Décryptage

Mais au fait, c’est quoi le Bluetooth ?

16 octobre 2022
Par Benjamin Logerot
Le logo de Bluetooth est un mélange de deux runes nordiques.
Le logo de Bluetooth est un mélange de deux runes nordiques. ©Bluetooth

Aujourd’hui, le Bluetooth est si implanté dans nos vies qu’on ne fait même plus attention à lui. Mais il est intéressant de se remémorer son histoire.

Le Bluetooth s’est installé comme LE standard de connexion pour un grand nombre de nos appareils connectés. Mais ce n’est pas qu’une façon simple de connecter des objets entre eux. C’est une technologie en constante évolution, présente depuis le milieu des années 1990 dans le monde. On vous explique tout.

Une norme qui approche des 30 ans

Créé en 1994 par deux ingénieurs de l’entreprise suédoise Ericsson, le Bluetooth est en fait ce qu’on appelle une norme de télécommunication sans fil. Elle permet de relier plusieurs appareils entre eux en utilisant des ondes radio à très courte portée. Qui dit ondes radio, dit fréquences à aller chercher. La fréquence du Bluetooth est comprise entre 2,402 GHz et 2,480 GHz, et est située dans une bande industrielle, scientifique et médicale (ISM) sans licence. Plus simplement, les appareils compatibles Bluetooth peuvent émettre sur la plage de fréquence n’importe où dans le monde et sans autorisation.

Les enceintes nomades profitent toutes du Bluetooth. Si vous vous éloignez trop de celle-ci avec votre smartphone, le signal se coupera. ©Huawei
129,99€
179,99€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Le Bluetooth s’est démocratisé très tôt dans nos sociétés grâce à son côté extrêmement pratique. D’une part parce que, contrairement à la liaison infrarouge, les objets n’ont pas besoin d’être en vue les uns des autres pour être connectés (même s’ils doivent se situer dans un rayon restreint). Et d’autre part parce que les liaisons Bluetooth consomment beaucoup moins d’énergie. Et puis, évidemment, cela évite les dizaines de mètres de câbles qui seraient nécessaires pour relier tous les appareils connectés de la maison.

Pour finir cette introduction au Bluetooth, il est toujours intéressant de rappeler l’origine du mot. Le nom ferait, selon la légende, référence à Harald à la dent bleue (Harald Bluetooth), le roi viking danois ayant réussi à unifier les tribus du territoire en un seul royaume. Le symbole si connu du Bluetooth est une combinaison de deux symboles runiques évoquant ce nom.

Le Bluetooth évolue constamment

S’il en est à sa cinquième version, le Bluetooth n’a fait qu’évoluer au fil des années. La norme a été créée en 1994, mais sa version 1.0 n’est apparue qu’en 1999. Entre-temps, et pour aider à le développer, un groupement d’entreprises des télécommunications et des technologies, composé entre autres d’Ericsson, Nokia, IBM, Intel et Toshiba, a créé le Bluetooth Special Interest Group ou le SIG. L’organisme, composé aujourd’hui de plusieurs milliers de sociétés, supervise l’élaboration des normes Bluetooth et s’occupe de donner les licences aux fabricants.

En 2004 apparaît le Bluetooth 2.0, qui apporte notamment un débit deux fois plus élevé que la précédente version, la 1.2. Le Bluetooth 3.0 ne fera qu’une brève apparition en 2009 avant d’être remplacé un an plus tard par le 4.0, considéré comme une véritable évolution majeure de la norme. Il a notamment apporté la variante basse consommation, connue sous le nom de Bluetooth LE (Low Energy), pour accompagner le déploiement massif de la technologie dans les industries. Celui-ci s’appuie sur de très brefs envois de petits paquets de données, le rendant utile pour des objets n’ayant pas besoin de recevoir beaucoup de données très vite, comme les objets connectés de la maison ou des industries. Un casque audio sans fil, par exemple, ne pourra pas bénéficier du LE en écoute puisque les données qui circulent sont trop importantes.

Il faudra attendre 2022 pour que la nouvelle norme Bluetooth LE Audio apparaisse, soit 12 ans plus tard. Un bon exemple d’évolution constante de la technologie, le SIG ne cessant jamais de travailler sur l’élaboration de nouvelles normes.

