Critique

Le Livre de Boba Fett : le chasseur de prime a enfin droit à son chapitre

02 janvier 2022
Disparu à la fin de l’Épisode VI de “Star Wars”, “Le Retour du Jedi”, le chasseur de prime Boba Fett avait fait une  mystérieuse et rapide apparition dans la série “The Mandalorian”.
Disparu à la fin de l’Épisode VI de “Star Wars”, “Le Retour du Jedi”, le chasseur de prime Boba Fett avait fait une mystérieuse et rapide apparition dans la série “The Mandalorian”. ©Disney+/Lucasfilm

Sa disparition frôlait l’absurde dans Le retour du Jedi. Boba Fett prend sa revanche avec sa propre série, spin-off du Mandalorian, lancée le 29 décembre sur Disney+. L’occasion de percer les mystères du légendaire chasseur de prime, héros des premières générations de fans de Star Wars.

On avait laissé Boba Fett dans l’estomac du Sarlacc, en pleine digestion, au début de l’Épisode VI, Le Retour du Jedi. Pour celles et ceux qui manqueraient de mémoire, un petit résumé s’impose. Alors que Luke Skywalker et la princesse Leia tentent de libérer Han Solo de sa prison carbonique, dans le palais de Mos Espa, le repaire du terrible Jabba le Hutt, Boba Fett s’interpose. Mais les déconvenues s’enchaînent : son blaster est découpé par le sabre de Luke, puis il est victime de son propre jet-pack, activé accidentellement par Han Solo. Propulsé en l’air, il finit lamentablement son vol dans la bouche d’un ver géant vivant sous le sable, le fameux Sarlacc.

Boba Fett, mercenaire légendaire trop vite enterré

Boba Fett fait ensuite une réapparition éclair dans la saison 2 de The Mandalorian, située cinq ans après les événements de l’Épisode VI. À la recherche de son armure disparue, et aidé par la mercenaire Fennec Shand, il retourne sur Tatooine pour devenir le baron du crime de la planète. Une croustillante scène post-générique nous promettait son retour pour bientôt sur l’astre désertique.

C’est donc là que l’on retrouve le chasseur de prime, au cœur du palais de Mos Espa. Après avoir tué Bib Fortuna, le successeur de Jabba, Boba Fett est devenu le nouveau baron du crime de Tatooine. Pourtant, à la différence de ses prédécesseurs, Fett ne souhaite pas régner par la terreur. Il a pour but de gagner le respect des dirigeants des tribus de la planète. Le récit de cette quête alterne avec des flashbacks. Endormi dans un caisson médical, Boba Fett cauchemarde, nous ramenant avec lui dans son passé.

Et les secrets de ce passé, c’est sans doute ce qui fait qu’une série autour de Boba Fett était tellement attendue. Car ce premier épisode donne une réponse à un des plus grands mystères entourant le personnage : la façon dont il a survécu au Sarlacc.

Percer les mystères d’un personnage ultrapopulaire

Laissé pour mort à la fin de l’Épisode VI, donc, son retour dans The Mandalorian taisait toute explication quant à sa survie. La réponse est apportée dès le début du premier épisode de la nouvelle série, à grand renfort de lance-flammes. Soulagement pour les fans, jusque-là laissés à leurs nombreuses théories. Et le destin de Boba Fett n’avait pas laissé un goût d’inachevé qu’au public. George Lucas lui-même a déclaré regretter la façon dont il a mis fin au destin de ce protagoniste.

« Pour la mort de Boba Fett… Si j’avais su qu’il allait devenir un personnage si populaire, je l’aurais probablement rendue un peu plus excitante. »

George Lucas

Effectivement, le chasseur de primes est plébiscité par les fans de la première heure. Alors qu’il apparaît dès 1978 dans un épisode spécial de Noël d’un téléfilm Star Wars, le coup de foudre avec le public est immédiat. Quand il revient ensuite pour traquer Han Solo dans L’Empire contre-attaque en 1980 et Le retour du Jedi en 1983, le succès est définitivement au rendez-vous. Même après sa mort, il continue de vivre à travers l’univers étendu, notamment dans la série Clone Wars.

