Actu

Bon plan : le Dyson Total Clean passe à 499 euros

22 juin 2022
Par Johanna Godet
L'aspirateur balai Dyson Total Clean est exceptionnellement à prix réduit.
L'aspirateur balai Dyson Total Clean est exceptionnellement à prix réduit. ©Dyson

Exceptionnellement, l’aspirateur balai Dyson Total Clean est disponible au prix de 499 euros au lieu de 649 euros.

Dyson est surtout reconnu pour ses aspirateurs sans fil, même s’il s’est progressivement diversifié vers d’autres appareils comme les purificateurs d’air par exemple.

En ce moment, pour une durée limitée, l’aspirateur balai Total Clean de Dyson profite d’une réduction de 23% et voit ainsi son prix passer de 649 à 499 euros.

Particulièrement puissant avec ses 610 W, il tourne à l’appui d’un moteur numérique Hyperdymium et peut enregistrer jusqu’à 125 000 tours par minute, pour un sol rapidement propre, quel que soit le type de surface. Il dispose dans ce cadre d’un réservoir de 0,76 litre. Selon le constructeur, le Total Clean capturerait 99,97% des particules, même si elles font une taille réduite de 0,2 microns.

Trois puissances d’aspiration

Cet aspirateur balai est par ailleurs équipé d’un écran LCD permettant de vérifier le niveau de la batterie et de sélectionner notamment le mode d’aspiration souhaité parmi trois options dont Eco, Auto et Boost. La première est adaptée à des sols lisses et consomme peu d’énergie, tandis que la dernière est plutôt requise pour des surfaces telles que des tapis ou des moquettes, nécessitant une puissance décuplée. Ce mode est quant à lui relativement énergivore.

Totalement sans fil, le Total Clean de Dyson dispose d’une autonomie de 60 minutes en moyenne à puissance modérée grâce à sa batterie lithium-ion à 7 cellules. Le mode Boost est à réserver à l’occasion, car il réduit l’autonomie à environ 5 minutes. Dyson annonce un temps de charge complète d’environ 4,5 heures.

Enfin, l’aspirateur Dyson Total Clean est apprécié pour sa faible émission sonore et son poids de 3,08 kg.

499€
649€
En stock
Acheter sur Fnac.com
Article rédigé par
Johanna Godet
Johanna Godet
Journaliste