Actu

Huawei lance les P50 Pro et P50 Pocket en France sans Google ni 5G

26 janvier 2022
Par Thomas Estimbre
© Huawei
© Huawei ©Huawei

Déjà dévoilés, les Huawei P50 Pro et Huawei P50 Pocket ont eu droit à une nouvelle présentation pour leur arrivée en France. Le géant chinois a toujours de l’ambition, mais il doit encore faire l’impasse sur les services de Google et la 5G.

Loin de l’insolente réussite de son rival Xiaomi – qui vient de lever le voile sur sa série Redmi Note 11 -, Huawei veut continuer d’exister à l’internationale et notamment en France. Le groupe chinois vient d’annoncer les arrivées conjuguées du P50 Pro et de son modèle pliant, le P50 Pocket, dans l’Hexagone. L’occasion pour Huawei de nous rafraîchir la mémoire concernant deux modèles présentés il y a quelques mois.

Très attendu, le Huawei P50 Pro a été officialisé en Chine en juillet 2021 et le constructeur aura donc mis six mois avant de lui faire traverser les frontières. Ce modèle à l’apparence premium bénéficie d’une fiche technique soignée et met l’accent sur l’expérience photo, l’un des points forts de la marque. Le design ne laisse d’ailleurs aucune place au doute et se compose de deux imposants modules photo.

P50 Pro : un smartphone premium privé de 5G et des services Google

Pour son P50 Pro, Huawei veut miser sur la quantité et la qualité en proposant quatre capteurs. Le principal de 50 mégapixels (f/1,8) est accompagné d’un capteur monochrome de 40 mégapixels (f/1,6), d’un module de 13 mégapixels (f/2,2) avec une optique ultra grand-angle et d’un téléobjectif de 64 mégapixels (f/3,5). Ce dernier permet un zoom optique x3,5 et numérique jusqu’à 100x tandis qu’une caméra de 13 mégapixels est présente à l’avant.

Huawei P50 Pro
Le Huawei P50 Pro.©Huawei

Une configuration soignée pour un appareil qui n’a pas (presque) pas à rougir de la comparaison avec ces principaux rivaux. Le Huawei P50 Pro dispose d’un écran OLED incurvé de 6,6 pouces affichant une définition de 2 700×1 228 pixels et un taux de rafraîchissement de 120 Hz. Là où le bât blesse, c’est au niveau du SoC que peut proposer le géant chinois.

Le Snapdragon 888 de Qualcomm reste une puce puissante, mais Huawei doit se contenter de proposer une variante 4G. Haut de gamme, son dernier smartphone ne peut donc pas revendiquer une compatibilité avec le réseau 5G. En revanche, on peut compter sur la présence de 8 Go de RAM et 256 Go de stockage pour les performances.

Huawei P50 Pro
Le Huawei P50 Pro dispose de deux imposants blocs photo.©Huawei

Encore plus que l’absence de 5G, le smartphone de Huawei souffre surtout de l’absence des services de Google. Sur le plan logiciel, le P50 Pro a droit à Android avec la surcouche EMUI 12 plutôt que HarmonyOS.

Enfin, le Huawei P50 Pro bénéficie d’une certification IP68 et présente des dimensions de 158,8×72,8×8,5 mm pour un poids de 195 grammes. Côté autonomie, il dispose d’une batterie de 4 360 mAh compatible avec la charge rapide 66 W en filaire et 50 W en sans-fil.

À partir de
1 199€
En stock
Note LABOFNAC
Acheter sur Fnac.com

Prix et disponibilité du Huawei P50 Pro

Huawei annonce que son P50 Pro est désormais disponible au prix de 1 199 euros. Il se décline en deux coloris : noir et or.

Le Huawei P50 Pocket vient concurrencer le Samsung Galaxy Z Flip 3

En plus du P50 Pro, Huawei veut également peser sur le segment des smartphones pliants. Le constructeur confirme l’arrivée en France de son premier smartphone à clapet.

Huawei P50 Pocket
Le Huawei P50 Pocket.©Huawei

Présenté en fin d’année, il débarque dans nos contrées en deux variantes dont les tarifs excèdent les 1 000 euros. Disponible le 1er mars, le P50 Pocket blanc sera commercialisé à 1 299 euros (8 Go de RAM et 256 Go de stockage).

Huawei P50 Pocket Premium Edition
La Premium Edition du P50 Pocket.©Huawei

Concernant le P50 Pocket Édition premium (or) avec 12 Go de RAM et 512 Go de stockage, il s’affiche dès aujourd’hui à 1 599 euros. Des tarifs élevés si on les compare à celui du Samsung Galaxy Z Flip 3 qui n’excède pas les 1 000 euros dans sa version de base (voir notre test).

À lire aussi

Article rédigé par
Thomas Estimbre
Thomas Estimbre
Journaliste
Pour aller plus loin