« Boba Fett était simplement un des sous-fifres, un des chasseurs de prime et des méchants. Mais il est devenu le favori de tout le monde. Même avec un si petit rôle, il avait une très grande présence. »

George Lucas

La sortie de la prélogie, au début des années 2000, a aussi été l’occasion pour George Lucas d’approfondir le personnage. On y découvrait alors les origines de Boba Fett : il est l’un des clones de l’armée de la République galactique, créé à l’image de Jango Fett. Et on y apprenait que ce dernier avait conservé Boba auprès de lui, pour l’élever comme son fils.

Aucune limite au “fan service”

Ce sont d’ailleurs aussi les clins d’œil à ces épisodes passés qui font du spin-off une série très attendue. Dès les toutes premières secondes, on est projeté dans l’univers originel de Star Wars, les flashbacks de Boba Fett renvoyant des images issues de l’Épisode II, L’Attaque des clones : les paysages de la planète orageuse Kamino, ou encore le souvenir de Boba Fett, retrouvant le crâne masqué de son père décapité… De plus, les fans retrouvent dans le rôle du chasseur de prime le même acteur qui jouait Jango Fett dans la prélogie, le Néo-Zélandais Temuera Morrison.

Le chasseur de prime est encore une fois accompagné de la mercenaire Fennec Shand, jouée par Ming-Na Wen, et déjà apparue dans The Mandalorian.©Disney + / Lucasfilm

Il est même possible de repérer certains détails qui ne pourront que faire plaisir aux plus fins experts de l’univers, comme la présence des musiciens Max Rebo, le gros éléphant bleu musicien de la cour de Jabba, ainsi que de Figrin D’an, alien au crâne protubérant et aux grands yeux noirs, qui a simplement changé d’instrument. L’environnement en lui-même marque un retour aux sources de la saga : l’épisode se déroule à Mos Espa, la ville où Anakin Skywalker passe son enfance en tant qu’esclave avec sa mère Shmi et leur maître Wattoo dans l’Épisode I, La menace fantôme.

Plaire aux anciens et aux nouveaux fans : une ambition démesurée ?

Ce « fan service » fonctionne justement parce que les décors recréant cet environnement sont extrêmement bien réalisés. On ne change pas une équipe qui gagne : le duo Jon Favreau-Robert Rodriguez, déjà présent pour The Mandalorian, est de retour à la réalisation. La qualité et la continuité artistiques sont au rendez-vous : plans hyperesthétiques, décors et costumes fidèles à l’univers… Les dialogues sont peu nombreux dans ce premier épisode, pour mieux mettre en valeur les paysages désertiques et les architectures typiques de Tatooine. Cela permet aussi de renforcer cette mise en scène à la western héritée du Mandalorian, appuyée par une bande sonore toujours signée Ludwig Göransson.

Avec Jon Favreau et Robert Rodriguez de retour à la réalisation, on retrouve l’esthétique western de la série The Mandalorian, qui avait déjà séduit les fans.©Disney + / Lucasfilm

Malgré ces éléments hérités de la précédente série, on n’assiste pas à une copie conforme du Mandalorian : la narration du Livre de Boba Fett est totalement différente. L’intrigue est divisée en deux temporalités : le présent et le passé. Ce qui rend ce premier épisode plutôt bien rythmé, alors même qu’il est très court (38 minutes). Seul point faible : les scènes de combats ne reflètent pas vraiment la force et l’agilité à la bataille de Boba Fett. Sans son armure, le mercenaire pourrait même avoir l’air légèrement mollasson. Une façon de le rendre plus humain ? Le casting en tout cas est cinq étoiles : Temuera Morrison renfile le costume comme une seconde peau et connaît son personnage sur le bout du blaster.

Il reste six autres épisodes pour que Boba Fett reprenne du poil de la bête. Car ce spin-off, c’est avant tout l’opportunité de redonner ses lettres de noblesse à un personnage culte, trop vite enterré. En espérant que la série ne soit pas uniquement un gros morceau de « fan service »… Pour que les anciens, comme les nouveaux fans de Boba Fett, y trouvent leur compte.

À lire aussi

À lire aussi

Article rédigé par
Héloïse Decarre
Héloïse Decarre
Journaliste
Pour aller plus loin