Décryptage

Journal d’un libraire – Épisode 8 – Les premiers romans

26 octobre 2020
Par Sébastien Thomas-Calleja
Journal d'un libraire – Épisode 8 – Les premiers romans

Invitation à la découverte, à la surprise, à l’étonnement, le premier roman est une catégorie non négligeable de la littérature. Mis en valeur au moment de la rentrée littéraire, l’entrée en littérature d’un écrivain évoque toujours un intérêt, celui de rencontrer une nouvelle voix qui saura nous émouvoir, nous faire succomber, nous séduire jusqu’à espérer la sortie prochaine d’un second roman. Car tout ce qu’on peut souhaiter à un premier roman est qu’il ne soit pas le dernier.


Vous faire participer aux coulisses du métier de libraire Fnac en vous présentant un aspect de mon quotidien est le but de cette rubrique. En matière de lecture, le regard sur les premiers romans est indispensable pour tous les passionnés de littérature. Je vous présenterai aussi mon coup de cœur en la matière pour cette rentrée littéraire. 


FOCUS : Les premiers romans 


IMG_0870


Même si la production éditoriale a été réduite cette année en raison des événements sanitaires actuels, la rentrée littéraire 2020 compte 65 titres de premiers romans.  

Retenons quelques belles occasions de découvertes et de thèmes importants, comme l’amour maternel à son paroxysme dans Rosa dolorosa de Caroline Dorka-Fenech aux éditions La Martinière ; le retour à la nature et l’embrasement des sentiments dans Le monde du vivant de l’artiste Florent Marchet chez Stock ; une fable écoféministe étonnante avec La Dislocation de Louise Browaeys chez Harpercollins ; une sensualité à fleur de peau dans On ne touche pas de Ketty Rouf chez Albin Michel ; les faits et méfaits du monde numérique dans Elle a menti pour ses ailes de Francesca Serra chez Anne Carrière, déjà Prix littéraire Le Monde 2020 ; un roman efficace et visuel au cœur de l’Amérique des discriminations raciales dans Alabama 1963 de Ludovic Manchette et Christian Niemec au Cherche-Midi ; une plongée dans les origines et les secrets de famille à partir d’une Cuillère par Dany Héricourt chez Liana Levi ; ou même l’intronisation dans le monde méconnu et terrifiant des intégristes catholiques dans Bénie soit Sixtine de Maylis Adhémar chez Julliard Découverte, sensibilité et même coup de foudre littéraire, le premier roman est un monde plein de promesses. 

 

Mon coup de cœur premier roman : 


Ce qu’il faut de nuit, Laurent Petitmangin à La Manufacture de Livres 

IMG_0461


Ce-qu-il-faut-de-nuit

L’amour d’un père déchiré par l’orientation politique que prend son fils à l’orée de sa vie adulte. Une famille modeste, sans être dans le besoin, qui vit chichement quelque part dans une Lorraine en pleine désaffection industrielle. Le père est agent SNCF, longtemps militant pour le Parti Socialiste qu’il a mis de côté lorsque celui-ci l’a abandonné.  

« La moman » est décédée, et il se retrouve seul à élever ses deux fils entre matchs de foot et les copains qui débarquent souvent à la maison. Sa famille. Le glissement qu’opère son aîné, il ne le voit pas tout de suite, si ce n’est une croix celtique sur un bandana. Son fils fréquente des fachos et va le devenir aussi. Il faut lire avec quelle finesse Laurent Petitmangin décrit les changements de comportement de son fils comme un bouleversement des valeurs dans notre société. Fus, son fils est un frère idéal, investit beaucoup de son temps dans les œuvres caritatives. Social, à peine raciste, il est un extrémiste des temps modernes. Pourtant, l’odeur nauséabonde qui fonde ses idées ne va pas tarder à ressurgir, provoquant la violence tant redoutée.  

Tout en nuances, Ce qu’il faut de nuit dit tout de la tendresse d’un père dans une famille de taiseux où la pudeur et la lucidité affleurent à chaque page. Un roman actuel, bouleversant et nécessaire à découvrir absolument. 

« J’avais entendu des trucs affligeants que je n’avais pas voulu relever. Cela avait commencé avec trop de magasins de kebabs à Villerupt, à se demander où on habitait. Qu’est-ce que ça pouvait bien leur faire ? Ils ne prenaient la place de personne, juste de merceries ou de marchands de tricots chez qui ils n’avaient jamais mis les pieds. Est-ce qu’ils préféraient des vitrines pétées, blanchies à la peinture ? Ces kebabs, c’était signe qu’il y avait encore des gars qui mangeaient dans le coin. Ça attire une drôle de faune, qu’il avait dit l’autre, et puis ils sont moches, pas un pour racheter l’autre, des posters de mosquée, des tables crasseuses sous des néons de merde. Ouais, peut-être. Des gens du coin. Des gens comme toi et moi. Qui se paieraient bien quelque chose d’autre, mais qui n’ont pas trop le choix. » 

 

Parution le 20 août 2020 – 196 pages 

 

Retrouvez tous les épisodes du Journal d’un libraire : #journal d’un libraire 

* Sébastien est libraire à la Fnac de Parly 2 rayon fiction, spécialisé en littérature française. Il participe depuis plusieurs années au prix du Roman Fnac et écrit des chroniques sur son blog Fnac.com. 

Article rédigé par
Sébastien Thomas-Calleja
Sébastien Thomas-Calleja
libraire à Fnac Parly 2
Sélection de produits