Article

La ruée vers le grain : quand l’expresso broyeur déchaîne les passions

28 novembre 2021
La machine expresso à broyeur de Delonghi, Primadonna Soul, emblème de la marque numéro 1 sur le marché.
La machine expresso à broyeur de Delonghi, Primadonna Soul, emblème de la marque numéro 1 sur le marché. ©Delonghi

Les ventes de machines à café automatiques avec broyeurs, encore confidentielles il y a quelques années, s’envolent (+55,8 % en valeur en 2020 selon GfK). Un engouement des Français pour le café en grains qui ne se dément pas en 2021. Entre volonté de mieux consommer, argument écologique et même économique, les raisons de cette ruée vers le grain sont multiples.

Qu’est-ce qui explique cet engouement pour les machines à café avec broyeur, alors qu’il s’agit d’appareils onéreux ? Les prix des robots café s’étendent en effet jusqu’à plus de 2 000 € pour les références les plus haut de gamme et, même si le ticket d’entrée se situe aux alentours de 300 ou 400 €, ce tarif est déjà très supérieur à celui d’une machine à capsules/dosettes ou d’une cafetière filtre. Alors qu’est-ce qui explique que tant de foyers sautent le pas ?

Le goût des bonnes choses

Cette tendance accompagne une volonté globale des Français de mieux consommer, des produits de qualité, plus frais, plus sains… qui s’est accentuée avec la crise sanitaire. Or, les saveurs d’un café fraîchement moulu sont incomparables – les Français en sont d’ailleurs convaincus, si l’on en croit l’étude de l’ObSoCo réalisée pour MaxiCoffee*. Deux tiers des consommateurs de café interrogés estiment que le café en grain est « le meilleur à déguster ». Selon eux, il révèle mieux la puissance aromatique du café (pour 74 %) et la diversité des arômes selon les origines du café (69 %). En l’occurrence, avec le café en grains, les possibilités de découvrir des saveurs sont infinies, puisque le goût dépend à la fois du café, de son origine, mais également de sa torréfaction. D’ailleurs, Delonghi, le leader du marché des expressos broyeurs, l’a bien compris. Grâce à sa technologie Bean Adapt, sa machine haut de gamme PrimaDonna Soul est en mesure d’adapter automatiquement les paramètres d’extraction (température, mouture, infusion) au type de grains et à la torréfaction pour obtenir un café parfait.

En outre, même si la marque propose des machines à tous les prix, elle promet que la plupart des technologies utilisées (moulin, infuseur…) sont les mêmes de l’entrée au sommet de gamme ; donc, quel que soit le prix de la machine, l’utilisateur profitera du meilleur expresso en tasse. Par exemple, la différence entre la petite Magnifica S Smart ou des modèles plus coûteux tient à la présence d’un écran tactile, d’une carafe à lait ou encore au nombre de recettes disponibles.

Autre phénomène notable : les Français s’intéressent au café et s’y connaissent de mieux en mieux, bien aidés par l’apparition dans les villes de nombreux lieux de dégustation dédiés ou de torréfacteurs. Les consommateurs tendent donc à devenir connaisseurs et plus exigeants.

L’effet confinement

Quand trois quarts des participants à l’enquête de l’ObSoCo déclarent consommer du café quotidiennement, la plupart des buveurs de « petit noir » avaient surtout l’habitude de boire du « bon » café dans les bars ou les restaurants. Mais le confinement et la généralisation du télétravail ont changé la donne, participant à booster l’adoption des expressos broyeurs.

De plus, les robots café étant de plus en plus compacts, esthétiques, arborant des lignes et couleurs élégantes, les Français – qui ont aussi repris goût à la déco d’intérieur pendant cette période – ne boudent pas leur plaisir. Par exemple, le fabricant italien Smeg a particulièrement soigné le design de sa gamme récemment lancée. La façade de ses machines compactes se pare d’aluminium brossé tandis que des finitions originales (taupe et rouge) côtoient les plus classiques noir et blanc.

Expresso avec broyeur Smeg BCC02RDMEU 1350 W Rouge.©Smeg

D’un point de vue esthétique, Beko a fait des choix semblables pour ses machines : compacité, sobriété et élégance. La récente gamme Intuition de Krups a quant à elle largement modernisé le style des machines de la marque – et au passage facilité leur utilisation –, notamment à grand renfort d’écrans tactiles.

Le grain, plus économique et écologique

Une fois l’achat de la machine digéré, acheter du café en grains peut également se révéler plus économique (cela dépend naturellement du café sur lequel on jette son dévolu). En tout cas, les Français en sont convaincus : le grain coûte moins cher, surtout par rapport aux capsules (considérées comme trop chères par un tiers des consommateurs). Lionel Galut, directeur général « expertise café » de MaxiCoffee, confirme que si l’achat d’un expresso broyeur constitue un budget, « une machine achetée au prix de 300 € est rentabilisée en un an si on prépare quatre cafés par jour, par rapport à une consommation de capsules ».

©Krups

Enfin, le café en capsules est perçu comme peu écologique. Tout l’inverse du café en grains, qui ne nécessite pas de suremballage, voire pas d’emballage du tout s’il est vendu en vrac, et dont le marc peut même être réutilisé, par exemple pour fertiliser la terre du jardin ou préparer des cosmétiques maison.

Quelles qu’en soient les raisons, l’engouement pour les robots café n’est pas près de se tarir quand on sait que 58 % des buveurs de café en capsules et 50 % des adeptes de dosettes envisagent de passer au café en grains dans un futur plus ou moins proche. Quant aux utilisateurs de café moulu, ils ne sont pas en reste (61 %).

* Étude de l’ObSoCo pour MaxiCoffee, L’Aspiration des Français à découvrir et consommer un meilleur café, 2021.

Article rédigé par
Alexandra Bellamy
Alexandra Bellamy
Journaliste