air du temps, ce smartphone au design réussi doit malheureusement se passer de prise casque et de carte mémoire. Il n’est pas non plus étanche, mais la pluie ne l’effraie pas. Petit plus non négligeable, Moto fournit une coque de protection transparente.

L’écran

Pour l’écran, Moto reste fidèle à la technologie P-OLED, un proche parent de l’AMOLED. La dalle utilisée présente une définition Full HD, soit 1 080×2 400 pixels. Cela nous donne une belle finesse d’affichage, avec une densité de plus de 400 ppp. La fréquence de rafraîchissement atteint les 120 Hz, comme la plupart des hauts de gamme actuels. Une belle performance donc. L’utilisateur se voit proposer trois réglages : 60 Hz, 120 Hz, mais aussi un mode automatique qui bascule entre 60 et 120 Hz en fonction des usages. Une possibilité encore peu présente sur les mobiles à moins de 400 euros.

Moto Edge 30 Neo
©Capture d'écran L’Éclaireur

Sur le papier, l’écran du Moto Edge 30 Neo coche donc beaucoup de cases. En attendant les résultats des mesures du Labo, nous avons apprécié sa bonne luminosité et des couleurs agréables en optant pour le réglage Naturel, le smartphone jouant par défaut davantage la carte de la saturation.

Qualité audio

Le Moto Edge 30 Neo se passe de prise casque, mais le smartphone dispose du Bluetooth 5.1 pour connecter un casque sans fil. Le Labo viendra estimer la qualité du Bluetooth de ce smartphone. Il s’intéressera bien entendu aussi au rendement des deux haut-parleurs qui offrent un rendu stéréophonique qui nous a semblé plutôt équilibré, sachant que ces deux unités ne sont pas identiques. En effet, le haut-parleur du haut est celui utilisé pour la fonction de téléphonie mains libres, tandis que celui du bas est plus imposant et véritablement pensé pour la musique.

Moto Edge 30 Neo
Beaucoup de réglages possibles depuis l’application liée au Dolby Atmos.©Capture d'écran L’Éclaireur

Puissance et interface

Pour réduire le prix final d’un smartphone, un constructeur peut choisir de venir piocher dans le catalogue de MediaTek, généralement moins cher que Qualcomm, ou rester fidèle au leader américain en optant pour une puce un peu plus ancienne. Moto a choisi la seconde alternative et notre protagoniste du jour est animé par un Snapdragon 695, l’entrée de gamme 5G de Qualcomm lancé il y a une année environ. S’il est possible de trouver à des tarifs avoisinants des smartphones intégrant une mécanique plus puissante, le Moto Edge 30 Neo affiche une belle fluidité générale avec une interface répondant bien. Le Snapdragon 695 est gravé en 6 Nm ce qui lui permet de grimper en fréquence, 2,2 GHz pour ses deux cœurs les plus véloces, sans chauffe excessive et sans trop consommer d’énergie. Bien entendu, les intenses tests du Labo nous permettront de saisir ce que ce Moto Edge 30 Neo a vraiment dans le ventre.

Moto Edge 30 Neo
©Capture d'écran L'Éclaireur

Moto a pris le parti depuis très longtemps de proposer une interface assez épurée et proche d’une version pure d’Android, ici dans sa version 12. En quelques heures à peine, il est possible, y compris pour les moins technophiles, de maîtriser ce smartphone avant de partir à la découverte des petits plus disséminés par le constructeur. Une partie des paramètres est ainsi accessible à partir de l’application Moto, qui bénéficie des graphismes clairs et simples, vraiment réussis. Moto ajoute aussi des contrôles gestuels supplémentaires souvent bien pensés, ainsi que des raccourcis utilisant par exemple les touches de volume : un appui prolongé permet par exemple de changer de piste de musique.

En matière de mises à jour, le contrat est rempli puisque Moto apportera à ce smartphone les deux prochaines versions d’Android et trois années de mises à jour de sécurité selon un rythme bimensuel.

Moto Edge 30 Neo
©L’Éclaireur

Communications

Le Moto Edge 30 Neo supporte la 5G avec des débits théoriques largement supérieurs à ce qu’autorisent les réseaux mobiles des opérateurs, en France tout du moins. Donc pas de souci à se faire sur ce plan. Pour le reste, c’est du classique… Peut-être un peu trop, car il faut se passer du wifi 6 qui se diffuse rapidement par le biais notamment des box internet. Dommage, même si en pratique ce ne sera pas indispensable pour tout le monde. Les mesures du Labo vont nous permettre de voir les capacités du Moto Edge 30 Neo en matière de sensibilité radio. À l’usage, nous n’avons rien remarqué de particulier.

Photo

Pour la photo, Moto reste pragmatique en ne jouant pas la surenchère en matière de nombre de caméras. Exit les modules dispensables : caméras macro et de profondeur de champ, ne vous sentez pas visées… mais un peu quand même.