Corsair présente le HS55, son nouveau casque sans fil pour le gaming.
Le Bluetooth fait un travail important sur les casques et écouteurs sans fil pour délivrer la meilleure qualité audio possible tout en réduisant la consommation d’énergie des appareils. ©Corsair

Cette norme LE Audio permet donc désormais, grâce au nouveau codec LC3, de profiter du LE sur (reprenons notre exemple) son casque audio, pour écouter sa musique avec une qualité audio optimale tout en limitant plus fortement la consommation en énergie du casque. Il est même possible de partager sa musique sur plusieurs appareils audio compatibles, avec Auracast, le nouveau nom du Broadcast Audio.

Le Bluetooth que l’on utilise n’est que la partie visible de l’iceberg

Si le marché mondial des objets connectés n’en était qu’à ses balbutiements à l’arrivée du Bluetooth 4.0, il avait déjà explosé en 2017 lorsque la version 5 est arrivée, dans ce qu’on appelle l’ère de l’Internet des objets. Jusqu’à 100 milliards d’objets connectés devraient occuper nos foyers dans les années à venir selon les analystes et les experts. Et ces objets toujours plus nombreux devaient communiquer les uns avec les autres plus facilement.

C’est pourquoi le Bluetooth 5 a augmenté le débit à 4 Mb/s et a doublé sa portée pour atteindre 200 mètres au maximum. Le smartphone Galaxy S8 de Samsung a le premier embarqué cette norme pour en faire la promotion dans le monde, le constructeur coréen étant le leader du secteur. Mais l’entreprise est aussi spécialisée dans les objets connectés et c’est avec eux qu’elle compte développer l’utilisation de la technologie.

Bluetooth réseau Mesh
Le réseau Mesh a été développé pour l’ère de l’Internet des objets. Il est optimisé pour les industries et les maisons connectées possédant un grand nombre d’objets, comme des ampoules connectées. ©SIG

Autre innovation très importante du Bluetooth 5, développée là encore avec l’Internet des objets en vue, c’est le réseau Mesh. Il a été pensé pour décentraliser l’envoi des informations entre les objets. Soyons clairs : avec le Bluetooth basique, il y a un objet central qui communique avec les autres objets connectés. Si la liaison est perdue avec l’objet dit « maître », alors plus aucun objet n’a de signal.

Le Mesh utilise le Bluetooth LE pour échanger de petites quantités d’informations, en consommant beaucoup moins d’énergie, entre les appareils connectés qui forment ensemble un réseau. Ici, chaque appareil est à la fois maître et récepteur du signal, si bien que lorsqu’un des objets ne fonctionne plus, les autres peuvent rester connectés.

Une solution réputée et assurée sécurisée, très performante pour les industries ou les lieux équipés de nombreux appareils connectés, des ampoules aux serrures, en passant par les détecteurs de fumée ou les systèmes anti-intrusion.

Un travail sur la sécurité

En 2021, le SIG a publié la nouvelle version du Bluetooth, le 5.3, qui compte s’imposer dans le futur comme la référence pour les appareils audio avec, comme vu précédemment, une plus grande implémentation de la norme dans le codec LC3 et l’Auracast.

technologie Auracast
La technologie Bluetooth Auracast permet de connecter plusieurs appareils audio, par exemple, à un même smartphone qui diffuse de la musique. ©SIG

Enfin, si le 5.3 n’apporte pas grand-chose de nouveau, il a cependant pour lui d’améliorer fortement la sécurité – en proposant à l’hôte de spécifier une taille de clé de chiffrement minimale. Une clé plus longue protégera plus fortement les objets concernés. Les appareils en Bluetooth consomment également moins d’énergie en améliorant le principe de transmission des données.

Mais le Bluetooth, s’il est très utile au quotidien, fait désormais face à un concurrent de taille pour les objets connectés : l’Ultra Wide Band, ou UWB. L’UWB apporte plus de sécurité (grâce justement à son large spectre de fréquence qui lui donne son nom) et beaucoup plus de précision dans la reconnaissance des objets dans l’espace ou dans leurs mouvements. Dans une maison ultraconnectée par exemple, l’UWB permettrait de déverrouiller la porte d’entrée lorsque vous arrivez à 5 mètres de celle-ci et de la verrouiller une fois que vous l’avez passé, en arrivant à détecter précisément votre position dans l’espace par rapport à la serrure connectée. À suivre ?

À partir de
299,99€
En stock
Acheter sur Fnac.com

À lire aussi

Article rédigé par