Entretien

L’interview New Romance : on parle amour ♥ avec Audrey Carlan, Christina Lauren…

28 janvier 2021
Par Pauline1

À l’occasion du Festival New Romance 2018, de nombreux auteurs se sont réunis à Paris. On s’est précipité à la rencontre de ces chantres de la passion pour une interview « amour toujours ». Au programme : Stuart Reardon, Jane Harvey-Berrick, Morgane Moncomble, Gaïa Alexia, T.M. Frazier, Audrey Carlan, Christina Lauren, et autant de visions de l’amour.

Ces interviews ont été réalisées dans le cadre du Festival New Romance organisé par Hugo & Cie, en partenariat avec Kobo by Fnac.


Christina Lauren


Christina lauren copie

Roomies

Qu’aimez-vous dans le fait d’écrire de la romance ?

Lauren Billing : Ce doit être l’espoir que ces livres contiennent. Ce qu’on aime dans ces livres, c’est que sont des histoires pleines d’espoir. On se sent bien quand on les lit.

Christina Hobbs : Oui. Dans une romance, tout le monde connaît une fin heureuse.

Quels sont les ingrédients d’une histoire d’amour irrésistible ? 

Lauren : Du badinage, de la tension, du sexe et une fin heureuse. 

Christina : On doit avoir des papillons dans le ventre. Il faut rougir, il faut rire, et il faut une fin heureuse !

Et la recette pour une alchimie parfaite entre deux personnages ? 

Christina : L’alchimie parfaite, c’est quand les personnages s’améliorent au contact de l’autre.

Lauren : Et qu’ils se défient, qu’ils se remettent en cause, qu’ils se surprennent. Mais ça dépend vraiment de leur personnalité : il faut trouver le bon personnage, celui qui va repousser les limites et qui déclenche le changement.

Si vous étiez un personnage de romance, vous seriez… 

Christina : J’aimerais être Hazel dans notre livre qui vient de sortir aux États-Unis et qui s’intitule Josh and Hazel’s Guide to Not Dating. Elle est marrante, mignonne, différente et bizarre, et elle ne s’excuse pas de l’être.

Lauren : Moi j’aimerais être Macy dans Love and Other Words, parce que, pour moi, Elliot est le héros parfait. Je l’aime.

Quel est le lieu idéal pour commencer une histoire d’amour ?  

Lauren : On a choisi de situer l’intrigue de Sweet Filthy Boy en France, et c’est probablement le lieu que nos lecteurs viennent le plus visiter. Ils font le « Sweet Filthy Boy Tour » (rires). J’aime ce livre, je me suis beaucoup amusée en l’écrivant. Je trouve qu’il y a aussi de très bons livres de romance dont l’intrigue se déroule enÉcosse.

Christina : On a aussi un livre qui sort l’année prochaine, dont l’intrigue se situe à Hawaï, et c’est très romantique.

Le véritable amour, c’est quoi ?

Lauren : Pour moi, le véritable amour, c’est la confiance absolue.

Christina : C’est quelqu’un qui nous rend heureux, et qui nous fait nous sentir bien, qui nous aide à nous voir tel que l’on est, qui nous aide à nous accepter.

Vous voulez lire : une romance à New York, dans le mythique Broadway ?

 Roomies de Christina Lauren est pour vous !

Audrey Carlan

audrey carlan 2

Paris

Qu’aimez-vous dans le fait d’écrire de la romance ?

Je suis amoureuse de l’amour. Je trouve ça merveilleux et beau. On ne s’en lasse jamais ! Le monde a besoin d’amour. Écrire des histoires d’amour me rend heureuse et je pense que la lecture de ces histoires rend les autres heureux.

Quels sont les ingrédients d’une histoire d’amour irrésistible ? 

Je dirais un personnage féminin fort (je préfère les alpha heroes), et un conflit qu’il est nécessaire de gérer à deux : ce sont des traits très importants. Et de la passion ! Il faut que les personnages soient passionnés !

Et la recette pour une alchimie parfaite entre deux personnages ? 

