Test Labo

Test Labo des JBL Free : les true wireless du quotidien

27 janvier 2019

En résumé

Note LABOFNAC

Premier essai de JBL dans le domaine des écouteurs true wireless, les Free mêlent bonnes idées et difficultés plus gênantes. Plutôt confortables à utiliser et affublés de manchons assurant leur bonne tenue, ils sont adaptés à un usage à la fois citadin et sportif. Les contrôles situés sur les oreillettes sont simples à prendre en main et pertinents, si l’on excepte l’absence regrettable de touches dédiées au volume. Si l’autonomie est parfaitement au rendez-vous, le rendu audio conviendra essentiellement aux amateurs de basses et laissera les autres sur leur faim. Un modèle à conseiller tout particulièrement aux sportifs amateurs cherchant des écouteurs 100 % sans fil abordables, en somme.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Autonomie longue durée
  • Manchons en silicone pratiques
Les moins
  • Que de graves !
  • Isolation à la peine

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
La note de réponse en fréquence permet de savoir si le système audio est capable de retranscrire l’ensemble des fréquences de manières fidèles sans suraccentuation ni sous-accentuation
Distorsion
Plus la note de distorsion est élevée et moins il y a de défaut, parasites ou décalage dans le signal sonore émis.
Sensibilité
Plus un casque est sensible et plus il aura un potentiel de puissance important.
Isolation
Cette note indique la capacité d'isolation du casque (elle intègre son isolation active et passive) C’est-à-dire, est-ce que lorsque j'utilise ce casque, je suis gêné par les bruits ambiants ?
Perturbation
Plus la note est haute et moins votre musique dérangera vos voisins ou personnes proches de vous

Notre test détaillé

Premiers écouteurs 100 % sans fil de JBL, les Free visent des utilisateurs urbains cherchant des oreillettes leur permettant d’écouter de la musique aussi bien lorsqu’ils prennent les transports que lorsqu’ils se lancent dans des sessions de running. Ces true wireless sont-ils à la hauteur des modèles concurrents, de plus en plus nombreux sur le marché ? La réponse après leur passage sur notre banc d’essais.

JBL Free

© Fahim Alloul / LaboFnac

L’ergonomie et le design

Difficile de se démarquer dans l’univers des écouteurs entièrement sans fil, qui doivent fournir des performances audio et une autonomie dignes de ce nom tout en conservant un format compact. Les Free de JBL, premier de la marque d’Harman à adopter ce format très en vogue, jouent la carte de la sobriété. Pas de fantaisie donc en matière de design, puisque ces écouteurs, qui pèsent quelque 15 grammes chacun, sont habillés de plastique noir de qualité satisfaisante. Ils abritent chacun un bouton cliquable qui permet de contrôler la lecture musicale. Premier constat : à gauche, un simple clic permet de passer au titre suivant, et un double clic à la précédente, tandis qu’à droite, un simple clic active la fonction play/pause/décrocher/raccrocher, et un double clic renvoie vers les assistants vocaux Google Assistant et Siri. Si l’ensemble répond bien et s’avère facile à prendre en main, il n’existe aucun contrôle du volume depuis les oreillettes. Les Free n’embarquent certes pas de stockage interne et demandent de conserver le smartphone à portée de main, mais une commande dédiée aurait rendu leur usage plus pratique.

JBL Free

© Fahim Alloul / LaboFnac

En revanche, on constate de bonnes idées. Des manchons en silicone sont inclus dans le coffret des écouteurs, en deux tailles (les M sont fins, et les L un peu plus épais). Ceux-ci permettent non seulement d’assurer une meilleure tenue des écouteurs, ce qui est appréciable notamment pour la pratique sportive, mais aussi d’adapter les écouteurs à tous types d’oreilles sans ailette supplémentaire. Il importe donc de choisir le bon format pour garantir une bonne tenue, de même qu’il est indispensable d’opter pour la taille d’embouts (trois tailles fournies) à insérer dans le conduit auditif.

JBL Free

Fahim Alloul / LaboFnac

L’appairage pour finir. Il se passe d’application mobile, celle que propose JBL sur les portails de téléchargement mobiles étant dédiés aux modèles à annulation de bruit active, ce dont les Free sont dépourvus. Dès l’ouverture du boîtier de charge avec lequel les écouteurs sont livrés, dont on apprécie le design « galet » réussi, ils passent en mode connexion. Le pourtour des boutons de contrôle des écouteurs s’illumine en bleu pour le signaler. Il suffit d’un smartphone doté du Bluetooth 4.2, version proposée par les Free, pour l’associer aux écouteurs. Nous n’avons à ce titre rencontré aucune difficulté. Notez que si vous souhaitez coupler le dispositif à une nouvelle source musicale, il faudra passer par un appui long sur l’écouteur droit. Notez qu’en cas de perte du signal entre les deux écouteurs, il faudra passer par un triple clic pour le réactiver.

