Test Labo

Test Labo du Plantronics BackBeat 500 : sans prétention, mais pas sans qualités

21 mai 2017
PLANTRONICS BackBeat 500
PLANTRONICS BackBeat 500 ©Labo FNAC

En résumé

Note LABOFNAC

Le Plantronics BackBeat 500 mélange les qualités et les défauts. D’abord, plutôt léger (155 grammes), il offre un certain confort en n’exerçant pas trop de pression au niveau des oreilles (344 grammes-force). Il se montre également discret grâce à une excellente note en perturbation. Il aurait presque pu être conseillé en open space si son isolation passive n’avait pas été si limitée dans les graves, alors qu’elle est pourtant bonne dans les médiums et les aigus. Il est d’autant plus regrettable qu’un réducteur de bruit ne vienne pas offrir un coup de pouce dans ce domaine. Pour le reste, la réponse en fréquence est marquée par des basses très prononcées (+ 18 dB à 50 Hz), et des aigus qui s’éteignent assez rapidement (dès 4 kHz). Bon point : la distorsion est très contenue, n’empêchant pas l’utilisation du casque à fort volume sonore. Il bénéficie d’ailleurs d’une très bonne sensibilité, et d’une autonomie portée à 18 heures.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Très bonne sensiblité
  • Distorsion maitrisée
  • Peu de sons émis vers l'extérieur
  • Bonne autonomie
Les moins
  • Une courbe de réponse en fréquence très marquée
  • Peu d'isolation passive dans les graves

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
La note de réponse en fréquence permet de savoir si le système audio est capable de retranscrire l’ensemble des fréquences de manières fidèles sans suraccentuation ni sous-accentuation
Distorsion
Plus la note de distorsion est élevée et moins il y a de défaut, parasites ou décalage dans le signal sonore émis.
Sensibilité
Plus un casque est sensible et plus il aura un potentiel de puissance important.
Isolation
Cette note indique la capacité d'isolation du casque (elle intègre son isolation active et passive) C’est-à-dire, est-ce que lorsque j'utilise ce casque, je suis gêné par les bruits ambiants ?
Perturbation
Plus la note est haute et moins votre musique dérangera vos voisins ou personnes proches de vous
À partir de
102,67€
En stock vendeur partenaire
Note LABOFNAC
Voir sur Fnac.com

Notre test détaillé

L’ergonomie et le design

Poids
155 g
Isolation
5.4
Bande passante
Graphique de bande passante de l’isolation
Isolation fréquentielle passive et active (si un réducteur de bruit est présent)
Bande passante perturbation

Conclusion

Note LABOFNAC

Le Plantronics BackBeat 500 mélange les qualités et les défauts. D’abord, plutôt léger (155 grammes), il offre un certain confort en n’exerçant pas trop de pression au niveau des oreilles (344 grammes-force). Il se montre également discret grâce à une excellente note en perturbation. Il aurait presque pu être conseillé en open space si son isolation passive n’avait pas été si limitée dans les graves, alors qu’elle est pourtant bonne dans les médiums et les aigus. Il est d’autant plus regrettable qu’un réducteur de bruit ne vienne pas offrir un coup de pouce dans ce domaine. Pour le reste, la réponse en fréquence est marquée par des basses très prononcées (+ 18 dB à 50 Hz), et des aigus qui s’éteignent assez rapidement (dès 4 kHz). Bon point : la distorsion est très contenue, n’empêchant pas l’utilisation du casque à fort volume sonore. Il bénéficie d’ailleurs d’une très bonne sensibilité, et d’une autonomie portée à 18 heures.

Note technique

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
Distorsion
Sensibilité
Isolation
Perturbation
Article rédigé par
Romain Challand
Romain Challand
Journaliste
Jean-Charles Frelier
Jean-Charles Frelier
Responsable des tests smartphones, casques audio et lecteurs vidéo