Je pense que l’alchimie se produit quand les personnages tentent de surmonter quelque chose ensemble, quand ils sont engagés dans une lutte personnelle, ou que l’un tente d’aider l’autre à s’en sortir. Pour moi, l’amour à travers le conflit est très puissant. Tout comme les relations où l’un des personnages soutient l’autre, l’aide à surmonter des épreuves. C’est pour cela que, dans International Guy, mon héros aide toutes ces femmes à travers différentes situations, c’est comme cela qu’ils établissent une connexion. Quand on travaille avec quelqu’un, ou quand on essaie de l’aider, la connexion s’établit, à un niveau émotionnel difficile à atteindre autrement.

Si vous étiez un personnage de romance, vous seriez… 

Je serais peut-être un personnage d’écrivain. J’ai écrit sur un auteur qui souffrait du syndrome de la page blanche. Je l’ai appelé Geneva James en hommage à mes deux auteures préférées, Geneva Lee et Erica James. Geneva James écrit une série et elle est angoissée par le fait que ce qu’elle écrit pourrait ne pas être assez bon pour ses lecteurs. Elle a peur de terminer et de decevoir quelqu’un. C’est quelque chose qui résonne en moi, de manière générale, dans le monde dans lequel je vis. Donc, je serais sans doute ce personnage. 

Quel est le lieu idéal pour commencer une histoire d’amour ?            

Paris, évidemment (rires) ! Paris est la ville parfaite ! C’est une vieille ville d’où émane une atmosphère immédiate de romance, avec ses vieux immeubles, ses lumières, son fleuve, son église de 800 ans que l’on croise à un coin de rue, ses rues arborées… Je trouve ça très romantique. Peut-être que c’est un cliché américain de dire que Paris est le ville de l’amour, mais pour moi elle l’est, elle le sera toujours (rires).

Le véritable amour, c’est quoi ?

Le véritable amour, je pense que c’est la liberté, la liberté d’être soi, d’être honnête. C’est être ouvert, pouvoir admettre sa propre vérité, à l’autre et à soi-même. C’est ne jamais être dans le jugement. Pour moi, c’est ça l’amour véritable.


Vous voulez lire : une histoire olé olé une fois par mois, dans une ville différente ? 

Foncez sur la nouvelle série d’Audrey Carlan : International Guy 

Stuart Reardon & Jane Harvey-Berrick 

Stuart et jane 2

Invincible

Quels sont les ingrédients d’une histoire d’amour irrésistible ? 

Stuart Reardon : Pour moi, l’histoire d’Invincible était très personnelle, donc j’ai aimé concilier vie personnelle et écriture : capturer le reflet de ma propre vie et le mettre dans un livre.

Jane Harvey-Berrick : Oui, prendre une histoire vraie et la transformer en fiction, faire ce que l’on veut avec les personnages et, avec un peu de chance, donner une place au lecteurs, où il peut s’imprégner du livre et apprécier la romance !

Stuart : Je ne suis pas quelqu’un de très romantique, d’après ma fiancée Emma…

Jane : Non ! Tu le crois ça ? Je ne peux pas y croire !

Stuart : Si… Je crois qu’elle voudrait que je sois plus romantique, mais… Elle voudrait plus de surprises, les femmes aiment les surprises.

Jane : Oui, c’est vrai, on aime ça, bien sûr (NDLR : en français)

Quels sont, selon vous, les ingrédients d’une histoire d’amour irrésistible ? 

Jane : Il faut être amoureux (rires) ! Je pense qu’il faut des personnages très forts. Si on se fiche des personnages, alors il n’y a aucun intérêt à découvrir la suite du livre. On doit se soucier d’eux comme de véritables personnes. Quand on écrit, les voix ne s’arrêtent pas quand le livre se referme. On continue à penser à eux. Qu’est-ce qu’ils font ? Comment vont-ils ? C’est une histoire de personnes, comment on s’identifie à eux. Ce sont des gens avec qui on pourrait sortir dîner…

Stuart : Oui, il faut que le lecteur puisse s’emparer du personnage, et l’aimer.

Et la recette pour une alchimie parfaite entre deux personnages ?

Stuart : Des intérêts communs, des objectifs similaires, c’est certain. Deux personnalités avec des points communs… Parfois la confrontation de deux personnalités, ça peut également fonctionner…

Jane : Comme nous !

Stuart : Oui (rires)

Jane : Je pense que tu as raison sur les objectifs communs. Peut-être que c’est plus une façon similaire de penser que le fait de partager la même passion, pour le rugby par exemple. C’est la manière de regarder le monde qui doit être la même. Et vous ne savez jamais ce qui va se passer ! Vous ne savez pas : la personne la plus surprenante pourrait être l’élue.

