Test

Test de l’Apple Watch Series 8 : une smartwatch éclipsée par sa grande sœur ?

24 septembre 2022
Par Pierre Crochart
L'Apple Watch Series 8 de 45 mm.
L'Apple Watch Series 8 de 45 mm. ©Pierre Crochart/L'Éclaireur

Entre l’annonce de l’Apple Watch Ultra qui a tiré la couverture à elle, et celle d’une Watch SE plus abordable, la Series 8 arrive-t-elle à tirer son épingle du jeu ?

En résumé

Autant l’écrire : l’Apple Watch Series 8 ne se destine pas aux personnes déjà équipées d’une Series 7. Très itérative, cette mise à jour apporte çà et là quelques nouveautés qui, quand on y pense, ne sont pas forcément indispensables. Mais, comme d’habitude avec Apple, les essayer, c’est les adopter. Alors, oui, le capteur de température permettra probablement à de nombreuses personnes de bénéficier d’un suivi du cycle plus performant, et la détection d’accidents rassurera celles et ceux qui prennent souvent le volant. Mais, en son cœur, l’Apple Watch Series 8 reste une Apple Watch tout ce qu’il y a de plus classique.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Toujours très bien conçue
  • Des nouveautés logicielles bienvenues
  • La montre la plus complète pour le suivi du cycle
  • Détecte les accidents de voiture
Les moins
  • Autonomie inchangée et toujours un peu en-dessous de la concurrence

Notre test

La dernière keynote d’Apple a été l’occasion pour la firme de présenter non seulement ses iPhone 14 et iPhone 14 Pro, mais aussi de nouvelles montres connectées. Parmi elles, une nouvelle arrivante : l’Apple Watch Ultra, destinée aux sportives et sportifs au portefeuille bien rempli. Pour le commun des mortels, l’Apple Watch Series 8 poursuit un héritage sans trop faire de vagues. Mais fait exactement ce qu’on attend d’elle.

Elle est déjà disponible à partir de 499 € en version 41 mm et 539 € pour le modèle 45 mm.

À partir de
299€
En stock vendeur partenaire
Acheter sur Fnac.com

Test réalisé grâce à un exemplaire prêté par le constructeur.

Design et ergonomie

Inutile de tourner autour du pot : l’Apple Watch Series 8 se présente sous des traits que l’on connaît déjà bien. En réalité, cette nouvelle tocante reprend les lignes de sa prédécesseuse, la Series 7. Elle adopte à ce titre un écran plus généreux, qui épouse davantage les contours du cadran par rapport aux plus anciens modèles.

La montre est de nouveau conçue en aluminium recyclé et propose des finitions toujours aussi impeccables. La couronne, qui sert notamment à régler le volume d’une musique en cours de lecture, ou plus simplement à se promener dans les menus, est un régal à utiliser. Dessous, un bouton plus classique est découpé directement dans le châssis.

Côté dimensions, la Series 8 mesure 45x38x10,7 mm pour 38,8 grammes pour le modèle que nous avons actuellement au poignet. Les itérations en 41 mm ou disposant d’un boîtier en acier inoxydable sont plus ou moins volumineux. Un poids et un encombrement une nouvelle fois parfaitement identiques à ceux de l’Apple Watch Series 7 sortie l’an dernier.

Apple Watch Series 8 test
L’Apple Watch Series 8 en 45 mm et l’Apple Watch Series 7 en 41 mm.©Pierre Crochart / L'Éclaireur Fnac

Sans surprise, tous les bracelets jusqu’à présent compatibles avec les modèles 44 et 45 mm sont utilisables sur la Series 8 de taille équivalente. Intéressant : même les bracelets commercialisés pour l’Apple Watch Ultra sont compatibles avec le modèle 45 mm.

Du reste, la montre connectée se dote non pas d’un mais de deux nouveaux capteurs qui, de toute façon, ne changent rien à l’esthétique de l’appareil. Le premier est placé sous l’écran et mesure la température ambiante. Le second nous colle à la peau et calcule notre propre température pour ce qui est sans doute la plus grande nouveauté de la Series 8.

Un capteur de température : oui, mais…

Alors que nous sortons juste (nous, Européens) de la pandémie de Covid-19 et que la tech s’est bousculée pour nous permettre d’identifier au plus vite les symptômes de la maladie, la nouveauté de l’Apple Watch Series 8 intrigue. Mais modérons nos attentes : la nouvelle montre d’Apple est incapable de vous donner votre température ou de détecter si vous avez de la fièvre.

En réalité, la firme range l’introduction de son nouveau capteur du côté des fonctionnalités destinées au suivi du cycle menstruel. Les précédentes montres connectées du groupe permettent déjà de suivre efficacement ses règles. Mais la Series 8 va plus loin et permet d’identifier au mieux les périodes d’ovulation. C’est précisément dans ce cadre que le capteur de température trouve son intérêt : en identifiant non pas la température exacte, mais les variations de températures par rapport à une base de 37,5°C, la montre est en mesure d’estimer les périodes d’ovulation. Apple se targue ainsi d’offrir la vue la plus complète du marché sur le suivi de cycle.

Apple Watch Series 8 test
La Series 8 calcule les variations de températures pour prédire les périodes d’ovulation.©Apple

Mais cette nouveauté a une contrainte évidente : l’Apple Watch Series 8 ne doit pas quitter votre poignet. La mesure de la température s’effectuant la nuit (la montre demande au minimum cinq nuits d’affilée pour fournir un premier rapport), on pourra difficilement s’en passer si l’on souhaite obtenir les données les plus précises possibles sur sa santé.

