Critique

Ça raconte Sarah, ça raconte la passion

15 octobre 2018
Par Sébastien Thomas-Calleja
Ça raconte Sarah, ça raconte la passion
©dr

Ce roman narre une rencontre, celle de deux femmes que tout sépare et qui vont s’aimer fougueusement.

La passion con fuoco

9782707344755FS

Avant, elle menait une vie tranquille, « bien rangée ». Jeune professeure, mère célibataire, abandonnée par le père de son enfant. Elle dirige sa vie, seule, calme et sereine, dans le XVe arrondissement de Paris. Elle se sent pourtant en « latence », sans trop savoir pourquoi, ni même ce que cela signifie. C’est Sarah, rencontrée lors d’un réveillon du nouvel an chez des amis, qui lui en donnera la première définition. La latence : « c’est le temps qu’il y a entre deux grands moments importants »De rendez-vous en rapprochements, un attachement naîtra entre ces deux femmes, puis la passion, avec fougue.


Tu me fais tourner la tête

Elle est « animée, exaltée, passionnée ». Tout les sépare. Les concerts, d’abord. Sarah est violoniste dans un quatuor à cordes. La musique dirige sa vie. Le premier trio de Brahms la transcende. Ces représentations les éloignent, avant qu’elles ne se retrouvent comme si leurs vies en dépendaient. « Elle voudrait tout et son contraire » et se moque des convenances ou de la bienséance. « Sarah la fougue, Sarah la passion, Sarah le soufre ». C’est une tempête, un tremblement de terre, un raz-de-marée d’amour débordant qui ravage tout sur son passage.

Oh oh, vertige de l’amour

Elle gouverne, c’est une reine. Si le bonheur est à portée de main, c’est à corps perdu qu’il advient. Jusqu’à quand ? Jusqu’où ? Dans un dictionnaire médical : « Latence : état de ce qui existe de manière non apparente mais peut, à tout moment, se manifester par l’apparition de symptômes. » « Ça raconte ça : le souffle, le soufre, la tempête ». L’amour absolu, l’amour à mort. D’une écriture envoûtante, faite de phrases récurrentes et hypnotiques, Pauline Delabroy-Allard, pour son premier roman, nous offre une dévorante « définition de la passion ».

Lauréate du Prix des libraires de Nancy et du Prix Envoyé par la Poste 2018, ce roman est également dans les deuxièmes sélections des prix Goncourt et Médicis.

Une lecture irrésistible qui se lit d’une traite, ardemment !

 

Parution le 6 septembre 2018 – 188 pages

Ça raconte Sarah, Pauline Delabroy-Allard (Minuit) sur Fnac.com

Aller + loin : Tout ce qu’il faut savoir sur les prix littéraires 2018


Photo de l’auteure prise pendant la rencontre parisienne du Goncourt des Lycéens – 2018 

Découvrez leur univers

Article rédigé par
Sébastien Thomas-Calleja
Sébastien Thomas-Calleja
libraire à Fnac Parly 2
Sélection de produits