Si vous étiez un personnage de romance, vous seriez…

Stuart : Je serais Nick Renshaw dans Invincible (rires). La star de rugby, de la tourmente au happy end.

Jane : Je serais une heroïne dans un western, une pionnière qui plongerait dans l’inconnu et affronterait on ne sait quoi. Ce qui est totalement opposé à ma personnalité : moi, j’aime le confort et le chocolat ! Mais, ce serait mon moi fictionnel.

Quel est le lieu idéal pour commencer une histoire d’amour ? 

Stuart : Oh, Paris ! J’aime également Barcelone. C’est une ville magnifique.

Jane : Je ne choisirais probablement pas une ville. Je vis au bord de la mer et j’y marche tous les jours, donc je choisirais une plage, avec les vagues qui éclatent sur le rivage, et la tempête qui guette au loin.

Le véritable amour, c’est quoi ?

Jane : Accepter les erreurs de l’autre, accepter ses propres erreurs. Et s’aimer malgré ou grâce à elles.

Stuart : Aimer intégralement la personne. Dans les moments doux comme dans les moments durs, parce que c’est probablement dans ces moments difficiles que vous avez le plus besoin l’un de l’autre. Trouver quelqu’un avec qui on est compatible, avec qui on partage des choses. Et s’amuser surtout !

Jane : Oui, il faut rire ensemble !

Vous voulez lire : du sport et de la passion ? 

C’est dans Invicible de Stuart Reardon et Jane Harvey-Berrick

T.M. Frazier


TM Frazier

King de TM Frazier

Quels sont les ingrédients d’une histoire d’amour irrésistible ? 

T.M. Frazier : Les histoires d’amour au sens large du terme ! N’est-ce pas tout ce que nous recherchons, dans un show télé ou dans un roman, dans une chanson… C’est ce qui nous inspire. Toujours des histoires d’amour, à leur manière.

Quels sont les ingrédients d’une histoire d’amour irrésistible ? 

Je ne crois pas qu’il y ait de recette. Je dirais qu’il faut ressentir quelque chose. Que vous soyez en train de lire ou en train d’écrire, il faut ressentir quelque chose. C’est ça la recette.

Et la recette pour une alchimie parfaite entre deux personnages ?

Quand les personnages ont besoin l’un de l’autre, quand il y a quelque chose qui parle à l’autre personne, quand ils sont en connexion. Donc je dirais un besoin ou un désir. Pour moi, c’est ça qui fait la bonne alchimie.

Si vous étiez un personnage de romance, vous seriez…

Je ne sais pas si je voudrais être l’un de mes personnages. J’écris de la romance dark… (Elle réfléchit) N’importe quoi avec un millionnaire, mettez-moi là-dedans (rires) !

Quel est le lieu idéal pour commencer une histoire d’amour ? 

Eh bien, Paris ! Je vais devoir dire Paris. C’est la ville de l’amour. Paris est le lieu parfait.

Le véritable amour, c’est quoi ?

Trouver sa meilleure moitié, trouver la personne qui nous complète. Je dis toujours que l’amour, c’est rendre l’autre heureux, et être heureux. C’est aussi simple que ça. Pour n’importe quelle relation : est-ce que vous rendez l’autre heureux ? Est-ce que vous essayez ? C’est juste ça.

Vous voulez lire : de la lecture « dark & greedy » ?

Découvrez la série Kingdom de T.M. Frazier

Morgane Moncomble


Morgane Moncomble 2

Aime-moi-je-te-fuis

Quels sont les ingrédients d’une histoire d’amour irrésistible ? 

Morgane Moncomble : Ce que j’aime dans le fait d’écrire de la romance, c’est forcément parler d’amour, parce que j’adore ça, mais aussi le fait que l’on puisse aborder des sujets qui nous tiennent à cœur, des sujets que l’on peut aborder plus facilement, je trouve, dans la romance qu’à travers d’autres genres. Et on peut parler de sexualité, c’est ça aussi qui fait le petit plus.

Quels sont les ingrédients d’une histoire d’amour irrésistible ? 

