Actu

SmartBlooow et Orium : surveillez votre air intérieur en toute simplicité

04 juin 2021
Par Ravi
SmartBlooow et Orium : surveillez votre air intérieur en toute simplicité
©dr

En ville, nous passons environ 80% de notre temps à l’intérieur… et respirons de nombreux polluants présents dans l’air. Pour continuer à profiter de votre logement sans mettre en danger votre santé, Air Pur Labs propose son purificateur d’air connecté SmartBlooow. Un appareil innovant qui a décroché la Médaille d’Or au Concours Lépine !

Le filtre Blooow : un système breveté

Toute la singularité du purificateur d’air connecté Blooow vert SMARTBLW1802 repose sur son filtre Blooow dissimulé sous un coussinet en laine de couleur. Ce système breveté d’assainissement par absorption capture les particules impures dans l’air ambiant à l’aide de deux agents dépolluants actifs :

  • le charbon : le filtre Blooow est composé de charbon actif qui absorbe et détruit les molécules gazeuses afin de retirer des odeurs et la fumée de votre logement ;
  • l’acétoacétamide qui lutte contre le formaldéhyde, principal polluant chimique de l’air intérieur.

Avec une durée de vie de 15 000 heures, qui nécessite ni maintenance ni frais d’entretien, le filtre Blooow est votre meilleur allié pour emprisonner les particules polluantes et ainsi bénéficier d’une meilleure qualité de l’air dans votre maison.

filtres-Blooow-purificateur-d-air-SmartBlooow

Le socle connecté pour moduler la puissance de purification

Au-dessous du coussinet Blooow jaune, gris ou rouge se trouve le socle connecté du purificateur SmartBlooow. Conçu avec des matériaux éco-responsables et recyclables, il est destiné à produire un flux d’air, à l’aide de son ventilateur intégré, directement sur le filtre Blooow. But de l’opération: augmenter les performances de purification. Deux modes de fonctionnement sont proposés pour que le purificateur d’air connecté Blooow bleu s’adapte à vos besoins :

  • le mode ECO qui offre une purification en silence ;
  • le mode BOOST qui agit en cas de pic de pollution ou pour éliminer les odeurs de cuisine et de tabac.

Vous pouvez utiliser les boutons disposés sur le socle connecté afin de changer le mode de fonctionnement. Grâce à la technologie NFC, le filtre Blooow est lui aussi connecté à une application mobile pour remonter différentes données. Sur votre smartphone, vous pouvez par exemple prendre connaissance du taux de pollution de votre air intérieur et de la puissance du purificateur.

Une application mobile sur Android

Le purificateur d’air connecté de Blooow peut être piloté manuellement ou à l’aide d’une appli mobile gratuite. Conçue pour les smartphones Android, l’app SmartBlooow accompagne les utilisateurs du SmartBlooow en leur permettant de contrôler à distance l’appareil. En plus d’être connectée au filtre Blooow, l’application vous permet de contrôler les modes de fonctionnement depuis votre mobile, de planifier la durée de purification grâce à sa fonction minuterie mais également de piloter la luminosité du socle connecté qui est équipé d’une lumière LED.

À chacune de vos connexions, l’app SmartBlooow vous informe sur l’état de votre filtre en vous présentant une donnée en pourcentage. Cela vous permet ainsi de contrôler son efficacité au quotidien. À distance, vous pouvez donc mettre en marche ou arrêter le purificateur d’air SmartBlooow, sans vous déplacer jusqu’à lui !

application-mobile-SmartBlooow

On l’a essayé : notre test !

Quand on pense purificateur d’air connecté, on imagine un gros appareil encombrant et peu esthétique. Ici, rien à voir, le SmartBlooow est d’un format tout à fait compact et il tiendra sans difficulté sur votre bureau ou sur une étagère. Il est composé d’un filtre Blooow d’un socle à 5 cotés.

Le filtre, lui aussi en forme de pentagone, est pourvu d’une attache qui permettra de le fixer au-dessus d’une chambre d’enfant ou d’une fenêtre. Il est creux en son centre et bombé sur le reste de sa surface. Notons que les filtres Blooow sont vendus séparément et dans 7 coloris différents.

Test_Purificateur_Smartblooow_3

Le socle, quant à lui, est pourvu d’une grille perforée sur la face supérieure et de mini grilles en forme de pentagones sur chaque côté. On trouve sur une des faces un port micro USB pour l’alimentation du SmartBloow. Sous le socle se trouve un QR Code qui permet d’accéder directement au site d’Airpurlabs, la société à l’origine du concept. La structure est en carton blanc et l’ensemble est fabriqué à 100 % en France.

