Décryptage

Bien choisir un SSD en 2023

03 septembre 2023
Par Nicolas Aguila
Le tout récent Starfield nécessite un SSD pour fonctionner sur PC.
Le tout récent Starfield nécessite un SSD pour fonctionner sur PC. ©Bethesda Softworks

Encore une nouveauté dans le monde des PC il y a une quinzaine d’années, les SSD se sont démocratisés au point de devenir un standard jusque dans nos consoles. Et, une fois n’est pas coutume, en 2023, ce sont les consoles qui influencent de plus en plus les PC en matière de jeux vidéo, et le SSD de votre machine peut faire toute la différence dans votre expérience de jeu.

Commençons par un peu d’histoire. Un SSD (Solid-state Drive), est un circuit électronique composé de plusieurs semiconducteurs chargés de stocker vos données (la mémoire flash). Le japonais SanDisk, déjà spécialisé dans les périphériques de stockage, fut parmi les premiers à développer ce genre de technologie dans les années 1980, mais ce n’est qu’avec l’arrivée du premier MacBook Air en 2008 que les SSD ont fait une percée dans le monde de l’informatique grand public.

À l’époque, leur principal intérêt en tant que remplaçants des bons vieux disques durs était leur fiabilité et leur rapidité par rapport à ces derniers : le SSD du MacBook Air affichait des débits jusqu’à 50 % plus élevés que le disque dur proposé dans le même modèle et, en se passant de disques en rotation constante, il était de fait insensible aux chocs et aux pertes de données qui en résultaient avec un disque.

Ces avancées n’étaient cependant pas sans quelques inconvénients. Les premiers SSD coûtaient très cher (l’option SSD pour le MacBook Air ajoutait 1 000 € à la facture pour 64 Go) et leur fiabilité à long terme posait question : la durée de vie de la mémoire flash dépend de plusieurs facteurs, notamment le nombre de transferts effectués.

Les différents types de SSD

Mais, en 2023, la plupart de ces inconvénients appartiennent au passé. Il est aujourd’hui assez facile de trouver un SSD abordable et d’obtenir un PC se passant complètement des lents et bruyants disques durs. Généralement, vous trouverez deux types de SSD sur le marché en fonction de votre budget et de vos besoins en matière de stockage, et ils se distinguent par l’interface les connectant au PC : le SATA et le PCI-Express.

Les premiers SSD reprennent la connectique SATA des disques durs.©Lenovo

Les SSD SATA se présentent généralement sous la forme d’un petit boîtier un peu plus grand qu’une carte bancaire, renfermant ledit SSD, et qui doit son nom à son interface héritée des disques durs l’utilisant avant lui : le SATA. Cette connectique, présente sur n’importe quelle carte mère, permet d’obtenir des débits théoriques jusqu’à 800 Mo/s, soit environ le double des disques durs grand public.

Son principal avantage est son prix très abordable (vous trouverez sans mal des modèles 1 To pour une cinquantaine d’euros), mais comme nous allons le voir, les débits dus à la technologie sont en retrait par rapport aux modèles plus récents.

La connectique M.2 permet de créer des SSD très compacts.©Dell

L’autre technologie, de plus en plus en vogue, est le PCI-Express, un standard déjà utilisé pour plusieurs autres composants d’un PC, comme les cartes graphiques. Pour le grand public, elle utilise généralement une connectique spécifique nommée M.2, très compacte, et qui permet d’obtenir des SSD très peu encombrants. Toujours en développement, cette technologie permet d’obtenir des débits très élevés, jusqu’à 15 Go/s théoriques en PCI-Express 5.0, mais les modèles disponibles seront souvent plus onéreux qu’un modèle SATA.

L’intérêt d’un SSD : DirectStorage

Jusqu’à maintenant, l’intérêt d’un SSD rapide était surtout d’apporter plus de réactivité à votre PC et de réduire les temps de transferts de fichiers, particulièrement dans les domaines utilisant de gros volumes de données (le montage vidéo, par exemple). Mais les derniers développements en matière de gestion des données dans nos systèmes d’exploitation ont créé de nouveaux intérêts pour ces types de stockage ultrarapides. Depuis 2022, Microsoft a intégré à Windows une fonction nommée DirectStorage, censée réduire les temps de chargement dans les jeux vidéo.

