Test Labo

Test Labo du AKG N60 NC Wireless : design rime aussi avec confort

11 novembre 2017

En résumé

Note LABOFNAC

Élégant et plaisant à porter, ce casque AKG N60 NC dans sa version sans-fil joue avec les mêmes armes que son aîné. S’il gagne un peu en poids, il améliore certains aspects de l’ergonomie afin de permettre un confort encore plus optimisé. La qualité audio est cependant perfectible, avec quelques écarts marqués – tant en restitution de bande passante qu’en distorsion – entre les modes filaires et Bluetooth. Des améliorations sont aussi possibles en matière d’isolation passive, mais il faut saluer les belles performances offertes par le réducteur de bruit, notamment dans les graves.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Un design de qualité
  • Confortable et facilement transportable
  • Réducteur de bruit efficace
Les moins
  • Placement de certains boutons peu intuitif
  • Pas de Bluetooth sans réduction de bruit

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
La note de réponse en fréquence permet de savoir si le système audio est capable de retranscrire l’ensemble des fréquences de manières fidèles sans suraccentuation ni sous-accentuation
Distorsion
Plus la note de distorsion est élevée et moins il y a de défaut, parasites ou décalage dans le signal sonore émis.
Sensibilité
Plus un casque est sensible et plus il aura un potentiel de puissance important.
Isolation
Cette note indique la capacité d'isolation du casque (elle intègre son isolation active et passive) C’est-à-dire, est-ce que lorsque j'utilise ce casque, je suis gêné par les bruits ambiants ?
Perturbation
Plus la note est haute et moins votre musique dérangera vos voisins ou personnes proches de vous

Notre test détaillé

Le casque AKG N60 NC Wireless prend la relève d’un N60 NC qui ne pouvait se passer d’une liaison filaire. La principale nouveauté consiste ici en l’intégration d’une batterie et d’une puce Bluetooth, bien que le casque ait aussi gagné en poids et en encombrement. Le casque promet une réponse en fréquence entre 10 Hz et 22 kHz, 15 heures de musique en Bluetooth avec réduction de bruit et jusqu’à 30 heures d’écoute en mode filaire avec seulement la réduction de bruit activée grâce à sa batterie de 610mAh.

AKG N60NC

L’ergonomie et le design

Si vous connaissez le AKG N60 NC sorti en 2015, cette version Wireless ne devrait pas vous surprendre le moins du monde. Ce produit se distingue d’abord par la qualité des matériaux utilisés, et par ses finitions métallisées qui valident immédiatement sa réputation premium.

Pour entrer un peu dans le détail, ce casque bénéficie de coussinets à mémoire de forme, un peu plus épais que sur la version précédente, ce qui permet d’en améliorer le confort. De l’autre côté des oreillettes, AKG offre une surface finement perforée, et un cerclage gris métallisé.

Installées sur rotule, les oreillettes peuvent à la fois pivoter à 90 degrés vers l’intérieur et se replier au niveau de l’arceau pour rendre le casque facilement transportable. Justement, en parlant de transport, AKG fournit une pochette souple bien pratique.

AKG N60NC

Une fois installé sur le crâne, le casque se manipule de la façon suivante. Au sommet, les boutons de contrôle du volume sont installés de manière assez ergonomique, celui du dessus permettant de monter le volume. C’est moins logique quand on en vient aux boutons situés au bas du casque. L’un sert à naviguer dans la sélection musicale (pause/play, précédent, suivant), l’autre à allumer le casque ou la réduction de bruit active. Et on a effectivement tendance à se mélanger les pinceaux. Il faudra un peu d’expérience pour cesser d’éteindre l’appareil en souhaitant changer de piste.

Assez agréable à porter, cet AKG N60 exerce une pression de 345 grammes-force seulement. En outre, notre balance indique un poids de 202 grammes pour ce casque. En plus du design, le confort est ici de rigueur.

Poids
202 g

Côté perturbation acoustique, et malgré son format supra-aural, l’AKG N60 NC Wireless assure franchement. Voilà qui vous permettra d’écouter tranquillement les plus belles compositions de Franz Schubert sans craindre que vos voisins de siège soient dérangés.

