Décryptage

Journal d’un libraire – L’Imaginaire prend le pouvoir

28 octobre 2021
Par Sébastien Thomas-Calleja
Journal d’un libraire – L'Imaginaire prend le pouvoir

« En octobre, l’imaginaire prend le pouvoir ! », tel est le slogan de cette animation depuis 2017 à l’initiative d’éditeurs pour mettre en avant une littérature souvent méconnue du grand public, rassemblant la science-fiction, le fantastique et la fantasy à travers Le Mois de l’imaginaire. Pour l’action, l’aventure ou la réflexion, l’imagination invente ses propres modes d’expression partout, et surtout pas qu’en octobre !

Genre littéraire extrêmement riche, l’imaginaire peut être découpé en trois grands sous-genres

La science-fiction propose des récits dans des mondes futurs ayant atteint des progrès techniques et scientifiques encore inconnus. La narration peut par exemple se dérouler dans l’espace à travers des voyages interstellaires, mais aussi dans le temps ou un univers parallèle. Anticipation, space-opera, cyberpunk ou dystopie en sont des nuances.

Le fantastique présente un monde réel légèrement modifié et influencé par des phénomènes surnaturels qui peuvent laisser toute la place à l’angoisse, voire à la terreur, souvent inspiré de fantasmes refoulés. Le Portrait de Dorian Gray ou Frankenstein illustre bien cette idée d’étrangeté inquiétante mais révélatrice.

La fantasy nous fait entrer dans un monde parallèle d’inspiration médiévale ou mythologique, dans lequel la magie et les créatures féeriques sont reines. Dragons, trolls ou gobelins peuplent souvent ces contrées aventureuses symbolisées notamment par Game of Thrones ou Le Seigneur des anneaux. Loin d’être exhaustif, j’espère que ce petit point définition aura le mérite de vous donner quelques repères dans le champ littéraire de l’imaginaire aussi extraordinaire que ses récits peuvent l’être.

2021-10-28_091243

Le Mois de l’imaginaire toute l’année

Oui, pourquoi s’arrêter au mois d’octobre ? Mon magasin regorge d’idées découvertes pour s’évader sur un cheval ailé ou repousser l’attaque de clones endiablés… à moins que ce ne soit l’avenir de notre planète ou celui de notre société qui vous donne envie de frissonner ? Politique, psychologie, histoire ou stratégie, toutes les sciences humaines se retrouvent dans les fictions de l’imaginaire. Un genre d’une immensité infinie et aux répercussions insoupçonnées. Profitez-en pour le découvrir ou le faire connaître : c’est bientôt Noël !

