Article

Le jardin arc en ciel de Ogawa Ito, c’est la maison du bonheur

15 mars 2017
Par Le Cercle Littéraire
Le jardin arc en ciel de Ogawa Ito, c’est la maison du bonheur
©dr

LE CERCLE LITTÉRAIRE – Le coup de cœur de Martine L. : « Izumi Takahashi est une jeune femme en instance de divorce qui élève seul son fils Sôsuke. Elle rencontre Chiyoko sur un quai de gare, où elle accompagne son fils qui part en vacances. Izumi sent le désespoir de cette jeune fille, et afin de lui éviter d’avoir des pensées noires, l’invite à dîner chez elle. C’est le début d’une belle histoire d’amour.

Le Cercle littéraire_Nouveau_Logo_Novembre_2016

Le jardin arc en ciel 

Le coup de cœur de Martine L. (Lyon)

Chiyoko

Chiyoko  surnommée « O-Choco » a 19 ans, elle est la fille du docteur Shimabara, médecin  réputé. Elle est lesbienne et son père, soucieux des apparences, ne veut pas que cela se sache. Les relations père-fille sont difficiles et sa mère, sous la dépendance totale de son mari, ne l’aide pas.

Izumi et O-Choco

Izumi et O-Choco s’entendent bien et se voient très souvent. Mais Izumi appréhende le retour de vacances de Sôsuke et la rencontre avec O-Choco. Finalement, tout se passe bien et l’entente est parfaite. Elles décident de s’installer dans une maison en ruine, à la campagne, et d’y louer des chambres d’hôte. Les tâches et les nombreux travaux s’organisent. Mais O-Choco est enceinte.

Takara

La naissance de Takara rendra-t-elle les liens de cette nouvelle famille plus solide ? Sôsuke acceptera-t-il la présence de cette petite fille ? Réussiront-elles à s’intégrer et à faire accepter leur mode de vie ? Leur projet attirera-t-il des visiteurs dans ce coin perdu du « Machu Picchu » ?

Vivre libre et heureux

Ogawa Ito nous fait vivre la sérénité d’une famille malgré les intolérances. Rester calme et zen est la recette d’une existence agréable. Le milieu des homosexuelles, leur intégration dans la société japonaise et leur droit à la différence sont au cœur de ce livre. Pouvoir vivre comme tout le monde, sans préjugé est un confort pas toujours accessible. Ce roman pose beaucoup de questions et nous apporte une vision de la société et une recherche sur soi. L’analyse des sentiments, des attitudes, des situations jalonne ce livre. Les paysages, les spécialités (la soupe miso) nous transportent au cœur de ce pays.

C’est excellent roman, très reposant, est d’une lecture très agréable. Ce livre est dans la même veine que son précédent Le Restaurant de l’amour retrouvé. Après sa lecture, on en ressort calme, apaisé et l’on se dit que le bonheur c’est simple ! 

Paru le 1er septembre 2016, 272 pages

Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako

Découvrez leur univers

Article rédigé par
Le Cercle Littéraire
Le Cercle Littéraire
l'espace où les grands lecteurs partagent leurs coups de cœur.
Sélection de produits