Moto Edge 30 Neo
©L’Éclaireur

Non, le Moto Edge 30 Neo se contente pas que de deux caméras. Nous trouvons tout d’abord un grand-angle. Son optique affiche une ouverture de f/1,8 et bénéficie d’une stabilisation optique. Derrière elle, un capteur de 64 mégapixels officie avec classiquement l’intervention du pixels binning, qui ramène par défaut les clichés à une définition de 16 mégapixels. Le second module photo est un ultra grand-angle qui présente un champ de capture de 120° pour une ouverture f/2,2. Cette caméra s’appuie sur un capteur de 13 mégapixels.

Moto Edge 30 Neo
Le Moto Edge 30 Neo s’en sort bien en journée, comme le montrent les nuances préservées, dans le ciel notamment.©L’Éclaireur

Dans un environnement lumineux, le grand-angle du Moto Edge 30 Neo se montre convaincant, puisqu’il parvient à réaliser des photos dynamiques et contrastées. Le niveau de détail est satisfaisant en 16 mégapixels. Il ne s’accroît que légèrement en basculant en 64 mégapixels (mode Ultra-res). Inutile à notre sens de recourir à cette option, qui se traduit par la production d’énormes fichiers : la même photo prise en 64 mégapixels pèse ainsi 64,4 Mo, contre 16,1 Mo en 16 mégapixels. Notons que la compression JPEG est faible, car d’une manière générale le Moto Edge 30 Neo produit de gros fichiers photos. Attention donc à l’espace mémoire sur ce mobile qui ne propose pas de slot microSD !

Moto Edge 30 Neo
Le grand-angle en action.©L’Éclaireur

La nuit, les photos perdent nettement en piqué avec l’arrivée en fanfare du bruit numérique et des couleurs qui s’affadissent.

Moto Edge 30 Neo
On peut remarquer ici comme l’image perd en précision et en netteté en périphérie avec l’ultra grand-angle.©L’Éclaireur

L’ultra grand-angle est moins convaincant, puisque l’on retrouve les défauts récurrents de ce genre de caméra avec une dégradation de la qualité lorsque l’on s’éloigne du centre de l’image. On perd en netteté, mais aussi en contraste. La déformation optique est par ailleurs plutôt sensible. La nuit, cela ne s’arrange pas vraiment et les limites de cet ultra grand-angle sont rapidement atteintes. Moto a eu la bonne idée de doter cette caméra d’un autofocus. Elle sera donc utilisée avec succès pour la macrophotographie.

Moto Edge 30 Neo
Doté d’un autofocus, l’ultra grand-angle est très efficace en macro.©L’Éclaireur

La vidéo est le parent pauvre de ce smartphone, puisque celui-ci ne pourra pas aller au-delà du 1080p à 30 images par seconde. Nous aurions apprécié de pouvoir atteindre les 60 fps, plus adaptés aux scènes d’action. Le résultat est acceptable malgré une dynamique limitée.

Moto Edge 30 Neo
Le Moto Edge 30 Neo bénéficie d’un autofocus précis.©L’Éclaireur

La caméra frontale du Moto Edge 30 Neo dispose d’un gros capteur de 32 mégapixels. Là aussi, le pixels binning intervient avec donc au bout du compte des photos de 8 mégapixels. Les selfies sont nets, mais le niveau de détails n’impressionne pas vraiment et les couleurs manquent de peps. La lumière peine parfois à être correctement gérée dans des conditions difficiles comme les contre-jours. Le lissage de la peau est excessif à notre goût, même en désactivant l’IA. Il est possible de basculer en 32 mégapixels, mais l’image produite ne progresse pas vraiment.

Autonomie

Finesse et poids plume sont rarement synonymes d’énorme batterie et cela se vérifie sur ce nouveau smartphone. En effet, le Moto Edge 30 Neo dispose d’une batterie de 4 020 mAh, ce qui peut sembler peu élevé face, par exemple, aux 5 000 mAh de l’Oppo A77. Pour autant, rien de catastrophique, puisque le Moto Edge 30 Neo a résisté avec une certaine marge à une très grosse journée sans recharge. Avec une utilisation un peu plus légère et en privilégiant le wifi à la 5G, plus énergivore, il est possible d’atteindre 1,5 jour d’autonomie. Bien entendu, le sévère test du Labo nous donnera une estimation plus précise et une échelle de valeur par rapport à la concurrence.

Moto Edge 30 Neo
©L’Éclaireur

Moto a la bonne idée de fournir un bloc de charge, qui affiche qui plus est une belle puissance de 68 W. Pas d’économie à ce niveau-là, c’est tout simplement le même équipement que le Moto Edge 30 Fusion. La marque annonce que le mobile est capable de retrouver une journée d’autonomie en 10 minutes de charge. Un chiffre sans doute un peu optimiste.

Pour notre part, une pleine charge a pris une bonne quarantaine de minutes, mais attendons la mesure du Labo qui ira plus loin, en ne se contentant pas de l’apparition du 100 % sur l’écran pour stopper sa prise de mesure. Surprise du chef, la recharge sans fil est de la partie, une proposition rare dans cette gamme de prix.

À lire aussi

Article rédigé par
Georges Prat
Georges Prat
Journaliste
Pour aller plus loin