2021-10-28_091344 2021-10-28_091425 2021-10-28_091457

Mon coup de cœur de libraire

LectureLa-Zone-du-Dehors

« Souriez, vous êtes gérés. »
2084, les hommes ont déjà fui la Terre depuis longtemps, ravagée par une guerre bactériologique qui l’a laissée inhabitable dans sa quasi-totalité. Certains ont pu se réfugier sur un satellite (imaginaire) de Saturne pour y établir une colonie humaine dénommée Cerclon.
Tout l’univers typique d’une société occidentale y a été reproduit sous forme factice, jusqu’à la fausse végétation décorative. Le système politique aussi a été poussé vers une sorte d’idéal démocratique où la contrainte a officiellement disparue, mais où la surveillance est partout.
Le point d’orgue de cette ultra-surveillance a lieu tous les deux ans lors de la cérémonie du Clastre qui détermine votre position dans la société en fonction de résultats de productivité, de sagesse d’esprit ou de comportement idéal, des critères relayés par des médias qui « conforment plus qu’ils n’informent » et qui seront jugés par l’entourage de tout à chacun afin d’établir un classement de la lettre A à zzzzz, déterminant aussi votre identité en plus de votre place dans la société.
Un quart des actifs travaillent. Un autre quart est payé pour être agréable aux autres. La moitié contrôle ceux qui travaillent et ceux qui sont agréables. Un fonctionnement résultant d’un consensus mou qui absorbe tout jusqu’au gouvernement des âmes.
La génération qui arrive à l’âge adulte est la première à n’avoir jamais connue la Terre. Et cela risque de tout changer, car ce qui pouvait ressembler jusqu’à présent çà un pis-aller risque bientôt de leur être insupportable.
« Vagabondir pour exister »
Même si Cerclon abrite sept millions d’âmes, la majorité de la surface du caillou stellaire sur lequel ils se sont abrités reste irrespirable et radioactif. Le simple fait de franchir les sept cercles (comme Saturne) de protection de la cité, fait de vous un délinquant, tout en étant autorisé.
Un groupe se rassemble pour réfléchir à comment contrecarrer la morale bienpensante et aliénante du Clastre. Ils se dénomment « La Volte ». Ils ne recherchent pas la révolte, qui reviendrait à (re)faire la même chose à partir d’autres points cardinaux de valeurs. Ils sont pour « La lutte volutionnaire » et pensent que tous les Cercloniens sont des « dividus » dont l’élan vital se trouve dans la capacité de se rassembler pour conquérir leur liberté, échapper à leur assignation au classement, à leur identité imposée.
Brihx, Obffs, Slift, Capt et Kamio forment le noyau dur de la Volte, le Bosquet (BOSCK). A l’aide des « Clameurs », ils tentent de répondre leurs « rêves-voltes ». Mais parler à assez durer, refusent d’être le poil à gratter du Clastre et doivent passer à la vitesse supérieure, une force vive et libératoire qui emportera tout.
Ils ne sont pas « lettrés » avec leurs cinq caractères. Ce sont des « radieux », des pauvres gueux, qui préférent la « radzone », la zone radioactive, la Zone du Dehors non soumise au Clastre, pour « la liberté inconditionnelle des forces vives » « Le dehors de toute chose ».
Sous l’obsession quantitative et du classement hyper surveillé se cache évidemment une critique non dissimulée de la société capitaliste et sécuritaire. Une diatribe libertaire qui ne mâche pas ses mots : « Déchirez la gangue qui scande :« vous êtes ceci », « vous êtes cela », « vous êtes… ». Ne soyez rien : devenez sans cesse.L’intériorité est un piège. L’individu ? Une camisole. Soyez toujours pour vous-même votre dehors, le dehors de toute chose. »
Philosophique, se basant sur les thèses de Foucault, Nietzsche ou encore Deleuze, La Zone du Dehors est furieusement politique. Sous l’aspect classique d’une dystopie (une utopie qui a mal tourné), Alain Damasio déroule sa conception pour une société libérée par l’élan vital de son humanité et la nécessité d’être.
Un « vertige de vivre » qu’il cherche à nous faire ressentir dans nos corps à travers une langue inventive et furieuse. Son premier roman va plus loin encore que le 1984 d’Orwell auquel il fait clairement référence et préfigure La Horde du Contrevent qui lui apportera un succès et une reconnaissance internationale.
Pour certains, prophète, pour d’autres, fou, Alain Damasio a sans conteste un talent de conteur et de visionnaire. Il reste aujourd’hui un auteur incontournable des littératures de l’imaginaire avec la publication en 2019 des Furtifs, son troisième roman.

Aller + loin :

La Zone du Dehors, Alain Damasio (Folio) sur Fnac.com

Retrouvez tous les épisodes du Journal d’un libraire : #journal d’un libraire

*Sébastien est libraire à la Fnac de Parly 2 rayon fiction, spécialisé en littérature française. Il participe depuis plusieurs années au prix du Roman Fnac et écrit des chroniques sur son blog Fnac.com

Découvrez leur univers

Article rédigé par
Sébastien Thomas-Calleja
Sébastien Thomas-Calleja
libraire à Fnac Parly 2
Sélection de produits