Article

Grand Corps Malade livre un splendide album plein d’amour

24 octobre 2013
Par Grégory
Grand Corps Malade livre un splendide album plein d’amour
©dr

Ne nous y trompons pas, GCM est un poète, un grand poète même. Certes, c’est de la poésie mise en musique, mais qui pourrait qualifier autrement l’art de Grand Corps Malade ? Les mots sonnent ici comme une évidence…

Wahou… Voilà, à peu près, comment résumer mes pensées et mes sentiments à la fin de l’écoute de Funambule, le dernier album de Grands Corps Malade, un disque magnifique qui vous laisse ému. On savait déjà que Grand Corps Malade était capable de grandes choses, mais là on en reste presque pantois par le niveau qu’il atteint. On sent bien qu’il est arrivé à maturité avec une plénitude dans son écriture qui transparaît à chaque mot. Parce que, ne nous y trompons pas, GCM est un poète, un grand poète même. Certes, c’est de la poésie mise en musique, mais qui pourrait qualifier autrement l’art de Grand Corps Malade ?

Les mots sonnent comme une évidence. Nous sommes ici en présence d’un amoureux transi des lettres et des mots, un artiste qui sait parfaitement s’en servir pour développer une langue riche et belle, une langue chargée d’émotions et de vie qu’il met au service d’histoires déroulées en quatre minutes à peine. On pense, notamment, au titre qui débute l’album, Au théâtre, où il raconte une vie par le prisme d’une pièce en cinq actes, avec ses joies, ses peines, ses rires, ses larmes. Quelques minutes d’un texte époustouflant pour décrire une vie et tous les sentiments que l’on peut éprouver, c’est fort, très fort. A tous les niveaux… Le thème qui revient le plus dans ce disque, c’est certainement l’amour, sous toutes ses formes. Exemple. Dans Le manège, GCM parle de l’amour paternel qui ne faiblit jamais même quand l’enfant grandit. On pense aussi à Te manquer avec la magnifique participation de la voix soul de Sandra Nkaké qui conte l’histoire d’une rupture et des regrets qui en découlent. Dans Pause, GCM explique les petits moments qu’il aime : prendre son temps, boire un café en observant les gens… Il y a aussi La traversée avec Francis Cabrel, où l’amour affleure à chaque mot quand on suit la ligne du soleil et celle des courbes de la plus belle fille du village. Dans les 5 sens, on est toujours dans l’amour, au sens physique du terme cette fois. Avec les sens, GCM décrit une relation magnifique et enflammée. Enfin, dernier texte sur l’amour, le bien nommé Tant que les gens font l’amour qui revient avec humour sur les nouvelles normes de relations amoureuses et les formes de séduction 2.0…

Mais si l’amour est le thème dominant, il n’y a pas que ça. Il y a aussi un titre poignant parce que bien réel qui raconte la vie de son ami et ancien détenu Laurent Jacqua, un texte d’une grande profondeur et d’une grande humanité. Un texte à vous donner des frissons, Le bout du tunnel. Techniquement, il y a aussi une évolution chez Grand Corps Malade. Il se rapproche plus du rap avec un flow plus rapide et une écriture plus hip-hop qui met en avant sa facilité pour jouer avec les mots, les syllabes et les sonorités. Autant d’éléments que l’on retrouve dans Les lignes de la main ou J’ai mis les mots. Du grand art, tout simplement. Enfin, on termine le cheminement de ce disque par deux morceaux un peu à part, l’un éminemment politique, Course contre la honte avec Richard Bohringer dans lequel GCM dresse un constat inquiet de la société actuelle et du monde d’aujourd’hui, même si l’acteur se veut un peu plus positif en pensant que tout est toujours possible et que l’on peut encore changer le monde. Enfin, dans Funambule, le titre éponyme de l’album, on découvre Fabien, l’homme derrière l’artiste et la dualité de son personnage, à la fois à l’aise à l’Olympia comme dans les MJC, « slalomant entre bitume et tapis rouge« .

Le tout est soutenu par la voix grave et profonde de GCM, un instrument en soi, qui sert magnifiquement son interprétation. Mais si les mots sont magnifiques, ils sont sublimés par la musique qui les accompagne. GCM a confié la direction musicale de ce disque à Ibrahim Maalouf, le trompettiste de génie, qui l’a travaillé comme si c’était le sien. Résultat, des ambiances plus hip-hop, plus groove et parfois proches du beat, mais aussi parfois des choses plus épurées, plus acoustiques qui collent à parfaitement à l’ambiance de chaque morceau et qui prouvent que les deux artistes sont finalement très complémentaires. On pourrait  continuer comme ça pendant encore plusieurs paragraphes, mais le mieux, c’est de vous laisser écouter : nul doute que vous serez conquis par ce beau moment d’émotion et de sentiments. Magistral !

Grand Corps Malade présentera son nouvel album en novembre dans quatre Fnac (Lille, Paris, Lyon et Strasbourg), consultez ici les lieux et dates. 

Achetez vos billets ici pour un des prochains concerts de Grand Corps Malade en 2014.

 

Article rédigé par
Grégory
Grégory
Disquaire
Sélection de produits