Dans le même temps, la smartwatch est bien entendu capable de fournir des rapports détaillés de la qualité du sommeil. Son travail ne s’arrête certainement pas dès lors que vous fermez les yeux ! Un bon point pour votre carnet de santé… Mais peut-être un peu moins pour votre confort personnel. En effet, certaines personnes n’apprécient guère d’être ainsi arnachés de jour comme de nuit.

Apple Watch Series 8 test
La Series 8 est bardée de capteurs vous renseignant en temps réel sur votre état de santé.©Pierre Crochart / L'Éclaireur Fnac

Des innovations de sécurité

Les autres atouts de l’Apple Watch Series 8 concernent presque tous des technologies visant à nous rassurer. Autant dire que nous ne les avons pas testées, et pour cause : la principale s’appelle Détection des accidents, et vise à automatiser l’appel aux secours si elle détecte un carambolage. Une technologie permise par l’adoption d’un nouvel accéléromètre (que l’on retrouve également dans tous les nouveaux iPhone), capable de détecter les impacts jusqu’à 256 g.

S’ajoutent à ça les technologies déjà présentes les années précédentes comme la détection des chutes ou l’alerte automatique en cas d’arythmie cardiaque, l’Apple Watch Series 8 s’impose comme la meilleure de sa catégorie. Ou, du moins, monte sur la deuxième marche du podium, derrière l’Apple Watch Ultra qui se dote en sus d’une sirène d’alerte pouvant émettre un son de 86 dB.

Apple Watch Series 8 test
La Series 8 et l’iPhone 14 peuvent prévenir automatiquement les secours en cas de détection d’un accident de la route.©Pierre Crochart / L'Éclaireur Fnac

Et pour le sport ?

Avec l’Apple Watch Ultra, Apple fait de l’œil aux sportives et sportifs de haut niveau en dévoilant une batterie de fonctionnalités dédiées et une bien meilleure résistance aux éléments. Mais, pour le commun des mortels, la Series 8 fera déjà très bien l’affaire. Sans même avoir à piocher parmi les nombreuses applications sportives du marché, elle propose via Exercices quantité de programmes pour se remettre en forme.

De nouvelles vues sont accessibles et offrent l’accès à de nombreuses données additionnelles concernant l’allure ou la puissance moyenne des foulées. Des séquences d’activité peuvent également être définies et favorisent le découpage de certaines pratiques en nombre de répétitions. Une fonctionnalité qui manquait grandement à l’appel.

Apple Watch Series 8 test
Après le sport, on refait le match grâce aux données de l’Apple Watch.©Pierre Crochart / L'Éclaireur Fnac

Toujours certifiée étanche jusqu’à 50 mètres (norme ISO 22810:2010), la Series 8 ne craint ni la natation ni le surf. Elle n’est en revanche pas adaptée à la pratique de la plongée sous-marine. Activité qui est par ailleurs l’un des arguments de vente principaux de l’Apple Watch Ultra, étanche jusqu’à 100 mètres.

Du mieux pour l’autonomie

Il n’y a pas grand-chose à dire sur les performances de l’Apple Watch Series 8. La montre réagit exactement comme sa prédécesseuse. La rapidité n’est plus vraiment une question sur ces petits appareils, qui font exactement ce qu’on leur demande sans aucune latence ni retard à l’allumage. Mais qu’en est-il de l’autonomie ? L’un des « points faibles » des Apple Watch lorsqu’on vient les comparer à des Garmin, notamment ?

Apple ne se mouille pas, et promet toujours 18h sur une charge complète. Dans notre cas, et avec un usage qui se limite essentiellement à de la réception de notifications et une brève séance de sport matinale, le contrat est bel et bien rempli. La montre ne remonte sur son socle que le lendemain matin, histoire de voir venir.

Mais watchOS 9 apporte avec lui une fonctionnalité « économie d’énergie » qui, moyennant la désactivation de l’écran Always-On et une réception horaire des notifications, permet de doubler l’autonomie jusqu’à atteindre 36 heures. Une nouvelle fois, une telle option manquait cruellement aux précédentes smartwatch du constructeur. Et, par chance, elle est également arrivée sur toute la gamme avec la dernière version du système d’exploitation.

Enfin, l’Apple Watch Series 8 dispose de la même technologie de « recharge rapide » que sa grande sœur la Series 7. Il vous faudra donc 1h30 environ pour passer d’une montre éteinte à une batterie pleine.

À lire aussi

Conclusion

Autant l’écrire : l’Apple Watch Series 8 ne se destine pas aux personnes déjà équipées d’une Series 7. Très itérative, cette mise à jour apporte çà et là quelques nouveautés qui, quand on y pense, ne sont pas forcément indispensables. Mais, comme d’habitude avec Apple, les essayer, c’est les adopter. Alors, oui, le capteur de température permettra probablement à de nombreuses personnes de bénéficier d’un suivi du cycle plus performant, et la détection d’accidents rassurera celles et ceux qui prennent souvent le volant. Mais, en son cœur, l’Apple Watch Series 8 reste une Apple Watch tout ce qu’il y a de plus classique.

Article rédigé par
Pierre Crochart
Pierre Crochart
Journaliste
Pour aller plus loin