JBL Free

© Fahim Alloul / LaboFnac

La qualité audio

Avant toute chose, évoquons la perturbation, c’est-à-dire les fuites de son vers l’extérieur que concèdent les JBL Free. Bons sans être exceptionnels, les écouteurs atténuent l’ensemble des fréquences qui lui sont envoyées, quoiqu’un peu moins au rayon des aigus. Bref, à moins de monter déraisonnablement le volume et d’écouter de la K-Pop, vous devriez pouvoir apprécier votre musique sans trop déranger votre entourage.

Bande passante perturbation

Quid justement de la restitution du signal de la musique que vous appréciez ? C’est probablement le point le plus crucial et c’est pourtant sur le terrain de la réponse en fréquence que les JBL Free peinent le plus. Friands de basses, les écouteurs les mettent très clairement à l’honneur, mais ont le mérite de le faire tôt, puisque nous avons relevé une bande passante démarrant à 50 Hz. L’accentuation est très prégnante jusqu’à 200 Hz, et même largement au-delà, les graves ne s’atténuant réellement qu’à partir de 500 Hz. Les écouteurs seront donc davantage adaptés à l’écoute de musiques urbaines qu’au visionnage de vidéos, d’autant que les médiums sont quant à eux sous-représentés, notamment entre 1,6 et 2 kHz. Les aigus, à peine présents (à 3,15 kHz surtout), disparaissent dès 8 kHz. Bref, la restitution du signal manque d’amplitude, et l’on conseille essentiellement ces écouteurs à un usage quotidien, dans les transports et durant des séances de jogging. Les mélomanes les plus pointilleux, de leur côté, resteront sur leur faim. Heureusement toutefois, la distorsion est relativement peu présente, et se fait essentiellement sentir à 200 Hz.

Bande passante

L’isolation (passive)

Les JBL Free souffrent des mêmes lacunes que bien des écouteurs intra-auriculaires. Même en choisissant les embouts les plus adaptés, il peine à réellement étouffer les bruits environnants. Ils parviennent à nettement atténuer les fréquences les plus aiguës et, dans une moindre mesure, les médiums, mais laissent passer les graves en deçà de 400 Hz. L’impact sur l’utilisateur est à déterminer en fonction de ses usages, notamment pour le sport : en extérieur, les bruits de la circulation seront audibles et permettront d’éviter les dangers associés. En salle toutefois, le bruit des autres machines ou la musique ambiante gênera l’écoute et imposera à l’utilisateur de monter le volume.

Graphique de bande passante de l’isolation
Isolation fréquentielle passive et active (si un réducteur de bruit est présent)
Isolation
5.4

L’autonomie

Petit regret, courant toutefois : l’alimentation du boîtier de charge livré avec les JBL Free passe par un port micro-USB et non une prise USB Type-C. Ce dernier est conçu pour autoriser cinq charges s’ajoutant aux quatre heures d’autonomie théorique des écouteurs. En tout, les Free sont donc censés offrir 24 heures d’usage. La promesse est largement tenue, comme l’attestent nos essais Labo. Nous avons ainsi relevé une autonomie moyenne de 4h35 par charge, à multiplier donc par le nombre de charges autorisées par le boîtier de JBL. Pour recharger complètement les écouteurs, il faut tout de même un peu de temps : comptez 1h50.

JBL Free

© Fahim Alloul / LaboFnac

Conclusion

Note LABOFNAC

Premier essai de JBL dans le domaine des écouteurs true wireless, les Free mêlent bonnes idées et difficultés plus gênantes. Plutôt confortables à utiliser et affublés de manchons assurant leur bonne tenue, ils sont adaptés à un usage à la fois citadin et sportif. Les contrôles situés sur les oreillettes sont simples à prendre en main et pertinents, si l’on excepte l’absence regrettable de touches dédiées au volume. Si l’autonomie est parfaitement au rendez-vous, le rendu audio conviendra essentiellement aux amateurs de basses et laissera les autres sur leur faim. Un modèle à conseiller tout particulièrement aux sportifs amateurs cherchant des écouteurs 100 % sans fil abordables, en somme.

Note technique

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
Distorsion
Sensibilité
Isolation
Perturbation
Article rédigé par
Laure Renouard
Laure Renouard
Journaliste
Jean-Charles Frelier
Jean-Charles Frelier
Responsable des tests smartphones, casques audio et lecteurs vidéo
Pour aller plus loin