Test Labo

Test Labo de la Sonos Play:1 : une petite enceinte qui en fait plus que certaines grandes

24 novembre 2013

Spécialiste du multiroom, Sonos propose au sein de son catalogue plusieurs enceintes pouvant fonctionner de concert dans la maison. Des grosses, et des moins grosses. Il y en a donc pour toutes les pièces ! La Play:1 adopte pour sa part un format compact qui la destine plutôt aux petites pièces, salle de bain comprise puisque Sonos affirme qu’elle résiste à l’humidité. Côté audio, elle s’appuie sur un tweeter et un mid-woofer avec, pour chacun, un ampli dédié de classe D pour délivrer un son “limpide et étonnamment puissant malgré sa taille.” C’est en tout cas ce qu’indique le fabricant. Voici l’avis du Labo Fnac.

En résumé

Note LABOFNAC

En complément d’un home cinema ou dans une pièce de petite voire moyenne taille, la Sonos Play:1 aura plus d’une qualité à faire entendre. Elle impressionne particulièrement par sa capacité à délivrer des basses rondes et profondes compte tenu de son format compact, mais présente aussi une bonne tenue dans les fréquences hautes, jusqu’à 16 kHz. On lui préférera en revanche ses grandes soeurs pour sonoriser des espaces plus vastes, sa puissance, bien qu’honorable là encore compte tenu du format, laissant un peu à désirer. Reste toutefois la possibilité d’en associer plusieurs en Wi-Fi, comme pour le multiroom, pour les plus téméraires. Connecter une enceinte Sonos n’est déjà pas chose facile, alors plusieurs… Heureusement, l’application dédiée est plutôt bien faite et propose un guidage étape par étape, en plus d’égaliseurs personnalisables et d’accès à divers services de streaming dont Spotify. On regrettera tout de même l’absence de Bluetooth et d’entrée audio pour une connexion plus simple et rapide, pour les invités qui voudraient s’improviser DJ par exemple.

Note technique

Les plus et les moins

Les plus
  • Des basses profondes
  • Format compact
  • Résiste à l'humidité pour la salle de bain
Les moins
  • Pas de Bluetooth, ni d'entrée jack

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
La note de réponse en fréquence permet de savoir si le système audio est capable de retranscrire l’ensemble des fréquences de manières fidèles sans suraccentuation ni sous-accentuation
Puissance sonore
Cette note exprime la capacité de l’appareil à produire un son fort, sans déperdition de qualité (sans distorsion)
Rapport Puissance/volume
Plus l’enceinte est compacte, et moins il est facile de produire un son puissant de qualité. Cette note est à destination des personnes soucieuses du gain de place

Notre test détaillé

Ergonomie et design

Largement plus petite que les Play:3 et Play:5 avec ses 119,7 mm de côté pour 161,45 mm de haut, la Play:1 surprend d’autant plus à la pesée. Sonos annonce un poids de 1,85 kg, et cela se sent. Loin d’être gênant, compte tenu de l’usage sédentaire prévu, cela renforce au contraire l’impression de qualité que dégage déjà l’enceinte par ses finitions exemplaires. Toujours pas de métal ou bois pour Sonos, mais du plastique de qualité. Les deux coloris proposés – blanc et noir – se marieront en outre facilement avec tous les intérieurs et n’occupent de toute manière qu’une infime partie de la Play:1. C’est dans les deux cas l’argenté qui domine, couleur de la grille de protection des haut-parleurs qui court sur tout le tour en occupant presque toute la hauteur.

Sonos Play:1

Le blanc, pour notre modèle de test, se limite donc à la base et l’extrémité opposée. Nous retiendrons en outre l’ajout de petits pied antidérapant et un renfoncement pour le câble d’alimentation au niveau de la première, tandis que du dessus légèrement concave ressortent les deux uniques boutons présents, de part et d’autre du témoin lumineux : lecture/pause et le volume +/-. C’est dire si le fonctionnement est simple. Une fois la configuration passée du moins. En l’absence de Bluetooth et même de prise jack, il faut obligatoirement passer par l’application et le Wi-Fi. Comptez au moins 5 minutes de configuration, si tout se passe bien. Les moins chanceux pourraient même avoir à recourir au port Ethernet, au dos, pour connecter leur box. Tout un programme !