C’est un peu cliché, mais en romance je pense que le héros masculin doit être plutôt pas mal, plutôt beau (rires). Il faut qu’il ait un travail assez sympa, qui vend du rêve, sinon c’est nul (rires). Contrairement à ce qu’on peut penser, les romances ne se ressemblent pas toutes. C’est assez différent d’un livre à l’autre. Mais je pense que ça c’est une bonne base. On a aussi le code du bad boy qui revient souvent et qui en général plaît assez. Et du sexe évidemment ! Il faut ! (rires)

Et la recette pour une alchimie parfaite entre deux personnages ?

La complicité, je pense. En tout cas, dans les livres de Hugo Romance, il y a beaucoup cet humour que l’on retrouve entre les deux personnages, notamment dans les livres de Elle Kennedy, avec The Deal, The Score, et dans les livres de Colleen Hoover. L’humour entre les deux personnages, c’est ce que je préfère et je pense que c’est ce qui plaît beaucoup et ce qui crée la complicité. On y croit. Pour moi, c’est ça qui fait la bonne alchimie.

Si vous étiez un personnage de romance, vous seriez…

L’empotée super maladroite qui adore manger, ce serait moi (rires) ! Comme Violette dans mon roman : c’est moi !

Quel est le lieu idéal pour commencer une histoire d’amour ? 

Paris ! Je choisis de situer toutes mes romances à Paris, parce que j’adore cette ville, et je pense qu’on en a besoin, parce que toutes les romances sont aux États-Unis… Et Paris, c’est la ville de l’amour.

Le véritable amour, c’est quoi ?

C’est compliqué comme question ! Honnêtement, je ne sais pas si je peux répondre correctement parce que je ne le connais pas, je ne l’ai jamais vraiment connu. Je l’écris dans mes livres en attendant que ça arrive.

Vous voulez lire : une histoire d’amour avec des personnages qui vous ressemblent ?

C’est dans Aime-moi, je te fuis de Morgane Moncomble

Gaïa Alexia


gaia alexia

Baby Random

Quels sont les ingrédients d’une histoire d’amour irrésistible ? 

Gaïa Alexia : Écrire de la romance, c’est aller chercher des sentiments, des sentiments que l’on touche seulement du bout du doigt dans la vraie vie. Là quand on écrit un livre, on a le temps de s’arrêter dessus, de les préciser, de les découvrir un peu plus, et de les faire découvrir aux lecteurs de la façon dont nous on les ressent.

Quels sont les ingrédients d’une histoire d’amour irrésistible ? 

Pour une bonne histoire d’amour, il faut une recherche du bonheur et tout plein de malheurs (rires).

Et la recette pour une alchimie parfaite entre deux personnages ?

Pour que ça matche bien, je pense qu’il faut que, à la base, les personnages soient très contradictoires. Il faut qu’on se dise que l’histoire d’amour entre eux est impossible… On se rend compte ensuite qu’elle est carrément possible et qu’elle se fait en fin de compte. L’amour, c’est un peu comme de l’eau, ça trouve toujours sa route, j’ai l’impression. Pour moi, c’est ça qui fait la bonne alchimie.

Si vous étiez un personnage de romance, vous seriez…

Ouh là… Bordélique ! En retard ! Oui c’est ça, je ne vais pas en dire plus, ce n’est pas la peine, on est bien là (rires).

Quel est le lieu idéal pour commencer une histoire d’amour ? 

On dit que Paris est la ville de l’amour… mais vu les embouteillages, j’en doute ! J’aurais plutôt tendance à choisir un cadre bucolique, la campagne… Ou une petite ville en banlieue.

Le véritable amour, c’est quoi ?

Le véritable amour, c’est être complètement différent et pourtant réussir à se comprendre sans devoir parler. Il est rare, il est très rare. On le trouve une fois dans une vie et il ne faut pas le laisser passer. Le véritable amour, c’est quand l’autre nous accepte comme on est, même si on fait n’importe quoi. On est là pour se soutenir et pour s’aider. Tout simplement. On doit prendre ce qui vient, sans en demander trop… Ah c’est beau ! Je suis toute émue (rires) !

Vous voulez lire : un peu de tough love et beaucoup d’émotions ? 

Lisez Baby Random de Gaïa Alexia

Aller + loin :

Anna Todd dans les étoiles

Plus de New Romance

Decouvrez cette série

Article rédigé par
Pauline1
Pauline1
libraire sur Fnac.com
Sélection de produits