Concrètement, lorsque votre PC lance un jeu vidéo, c’est le processeur central qui se charge de consulter le volume de stockage, d’en extraire les données, puis de les distribuer aux différents composants qui en auront besoin. Avec DirectStorage, la carte graphique est désormais capable d’aller elle aussi consulter les données dans le volume de stockage, en même temps que le processeur, afin d’extraire spécifiquement les fichiers qui lui seront nécessaires.

DirectStorage promet de réduire considérablement le temps de chargement des jeux, mais il faudra vous équiper en conséquence.©Microsoft

En déchargeant ainsi le CPU de cette tâche, Microsoft affirme qu’il devient possible de réduire considérablement les temps de chargement dans les jeux vidéo. Pour référence, c’est exactement de cette manière que fonctionne la PlayStation 5, et c’est notamment la raison pour laquelle Sony a beaucoup communiqué sur les performances de son SSD à la sortie de sa console.

La contrainte d’une telle technologie est que le volume de stockage, constamment consulté pas plusieurs composants en même temps, doit être très rapide et réactif pour ne pas ralentir le système. Aussi, Microsoft recommande l’utilisation d’un SSD PCI-Express récent pour assurer le bon fonctionnement de DirectStorage. En conséquence, de plus en plus de jeux vidéo sortant aujourd’hui sur PC indiquent dans leur fiche technique l’obligation de disposer d’un SSD pour en profiter, un signal supplémentaire qu’il est plus que temps de remplacer votre bon vieux disque dur.

Sélection de produits

Samsung 870 EVO 2 To (environ 110 €)

Samsung fait partie des références dans le monde des SSD, et le 870 EVO fait certainement partie des modèles les plus fiables en SATA. Avec un débit dépassant 500 Mo/s en lecture et en écriture, il n’est certes pas aussi rapide que des modèles plus chers, mais permet d’obtenir une bonne capacité de stockage pour un prix contenu.

©Samsung

Un avantage certain à l’heure où un nombre grandissant de jeux demandent près de 100 Go pour s’installer. En l’occurrence, Samsung propose des modèles jusqu’à 4 To pour répondre aux besoins plus extrêmes.

À partir de
209,99€
En stock
Acheter sur Fnac.com

Crucial P3 Plus 1 To (environ 120 €)

Depuis quelques années, Crucial s’est placé sur le marché comme un constructeur de SSD très abordables, au sacrifice de performances très légèrement en retrait par rapport à la concurrence. Cela ne sera pas un problème dans notre cas : avec le P3 Plus, la marque propose un modèle de 1 To juste au-dessus des 100 €.

©Crucial

Le modèle 1 To, assez pour installer Windows et quelques jeux, propose une vitesse de 3,6 Go/s en écriture et 5 Go/s en lecture, bien assez pour profiter de DirectStorage et de très bonnes performances dans n’importe quel jeu.

À partir de
77,50€
En stock vendeur partenaire
Voir sur Fnac.com

MSI Spatium M570 2 To (environ 340 €)

Depuis quelques mois, les constructeurs travaillent au passage des composants sur la technologie PCI-Express 5.0, plus rapide. Logiquement, les SSD sont parmi les premiers à en profiter, et MSI propose déjà un modèle compatible avec le Spatium M570. Celui-ci affiche un débit impressionnant de 10 Go/s en lecture comme en écriture et permet de ne plus avoir à se soucier de ce détail.

©MSI

Attention, toutefois, ces SSD très onéreux ne vous donneront qu’un avantage imperceptible par rapport à un modèle plus abordable dans les jeux vidéo, ces derniers n’étant pas optimisés pour tirer parti d’un tel débit ! Il pourra en revanche briller dans d’autres usages.

À lire aussi

Article rédigé par