Sonos Play:1

Heureusement, l’application Sonos présente des explications étape par étape. Elle est de plus assez complète. Outre la possibilité de regrouper plusieurs enceintes pour composer un système multiroom ou home cinema, puisque la Play:1 est aussi vendue comme une enceinte arrière avec son pied en option, elle permet d’ajuster le niveau des graves et des aigus en plus d’ajouter des comptes liés à divers services musicaux à l’instar de Spotify. Il devient ainsi possible de contrôler l’enceinte directement depuis l’application Spotify. Pratique, même si l’on regrettera l’absence de raccourcis comme on en trouve sur des enceintes plus récentes, et permettant de lancer une playlist directement depuis l’enceinte sans avoir à sortir son smartphone. Il est ici obligatoire en toute circonstance.

Qualité audio

“Petite par la taille, puissante par le son,” annonce Sonos pour la Play:1. Et ce n’est pas totalement faux. Poussé à fond, difficile d’imaginer que le son provient d’une si petite enceinte. D’autant que la distorsion reste peu marquée. Elle envoie en fait presque autant que la Play:3 malgré ses dimensions bien plus contenues. C’est donc un véritable tour de force que réalise Sonos, dans ce contexte. Sorti de celui-ci, force est néanmoins de reconnaître que la Play:1 est tout de même limitée par sa taille puisqu’elle arrive loin derrière les enceintes les plus puissantes que nous avons testées au Labo, comme en attestent nos mesures de niveau acoustique sur les fréquences basses : 80 dB à 60 Hz, 88 dB à 80 Hz et 98 dB à 100 Hz.

Puissance sonore
6.1

Du côté de la bande passante, la Play:1 frappe à nouveau fort. En dehors d’une légère accentuation des graves, autour des 100 Hz, la petite enceinte de Sonos file droit jusqu’à 16 kHz. Nous n’avons d’ailleurs rien d’autre à ajouter sur le sujet, si ce n’est qu’il sera pour rappel possible d’ajuster le niveau des graves et des aigus dans l’application dédiée. Mais il faudrait vraiment être pointilleux.

Bande passante
Courbe de réponses en fréquences mettant en évidence, les différences entre la barre de son testée et la meilleure et la pire des barres de son.
Réponse en frequences
9.5

Conclusion

Note LABOFNAC

En complément d’un home cinema ou dans une pièce de petite voire moyenne taille, la Sonos Play:1 aura plus d’une qualité à faire entendre. Elle impressionne particulièrement par sa capacité à délivrer des basses rondes et profondes compte tenu de son format compact, mais présente aussi une bonne tenue dans les fréquences hautes, jusqu’à 16 kHz. On lui préférera en revanche ses grandes soeurs pour sonoriser des espaces plus vastes, sa puissance, bien qu’honorable là encore compte tenu du format, laissant un peu à désirer. Reste toutefois la possibilité d’en associer plusieurs en Wi-Fi, comme pour le multiroom, pour les plus téméraires. Connecter une enceinte Sonos n’est déjà pas chose facile, alors plusieurs… Heureusement, l’application dédiée est plutôt bien faite et propose un guidage étape par étape, en plus d’égaliseurs personnalisables et d’accès à divers services de streaming dont Spotify. On regrettera tout de même l’absence de Bluetooth et d’entrée audio pour une connexion plus simple et rapide, pour les invités qui voudraient s’improviser DJ par exemple.

Note technique

Détail des sous notes

Réponse en fréquences
Puissance sonore
Rapport Puissance/volume
Article rédigé par
Mathieu Freitas
Mathieu Freitas
Journaliste
Régis Bertrand
Régis Bertrand
Responsable des tests enceintes et chaînes audio
Pour aller plus loin