Décryptage

NFT : ça sert à quoi ?

09 mai 2022
NFT : ça sert à quoi ?
©ArtemisDiana/Shutterstock

Nouveau concept technologique qui fait le buzz, les NFT sont surtout décriés pour la volatilité de leur valeur, les nombreuses arnaques qui en découlent et leur supposée inutilité. Vraiment ?

Depuis 2021, c’est le mot à la mode. NFT, pour Non Fongible Token, jeton numérique non fongible, c’est-à-dire non duplicable et totalement unique. En décembre 2021, l’artiste Pak a vendu son œuvre numérique The Merge pour la somme record de 91,8 millions de dollars sur la plateforme d’enchères en ligne Nifty. En mars 2021, Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, a vendu son premier message posté sur le réseau social en NFT pour la modique somme de 2,9 millions de dollars. Un an plus tard, le 6 avril 2022, son nouveau propriétaire, Sina Estavi, a voulu le mettre aux enchères pour 48 millions de dollars. Las, une semaine après, la meilleure offre était de 280 dollars. À date, la meilleure offre est de 10,3 Ether, soit un tout petit peu moins de 30 000 dollars. De là, on pourrait en conclure que les NFT ne sont destinés qu’à piéger des pigeons attirés par la spéculation. Mais ce serait un raccourci un peu trop simpliste.

Les NFT, ce n’est pas que de l’art

Certes, si on résume les NFT à une pseudo œuvre d’art numérique vendue à prix d’or, le concept n’a pas grand sens, mais, en creusant sous la surface, la réponse est différente. Revenons déjà au concept initial : Non Fongible Token. Ce jeton numérique est donc unique, mais il peut se décliner sous différentes formes. Ce n’est pas obligatoirement une image JPEG. Cela peut tout aussi bien être un morceau de musique, un film, un SMS, un GIF, un accessoire dans un jeu vidéo ou encore un morceau de code informatique, par exemple.

Une joueuse de tennis, Oleksandra Oliynykova, a même vendu une surface de sa peau – 15×8 cm sur son avant-bras – en NFT. Une zone sur laquelle elle s’est engagée à se faire tatouer ou apposer un dessin temporaire au choix du nouveau propriétaire. Ce droit à vie, qui pourra donc être revendu selon le principe des NFT, s’accompagne de deux restrictions : pas de jeux d’argent ni d’apologie extrémiste. Le NFT a été vendu 3 éther, l’équivalent de 5 900 euros lors de la vente.

©mundissima/Shutterstock

Les NFT s’annoncent aussi essentiels dans le metaverse. Ils sont d’ailleurs déjà utilisés dans des mondes virtuels comme The Sandbox ou Decentraland, en tant que preuve de propriété d’espaces de terrain virtuels. Ainsi, en novembre 2021, une parcelle de terrain de Decentraland s’est vendue l’équivalent de 2,4 millions de dollars (2,3 millions d’euros). La raison de cette somme particulièrement élevée ? Cette parcelle est située dans la « Fashion Street » du metaverse. Un peu comme si un immeuble de l’avenue Montaigne à Paris avait été vendu aux enchères. Ce NFT fonctionne donc comme un acte de propriété. Unique par son emplacement, toutes ses caractéristiques (dimension, emplacement dans Decentraland) sont enregistrées dans la blockchain.

Les NFT, des jetons uniques qui peuvent contenir un grand nombre d’informations

Tout comme le cas de cette parcelle de terrain dans Decentraland, on peut imaginer un NFT qui servira de titre de propriété d’un logement, bel et bien réel, lui. Après tout, un NFT n’est ni plus ni moins qu’un fichier numérique dans lequel peuvent être encapsulées aussi bien une œuvre d’art que les caractéristiques précises d’une montre de luxe (numéro de série, date de fabrication, matériaux utilisés et leur sourcing, lieu de fabrication, nom de l’horloger qui l’a assemblée, etc.). Idem pour un bien immobilier.

“CryptoPunks” est une collection de jetons non fongible sur la blockchain Ethereum.©Rokas Tenys/Shutterstock

Un NFT pourrait tout à fait remplacer l’acte notarié. Avec l’avantage de pouvoir y avoir accès de n’importe où, sans le risque qu’il disparaisse ou ne s’abîme en cas d’incendie par exemple. Car, une fois ce fichier inscrit dans la blockchain, le NFT dispose de son certificat d’authenticité et devient traçable ad vitam æternam. Il deviendra donc possible de voir entre combien de mains sont passées la montre de luxe, la maison, l’œuvre d’art, etc.

Investir ou pas dans les NFT ?

C’est la question que tout le monde se pose. Si le but est de devenir riche en un claquement de doigts, mieux vaut passer son chemin. Comme on l’a vu avec le premier tweet de l’histoire, la volatilité est telle que la spéculation est extrêmement forte. En investissant dans les NFT, vous prenez automatiquement le risque de ne pas récupérer votre investissement un jour.

La démarche, en revanche, a son intérêt si vous portez un réel intérêt à une œuvre d’art ou un projet unique. Mais tout cela est à prendre avec des pincettes. Comme l’explique Caroline Jurado (Les Cryptos de Caro) : « À ce stade, il y en a beaucoup trop dans tous les sens (…). Je pense que c’est quelque chose qui sera très utile dans l’avenir, mais aussi que ça vaut le coup d’attendre un peu que tous les projets qui ne sont là que pour le marketing périclitent, pour arriver à identifier plus facilement les projets d’avenir. » Vous voilà prévenus.

À lire aussi

Article rédigé par