Décryptage

Juliette Armanet, pilier de la nouvelle génération

16 juin 2022
Par Manue
Juliette Armanet, pilier de la nouvelle génération

2017, Miss Armanet et son piano arrivaient dans les bacs avec un album, Petite amie. Critique et public sont unanimes, Juliette Armanet est la révélation, rappelant le grand temps de la chanson française des années 70/80. Après quelques années d’absence, elle est de retour et va enflammer la fin d’année avec son nouvel album, Brûler le feu. Découvrez pourquoi elle est devenue un des piliers de la nouvelle génération et va le rester.

2017, Miss Armanet et son piano arrivaient dans les bacs avec un album, Petite amie. Critique et public sont unanimes, Juliette Armanet est la révélation, rappelant le grand temps de la chanson française des années 70/80. Après quelques années d’absence, elle affole l’Hexagone avec Brûler le feu. Découvrez pourquoi elle est devenue un des piliers de la nouvelle génération et va le rester.

De père en fille

juliette armanetDifficile d’échapper à la passion de la musique lorsque l’on a pour père Jean-Pierre Armanet, ancien libraire devenu musicien et compositeur contemporain. Le piano a toujours fait partie du décor de la vie de la jeune Juliette. Il n’est donc pas étonnant donc qu’elle se le soit approprié et s’en soit fait son prolongement.

Pourtant, même si elle écrit des chansons dès ses 14 ans, Juliette Armanet poursuit d’abord des études de lettres et de théâtre. Journaliste un temps pour Arte et France Culture, elle est repérée en gagnant le concours des Inrocks, « inRocks lab 2014. La suite s’accélère : signature chez Barclay et sortie du premier album Petite Amie en en avril 2017.

La vague Petite amie

ArmanetA la sortie de l’album, la presse est unanime, Petite amie n’a rien d’un album ordinaire et Juliette Armanet est la nouvelle coqueluche de la chanson française. Pour preuve, quelques extraits de critiques de l’époque :

« L’une des plus douées de la relève de la chanson française. » (Le Figaro)

« Fille cachée de Sanson et Berger autant l’héritière de Souchon et Sheller. » (Paris Match)

« Révélation de la scène musicale française début 2017. » (France Inter)

« Nouvelle garde de la chanson française. » (Les inrockruptibles)

L’amour en solitaire

Pas facile de garder la tête froide quand on arrive à séduire les médias populaires et branchés et par la suite, un public très large lui aussi.

Dans ma chronique consacrée à la demoiselle à l’époque (la nouvelle Petite Amie de la variété française chic), je posais la question : pourquoi un tel engouement ? Ma réponse était la suivante. « Tout simplement parce qu’elle propose un album qui s’inscrit dans la lignée de celles et ceux qui ont donné ses lettres de noblesse à la variété française, alliant l’intelligence, la subtilité, l’exigence artistique à une simplicité d’écoute et un accès populaire à cette musique de haute qualité. On pense, à l’écoute de cet album à Véronique Sanson, William Sheller, Christophe, et Michel Berger. Décomplexée, Juliette ose se frotter à ces références et réussit à s’en approcher.  » …  » Derrière ces textes finement écrits sur le thème de l’éternelle quête amoureuse, on découvre au détour d’un couplet, un p’tit brin d’humour, un peu comme chez un Julien Doré par exemple.« 

A la folie

L’indien

Devant un tel ras de marée, pas étonnant que l’album soit certifié « Album révélation de l’année » aux Victoires de la Musique de 2018.

Brûler le feu, l’album tant attendu

Et puis après une tournée XXL, Juliette Armanet s’est faite discrète. Plus de 4 ans entre Petite Amie et celui à venir, c’est long. N’oublions pas que la demoiselle est apparue sur de nombreux albums, hommage ou non : Souchon dans l’air (Ultra moderne solitude), Elles et Barbara (L’aigle noir), Génération(s) éperdue(s) (Barcelone), La même tribu n°2 (Couleur menthe à l’eau), Duos volatils (Une nuit son ton épaule), Christophe etc n°2 (Boule de flipper), Grand Prix (Rue Saint-Louis en l’île avec Benjamin Biolay), Idéal en duo avec Moodoïd.

Et puis, réservée sur sa vie privée, qu’elle tient bien à l’égard des regards trop curieux (et elle a bien raison), elle tient à partager sa vie entre son métier et sa famille. Pendant ces années, Juliette Armanet a aussi exercé le beau métier de maman, un métier à plein temps. Bref, notre Juliette ne s’est pas endormie sur ses lauriers, n’en déplaisent à celles et ceux qui trouvaient l’attente du deuxième album trop longue.

Brûler le feu Edition Limitée Exclusivité Fnac Vinyle Orange

Que ces derniers se rassurent ; il arrive. Entourée des producteurs français SebastiAn (Daft Punk, Charlotte Gainsbourg…), Julien Delfaud (Phoenix, Sébastien Tellier…), Victor Le Masne (Gaspard Augé) et Marlon B déjà sur Petite Amie, Juliette Armanet s’apprête à enflammer la fin de l’année.

La musique, on a doit la ressentir avec son corps, disait-elle à Augustin Trappenard (France Inter). Le premier single Le dernier jour du disco répond tout à fait à cette définition. Le début, assez mélancolique, devient festif, libératoire. Juliette aime toujours jouer avec les codes, les détricoter, s’en défaire. A t-elle lâché les chevaux ? Visiblement oui.

Comme sur le premier album où elle avait fait de son piano l’élément central, là où sa vérité éclate, cet instrument lui colle encore à la peau. C’est que son acolyte l’inspire et est le prolongement non seulement de sa voix mais d’elle-même toute entière. Pour Brûler le feu, elle y a ajouté des cordes, du saxophone, des sons électro, de l’auto tune, s’autorisant toutes les libertés désirant cet album « flamboyant« , « orchestral », « savant » mais aussi « chatoyant« . Elle l’a voulu comme « une résurrection« , « une envie de danser sur les braises« .

Le dernier jour du disco

Celle qui est perfectionniste, celle qui a cette exigence de vérité, celle qui se sent facilement pas sûre d’elle-même, celle qui est devenue l’héritière de cette chanson française des années 70/80, celle qui s’est consentie à elle-même et y a trouvé le meilleur, celle qui est passionnée par la musique (aussi diverses soient-elles), par les mots, est donc de retour, prête à vous livrer un second album et monter sur scène pour le partager, le faire vivre.

Pilier de cette nouvelle génération d’artistes féminines où de très fortes amitiés sont nées, Juliette Armanet s’engage à brûler le feu. Tout un programme…

Brûler le feu, en CD, vinyle et en exclusivité Fnac Vinyle Orange

Article rédigé par
Manue
Manue
Disquaire à la Fnac Saint-Lazare
Sélection de produits