Actu

Clap de fin pour Android Things, l’OS pour objets connectés de Google

21 décembre 2020
Par Thomas Estimbre

Dévoilé en 2016, Android Thing n’a jamais vraiment décollé et s’apprête à rejoindre le cimetière de Google. La firme américaine prévoit d’abandonner son OS dédié à la maison connectée dans les mois qui viennent.

Google a connu un succès fulgurant en à peine vingt ans, devenant l’un des poids lourds de la Silicon Valley. La firme de Mountain View est aussi connue pour son « cimetière » dans lequel on retrouve les produits et services auxquels elle a mis un terme, comme Google+. Dans quelques mois, Android Things devrait être le prochain à rejoindre cette liste. Le site The Verge rapporte que Google prévoit d’abandonner son système d’exploitation pour objets connectés. Présenté en 2016, Android Things n’a jamais vraiment décollé et la firme californienne avait décidé de revoir ses ambitions à la baisse en 2019. Le système d’exploitation pensé pour l’IoT devait se concentrer sur les enceintes et écrans intelligents. Un marché porteur qui n’a toutefois pas laissé de place à cette version « allégée » de son système d’exploitation phare.

 © Android
© Android

Android Things, quatre ans et puis s’en va

Le projet de Google avait débuté en 2015 sous le nom de Brillo avant d’évoluer pour se tourner vers les objets connectés autres que les wearables de types montres. Néanmoins, Android Things n’a jamais profité de l’essor de l’Internet des objets et a rapidement disparu des radars. À compter du 5 janvier 2021, une FAQ publiée sur le blog Android dédié aux développeurs précise que la console d’Android Things n’acceptera plus de nouveaux projets. Un an plus tard, soit le 5 janvier 2022, on apprend que « la console sera complètement désactivée et toutes les données du projet seront définitivement supprimées ». Une annonce qui ne laisse que peu d’espoir à Android Things.

Cette décision aura toutefois un impact limité compte tenu de la faible popularité de l’OS. Le site Ars Technica note que Google n’a jamais proposé d’appareil basé sur Android Things, préférant opter pour une version modifiée de sa plateforme Cast. En revanche, Lenovo ou JBL ont proposé des smart display sous Android Things. Ce dernier faisait partie de la stratégie « Android pour tout » (Android for Everything) de la firme américaine qui connaît le succès avec Android pour les smartphones ou sa variante pour les téléviseurs connectés. En revanche, Google peine à imposer sa version dédiée aux wearables Wear OS (anciennement Android Wear), qui a toutefois récemment refait surface parmi les fabricants de smartphones avec l’Oppo Watch. Le rachat de Fitbit pourrait toutefois donner un nouvel élan à Google sur ce segment.

Article rédigé par
Thomas Estimbre
Thomas Estimbre
Journaliste
Pour aller plus loin