Test Labo

Test Labo du Sony NW-WS413

17 juin 2016
SONY NW-WS413
SONY NW-WS413 ©Labo FNAC

En résumé

Note LABOFNAC

Conçu à la fois comme un baladeur et une paire d’écouteurs intra-auriculaires, le Walkman NW-WS413 se destine avant tout aux sportifs. Il est ainsi doté de commandes directement situées sur le boîtier de chaque oreille, et facilement accessible au doigt. Pas de Bluetooth ici, mais un fonctionnement autonome : la musique (4 Go au maximum, ce qui reste assez peu) se transfère par un simple glisser-déposer, et un jeu d’embouts spécifiques permet d’écouter de la musique pendant des séances de natation. Le tout est pratique, même si l’on regrette un cordon un peu court, et le format intra-auriculaire permet d’isoler les sons extérieurs les plus aigus, à partir de 1 kHz. Il s’avère meilleur en perturbation, puisqu’il limite largement les fuites sonores vers l’extérieur, quelles que soient les fréquences. Et il faut saluer la présence de micros à l’intérieur qui permettent, grâce à un mode « sonore ambiant » d’entendre davantage l’environnement, par exemple pour discuter avec un interlocuteur sans ôter le casque.
Côté son à proprement parler, ces écouteurs souffrent malheureusement d’une distorsion un peu trop présente, et surtout d’une réponse en fréquence décevante. Les graves sont surreprésentés jusqu’à 150 Hz, tandis que les aigus, également mis en avant autour de 2,5 kHz, disparaissent rapidement, vers 4 kHz. On comprend la mise en exergue des basses, utiles pour l’écoute de musiques rythmées qui accompagnent le sport, mais on regrette le défaut d’aigus qui l’accompagne. Cependant, une autonomie convenable associée à une ergonomie adaptée à des activités physiques variées en fait un appareil utile à ceux qui pratiquent le sport de manière régulière.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Appareil vraiment étanche
  • Transfert très simple de musique sur la mémoire interne
Les moins
  • Réponse en fréquence décevante
  • Manque d'isolation des graves

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
La note de réponse en fréquence permet de savoir si le système audio est capable de retranscrire l’ensemble des fréquences de manières fidèles sans suraccentuation ni sous-accentuation
Distorsion
Plus la note de distorsion est élevée et moins il y a de défaut, parasites ou décalage dans le signal sonore émis.
Sensibilité
Plus un casque est sensible et plus il aura un potentiel de puissance important.
Isolation
Cette note indique la capacité d'isolation du casque (elle intègre son isolation active et passive) C’est-à-dire, est-ce que lorsque j'utilise ce casque, je suis gêné par les bruits ambiants ?
Perturbation
Plus la note est haute et moins votre musique dérangera vos voisins ou personnes proches de vous
À partir de
99,99€
Note LABOFNAC
Voir sur Fnac.com

Notre test détaillé

L’ergonomie et le design

Graphique de bande passante de l’isolation
Isolation fréquentielle passive et active (si un réducteur de bruit est présent)
Bande passante
Bande passante perturbation

Conclusion

Note LABOFNAC

Conçu à la fois comme un baladeur et une paire d’écouteurs intra-auriculaires, le Walkman NW-WS413 se destine avant tout aux sportifs. Il est ainsi doté de commandes directement situées sur le boîtier de chaque oreille, et facilement accessible au doigt. Pas de Bluetooth ici, mais un fonctionnement autonome : la musique (4 Go au maximum, ce qui reste assez peu) se transfère par un simple glisser-déposer, et un jeu d’embouts spécifiques permet d’écouter de la musique pendant des séances de natation. Le tout est pratique, même si l’on regrette un cordon un peu court, et le format intra-auriculaire permet d’isoler les sons extérieurs les plus aigus, à partir de 1 kHz. Il s’avère meilleur en perturbation, puisqu’il limite largement les fuites sonores vers l’extérieur, quelles que soient les fréquences. Et il faut saluer la présence de micros à l’intérieur qui permettent, grâce à un mode « sonore ambiant » d’entendre davantage l’environnement, par exemple pour discuter avec un interlocuteur sans ôter le casque.
Côté son à proprement parler, ces écouteurs souffrent malheureusement d’une distorsion un peu trop présente, et surtout d’une réponse en fréquence décevante. Les graves sont surreprésentés jusqu’à 150 Hz, tandis que les aigus, également mis en avant autour de 2,5 kHz, disparaissent rapidement, vers 4 kHz. On comprend la mise en exergue des basses, utiles pour l’écoute de musiques rythmées qui accompagnent le sport, mais on regrette le défaut d’aigus qui l’accompagne. Cependant, une autonomie convenable associée à une ergonomie adaptée à des activités physiques variées en fait un appareil utile à ceux qui pratiquent le sport de manière régulière.

Note technique

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
Distorsion
Sensibilité
Isolation
Perturbation
Article rédigé par
Laure Renouard
Laure Renouard
Journaliste
Jean-Charles Frelier
Jean-Charles Frelier
Responsable des tests smartphones, casques audio et lecteurs vidéo
Pour aller plus loin