Bande passante perturbation

La qualité audio

Que nous disent nos courbes de réponse en fréquence ? Eh bien, pas mal de choses en fait. La première, c’est que si vous êtes une fine oreille, le meilleur moyen de profiter de votre musique sera en mode filaire sans réducteur de bruit. Dans cette configuration, la bande passante s’effondre plus vite au niveau des aigus (dès 5 kHz) mais accentue nettement moins les fréquences graves (entre 50 et 200 Hz). Autre avantage : les mesures de distorsion sont excellentes, que ce soit à 80, 100 ou 200 Hz et pour 87 ou 90 dB.

Ce dernier point est moins vrai quand on passe le casque en Bluetooth, que ce soit avec ou sans réducteur de bruit. Là, on relève de la distorsion, notamment marquée à 200 Hz. Pourtant, la bande passante est plus équilibrée sur son ensemble, et malgré une pré-accentuation à 50 Hz, les basses sont moins dominantes.

Dans tous les cas, si vous recherchez la performance acoustique la plus juste, ce casque ne devrait pas vraiment vous satisfaire.

Bande passante

S’il y a bien une chose qui nous a particulièrement perturbée pendant la rédaction de ce test, c’est la réduction de bruit active. Non pas qu’elle ne soit pas efficace – au contraire, nous le verrons ensuite -, elle possède une particularité notable : en mode Bluetooth, on ne peut s’en passer.

Il semblerait que le constructeur n’ait pas jugé bon de proposer un mode « normal » en mode Bluetooth, alors qu’il est tout à fait possible de désactiver le noise cancelling en mode filaire. Allez comprendre. Voilà qui nous a fait perdre quelques minutes en manipulations sur le casque. En Bluetooth, le bouton d’allumage ne permet donc que deux mouvements : éteindre le casque ou de l’allumer avec NC.

Autrement, d’un point de vue technique, la réduction de bruit active n’altère pas la qualité audio. On remarque toutefois que la bande passante est globalement rehaussée, notamment dans les graves et les médiums.

L’isolation (passive)

On ne va pas le cacher plus longtemps, le casque ne nous a pas tout à fait convaincus en matière d’isolation passive. Si sa conception contribue à plutôt bien isoler les aigus, les mediums et les graves passent largement. Cela sera marqué lors de l’utilisation filaire du casque, sans la réduction de bruit active.

Graphique de bande passante de l’isolation
Isolation fréquentielle passive et active (si un réducteur de bruit est présent)
Isolation
7.4

Reparlons ici réduction de bruit, mais dans son attrait principal : l’isolation. À ce titre, la technologie fonctionne bien, que ce soit dans les médiums ou les aigus, mais aussi dans les graves, là où certains produits ont des difficultés à faire taire les bruits alentour. En utilisation quotidienne, on ne peut que confirmer ce que disent les chiffres puisqu’on est facilement isolé sans avoir besoin de pousser le volume à fond.

Autonomie

Le casque permet de bénéficier de 15 heures de musique en Bluetooth avec réduction de bruit, et jusqu’à 30 heures d’écoute en mode filaire avec seulement la réduction de bruit activée.

Conclusion

Note LABOFNAC

Élégant et plaisant à porter, ce casque AKG N60 NC dans sa version sans-fil joue avec les mêmes armes que son aîné. S’il gagne un peu en poids, il améliore certains aspects de l’ergonomie afin de permettre un confort encore plus optimisé. La qualité audio est cependant perfectible, avec quelques écarts marqués – tant en restitution de bande passante qu’en distorsion – entre les modes filaires et Bluetooth. Des améliorations sont aussi possibles en matière d’isolation passive, mais il faut saluer les belles performances offertes par le réducteur de bruit, notamment dans les graves.

Note technique

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
Distorsion
Sensibilité
Isolation
Perturbation
Article rédigé par
Romain Challand
Romain Challand
Journaliste
Jean-Charles Frelier
Jean-Charles Frelier
Responsable des tests smartphones, casques audio et lecteurs vidéo
Pour aller plus loin