Actu

Meta : une note interne révèle que l’entreprise souhaite travailler avec la blockchain

25 décembre 2021
Par Kesso Diallo
Meta veut s'investir dans le web3.
Meta veut s'investir dans le web3. ©Michael Vi / Shutterstock

Dans cette note que le New York Times a pu consulter, le prochain directeur de la technologie de la société mère de Facebook estime que la blockchain est susceptible d’impacter son industrie.

Meta s’intéresse à la blockchain, cette technologie permettant d’entreposer et de transmettre des informations de manière décentralisée et sécurisée. C’est ce qu’affirme le New York Times, après avoir obtenu une note interne dans laquelle Andrew Bosworth partage sa vision à propos de cette technologie. Actuellement vice-président chargé de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée au sein de l’entreprise, il deviendra directeur de la technologie en 2022. « Mon orientation globale est de viser une compatibilité profonde avec la blockchain (…) si nous voyons une opportunité de travailler conjointement avec des entrepreneurs dans l’espace web3, je pense que cela en vaudra la peine », a-t-il écrit dans la note.

En travaillant avec la blockchain, Meta cherche donc à faire son entrée dans le web3, cette idée d’une nouvelle version du Web ayant suscité un fort intérêt en 2021. Cette mouture proposerait un Internet décentralisé et équitable, avec les internautes contrôlant leurs propres données. Elle s’oppose au Web 2.0 actuel, où Internet est dominé par des entreprises fournissant des services en échange des données personnelles des utilisateurs.

Investir dans des domaines populaires

Si Meta s’intéresse à la blockchain, ce n’est pas par hasard. Andrew Bosworth considère qu’elle pourrait avoir « de profonds impacts sur [notre] industrie au cours de la prochaine décennie ». Pour lui, le groupe californien devrait chercher à adopter cette technologie avant les autres et développer des moyens de travailler dans des domaines où elle est impliquée, comme les NFT. Ces objets numériques certifiés par la blockchain ont suscité un fort engouement en 2021. Le futur directeur de la technologie souhaite aussi que Meta investisse éventuellement dans les organisations autonomes décentralisées (DAO), des sortes de sociétés décentralisées avec des règles de gouvernance établies par des contrats intelligents (programmes informatiques).

Travailler avec la blockchain serait un moyen pour Meta de ne pas perdre son emprise sur le Web. Facebook – dont elle est propriétaire – est notamment le plus grand réseau social en termes d’utilisateurs. Avec Google, le géant américain domine le Web 2.0. « Alors que la plupart des gens sont heureux d’utiliser Facebook et Google, certains ne le sont pas. Et ceux qui se retirent sont impliqués de manière disproportionnée dans la création d’une vague de technologie vraiment impressionnante », indique Andrew Bosworth dans la note interne. La décentralisation offerte par la blockchain est en effet vue par certains comme un moyen de se libérer des géants de la tech tels que Meta et Google.

Lire aussi

Article rédigé par
Kesso Diallo
Kesso Diallo
Journaliste