Test_Purificateur_Smartblooow_4

On peut piloter le SmartBlooow de façon manuelle ou bien via l’application. Piloter étant d’ailleurs un grand mot, puisque les possibilités sont relativement réduites, ce qui n’a rien d’inhabituel pour ce type de produit. L’intérêt du SmartBlooow étant son aspect connecté, le choix s’est porté sur l’installation de l’application. Attention, un smartphone Android compatible NFC est nécessaire pour l’utiliser. Par chance, mon bon vieux Honor 10 View est dans ce cas.

test_purificateur_Smartblooow_10

Une fois l’installation terminée, il faut connecter le smartphone en le rapprochant du filtre Blooow. Il m’a fallu plusieurs essais avant d’identifier le point précis qui permet une connexion plus immédiate, singulièrement au centre du filtre. En suivant les instructions de l’application, on a accès aux paramètres du purificateur connecté.

On peut donc modifier la puissance de ventilation (niveau 0 à 50 en mode Eco ou 50 à 99 en mode Boost). On peut aussi régler l’intensité lumineuse de la Led (0, 50 % ou 100 %). L’application donne aussi accès à la durée restante du filtre. On trouve également, entre autres, une foire aux questions, des informations sur les sources de pollution, un tutoriel de l’appli, ou encore la possibilité d’activer un nouveau filtre quand le vôtre arrive en bout de course.

test_purificateur_Smartblooow_11

Pour les besoins de ce test, nous avons pu bénéficier du mesureur de Quaelis 20 d’Orium, un appareil de mesure de la qualité de l’air. Il mesure en temps réel le niveau de CO2 et de COV (composés organiques volatils) et l’équivalent en CO2 de la pièce. La pollution n’est pas visible dans nos intérieurs et les sources de pollution nombreuses (tapis, meubles, peintures, produits ménagers…), il est donc important de mesurer et surveiller la qualité de l’air pour entreprendre des actions rapidement.

Sur le Quaelis 20, des smileys permettent d’appréhender en un clin d’œil le niveau de pollution dans la pièce étudiée. 5 niveaux peuvent ainsi être affichés, soit « Bad », « Very Bad », « Normal », « Good », et « Very Good » ; je ne vous ferai pas l’injure de traduire, je pense que tout le monde aura compris. Alimenté par USB, le Quealis 20 informe aussi sur la température de la pièce, le niveau d’humidité et l’heure. Un premier équipement très utile pour surveiller de manière pédagogique la qualité de votre air intérieur et agir en conséquence.

Bien que la mesure du niveau de composés organiques et de l’équivalent CO2 dans l’air ne suffise pas à estimer totalement le niveau de pollution d’une pièce, elle apporte de bonnes indications. Dans le cas qui nous intéresse, nous avons bien entendu mesuré les niveaux avant et après installation du SmartBlooow. Précisons que le test s’est déroulé dans un bureau d’environ 12 m², ce purificateur n’étant pas destiné à un usage dans un grand espace. Plutôt que de grands discours, je vous laisse apprécier la différence de mesure.

Mesures du Quaelis 20 avant installation du SmartBlooow :

test_purificateur_Smartblooow_8

Mesures du Quaelis 20 après installation du SmartBlooow :

test_purificateur_Smartblooow_9

La messe semble dite ? Pas tout à fait. Car il est difficile de déterminer dans quelle mesure l’amélioration vient bien du purificateur ou de l’air qui se renouvelle via les aérations du bureau où il est installé, les mesures variant du reste sensiblement au cours d’une journée. Il reste cependant acquis que le mesureur Quaelis 20 fourni des précisions/informations sur la qualité de votre air intérieur et que le Smartblooow apporte quelque chose en termes de purification, et il trouvera son utilité dans une chambre ou dans un bureau, voire au-dessus du berceau d’un bébé. 

Conclusion

Les points positifs

– Peu onéreux pour un purificateur

– Format peu encombrant 

– Solution éco responsable

– Application dédiée

– Double alimentation piles ou secteur

Les points négatifs

– Connexion à l’appli parfois aléatoire

– Difficile de juger son efficacité

Tous nos conseils maison

Article rédigé par
Ravi
Ravi
Expert PEM-GEM
Sélection de produits